Faire voeu de chasteté mais avoir des pulsions sexuelles… Aidez-moi!


 
Bonjour,
Il y a de cela 5 ans j’avais décidé de rester vierge, jusqu’à l’age de 25 ans au moins et de ne pas avoir de petit ami entre-temps. Mais seulement dernièrement j’ai commencé à avoir des périodes de pulsions sexuelles intenses et J’ai presque eu des rapports sexuels avec un homme dont je ne suis même pas amoureuse.
Je veux dire: il n’y a pas vraiment eu de pénétration totale étant donnée que je l’ai repoussé due à la douleur que je ne supportais pas. Mais j’ai un peu saignée, et j’ai peur de découvrir que je ne suis plus vierge.
Pire encore , je culpabilise, je regrette d’avoir essayé même si je ne suis pas allée très loin. Ma conscience ne m’épargne pas. Je suis de plus en plus insomniaque, je manque d’appétit, je ne vais plus régulièrement au cours, je me déteste, et quand je me retrouve seule je pleure instantanément et m’inflige des brûlure sur les bras et les cuisses.
Y’a t il une explication et une solution à cette réaction?
Merci!
Jella
Bonjour Jella,
Merci de faire confiance à AlterHéros. Depuis que tu as eu des activités sexuelles sans pénétration complète avec un homme dont tu n’es pas amoureuse, tu ne te supportes plus et tu réagis contre toi. Je comprends que ce que tu vis est difficile et que tu ne trouves pas de solution, alors voyons ensemble comment nous pourrons t’aider à travers ces émotions.
Tu indiques premièrement que tu as pris la décision de rester vierge, du moins jusqu’à 25 ans, mais aussi de ne pas avoir de petit ami entre temps. Qu’est-ce qui t’a apporté à prendre une décision de la sorte? Pensais-tu qu’en prenant ce vœu, tu n’allais pas avoir de pulsions sexuelles? Ou, au contraire, avais-tu une solution afin de contrôler tes pulsions ou ce qu’elles impliquent? Le fait de ne pas avoir de petit ami, est-ce que cela est pour limiter les possibilités d’être prise à court dans une situation qui mènerait à des activités sexuelles? Je ne juge aucunement tes raisons, ce n’est pas là que mène mon questionnement. Plutôt, savoir le raisonnement en arrière de ta décision pourrait en fait être une partie de la solution que tu cherches.
Tu dis ensuite avoir eu des activités sexuelles avec un homme dont tu n’es pas amoureuse. Je comprends que nous voulons, pour la plupart, commencer notre vie sexuelle active avec une personne qui nous est chère, une personne dont nous sommes amoureuse. Est-ce comme ça que tu le voyais? Mais plus important, l’homme que tu étais avec à ce moment-là, lui fais-tu confiance? Étiez-vous dans un endroit et un moment qui étaient sécuritaires et qui vous laissait le temps d’explorer entre vous? L’amour est important, certes, mais la confiance et le confort sont très importants aussi, peu importe les activités sexuelles qui ont lieu.
Tu indiques enfin que ta conscience ne te laisse aucun répit et qu’en raison de tout ceci, tu te retrouves à t’infliger de la douleur. Je comprends ce que tu ressens. Par contre, essayer de soulager la douleur interne en te brulant n’est pas la solution. Qu’est-ce que ta conscience te dit à ces moments-là? Est-ce des choses répétitives? Est-ce des scénarios? Penses-tu avoir été infidèle à toi-même? À ta promesse de rester vierge jusqu’à 25 ans? As-tu été désappointée par tes expériences? Cette dernière question peut avoir un poids dans la situation. Avoir une expérience agréable aide à minimiser le regret qu’on ressent, mais l’inverse est aussi vrai. Est-ce possible que tu essaies de reproduire la douleur de la pénétration via les brulûres? La douleur étant la manifestation physique de ta conscience?
Je comprends que repenser au tout n’est pas facile. Mais en réfléchissant sur les raisons qui t’a amenée à ces actions pourrait aussi t’aider. Lorsque nous acceptons quelque chose, notre conscience n’a souvent rien à redire. Mais lorsque ce n’est pas le cas, c’est là que nous nous tourmentons même pour la plus banale des raisons. Penses-tu qu’en passant à travers les réflexions, tu pourrais en arriver à accepter que tu aies suivi tes impulsions, ton désir, ton corps, plutôt que la raison et la logique? Ce n’est pas toujours mauvais en soi d’être régis par son corps, dans un moment comme celui-là. Qu’en penses-tu?
Par ailleurs, penses-tu que de parler avec quelqu’un de ce que tu vis t’aiderait? Discuter en profondeur, apprendre de toi-même en même temps? Je te conseille fortement de prendre rendez-vous avec un psychologue ou un sexologue. Ce qui m’inquiète est que ce tourment, tu te l’infliges aussi, tu te punis de t’être laissé aller dans un moment de la chair. Si tu n’es pas confortable avec un professionnel, y-a-t-il un ami ou une personne proche à qui tu pourrais faire confiance? Voir même cet homme avec qui tu as été? Penses-tu qu’en lui avouant ce que tu ressens, tu pourrais venir à terme avec l’expérience? Je t’encourage fortement à trouver quelqu’un de confiance avec qui parler, qui pourrait t’aider à diminuer l’anxiété, le stress et les émotions négatives en soi que tu ressens présentement. Par ailleurs, si tu peux lentement reprendre la routine quotidienne – aller en classe, manger – pourra aussi t’aider à travers ceci. Penses-tu cela une possibilité? Comment te sens-tu face à cette idée?
N’hésite pas à nous réécrire. Et n’hésite pas à aller chercher de l’aide, que ce soit en bureau ou via une ligne d’aide téléphonique, tu n’es pas seule à travers ceci.
Tamara


About Tamara Ginn

Bachelière en sexologie, diplomée de l'UQAM. Stagiaire avec AlterHéros en 2012-2013 et administratrice depuis 2013.

Leave a comment