Est-ce que mes symptômes peuvent être liés à la primo-infection du VIH?


Bonjour, depuis près de 5 ans j’ai des relations sexuelles non protégées avec mon meilleur ami que je connais depuis 13 ans. Il y a trois ans alors que j’étais en vacance un seul ganglions s’est gonflé dans l’aine accompagné plus tard de maux de tête, frissons, et d’une fièvre supérieure à 38°. Je suis allé consulter et on m’a parlé de mononucléose ou de griffe du chat. Je suis resté 2 semaines très malade. Je ne pense pas que mon ami soit séropositif je le connais depuis très longtemps et il n’a pas encore eu de relation sexuelles avec des filles En plus je suis quelqu’un de très anxieux et je fais des crises d’angoisse mar rapport à ça… j’ai peur d’avoir eu le vih et que cette maladie soit la primo-infection…
C’est pour ça que je vous écris, j’aimerais savoir si d’autres IST ou maladies pourraient être responsables de ces symptômes ou si à vos yeux ces symptômes sont causés par la primo infections…. merci d’avance…
Mathieu

Bonjour Mathieu 😊
J’espère que tu vas bien ! Je te remercie de faire confiance à notre équipe pour tes préoccupations en lien avec ta santé sexuelle. 
Si j’ai bien compris, il y a trois ans, tu as présenté différents symptômes (ganglions enflés, maux de tête, fièvre) qui ont perduré environ deux semaines. Tu as consulté, mais tu n’as pas obtenu un diagnostic certain, seulement des hypothèses (mononucléose, maladie des griffes du chat). Puisque tu avais eu des relations sexuelles non protégées avec ton ami, tu te demandes si les symptômes que tu as eus pourraient découler d’une infection au VIH et représenter le stade de la primo-infection de ce virus. Cela t’inquiète beaucoup et tu aimerais avoir notre avis sur ta condition de santé. C’est bien cela ? Je vais tenter de t’aider à y voir plus clair ! Je tiens toutefois à préciser que je ne suis médecin, mon avis ne remplacera donc jamais celui d’un.e médecin. 
La seule manière d’avoir l’heure juste sur ton statut sérologique (et sur ta condition de santé sexuelle globale) est de passer un test de dépistage complet. Ma recommandation ne se veut pas alarmiste; passer régulièrement un test de dépistage des infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS) est une excellente habitude pour tout individu ayant des activités sexuelles avec autrui (encore plus dans le cas des relations sexuelles non protégées). Tu peux consulter ce site pour trouver un centre de dépistage dans ta région. Il est vrai que les services de santé sont au ralenti en raison de la situation actuelle en lien avec la COVID-19, mais je te recommande quand même de prendre contact et d’expliquer ta situation aux professionnel.le.s d’un centre de dépistage. Iels pourront certainement te prendre en charge éventuellement ou te diriger vers une autre ressource adéquate.
Le fait de passer un test de dépistage entraîne bien sûr la possibilité de recevoir l’annonce d’un résultat positif. Ainsi, je comprends qu’il est possible que tu sois réticent à aller consulter. Mais c’est tout en ton honneur de désirer prendre soin de ta santé et de celle de tes partenaires! Ainsi, seul un dépistage pourra t’en donner le coeur net. En effet, l’incertitude est souvent la position la plus anxiogène et, advenant le cas où tu aurais contracté une ITSS, un diagnostic s’accompagne de traitements et de précautions qui sont essentielles pour assurer ta santé et celles des autres. Par ailleurs, il est possible, si tu le souhaites, d’être accompagnée d’une personne de confiance au moment où le.la professionnel.le de la santé te partagera tes résultats. Dans tous les cas, le.la professionnel.le de la santé te partagera toutes les informations nécessaires et traitement selon la situation.
Je ne suis pas médecin, mais il me semble tout à fait possible que les symptômes que tu as eus aient été entraînés par une autre infection que le VIH, comme la mononucléose, la syphilis ou même certaines souches d’influenza. Lorsque tu es allé consulter, il y a trois ans, avais-tu mentionné tes relations sexuelles non protégées ? Le.la professionnel.le de la santé t’avait-il.elle fait passer des prises de sang ? Quand tu auras la possibilité d’aller passer un test de dépistage, sois complètement honnête avec la personne que tu consulteras. Celle-ci ne portera pas de jugement sur tes expériences sexuelles et aura besoin de connaître tes antécédents afin de te faire passer les tests adéquats. Je te précise que certaines infections (comme le VIH, la syphilis et l’hépatite C) sont dépistées au moyen d’un test sanguin. Si tu n’as jamais fait de prise de sang, je te rassure ! Ça ne dure pas longtemps et tu ne ressentiras qu’un pincement. 
Tu mentionnes que tu ne crois pas que ton ami soit séropositif. On a tous tendance à présumer du statut de santé sexuelle des personnes avec qui on a des relations sexuelles, mais on a tort de le faire. En effet, chaque individu peut avoir la possibilité de contracter une ITSS, et ce, peu importe son mode de vie, son orientation sexuelle, la fréquence de ses activités sexuelles, etc. C’est pour cela que les meilleures habitudes à prendre sont de se faire dépister régulièrement et d’avoir une communication honnête avec nos partenaires sur notre gestion du risque et de notre santé. J’en profite pour demander si, lorsque tu dis que tu as des rapports sexuels non protégés avec cet ami, j’ai interprété qu’il s’agissait de relations sexuelles. Si ta situation ne fait que référence au sexe oral (donc bouche à pénis/vulve/anus), je t’invite à lire cette réponse : J’ai reçu une fellation non protégée. Quels sont les risques?. 
Tu le sais peut-être déjà, le préservatif est extrêmement efficace pour se protéger du VIH (et de la grande majorité des ITSS). Je sais qu’il est souvent plus tentant d’avoir des relations sexuelles sans préservatif. Cependant, ta santé est importante! C’est pourquoi il est important de comprendre les différents risques afin de prendre des décisions éclairées si ton/ta partenaire et toi optez, ensemble, pour utiliser un préservatif ou non. Pour citer mon collègue Guillaume, : ”Le condom est la technologie la moins coûteuse et la plus facile pour prévenir la transmission du VIH et d’autres ITSS. Toutefois, pour plusieurs raisons qui appartiennent aux personnes concernées, certaines personnes prennent la décision de ne pas utiliser de condom. Si tel est le cas, l’important est de connaître les différentes stratégies disponibles à adopter avec ton partenaire (ou tes futurs partenaires!) : notamment le dépistage régulier, le traitement advenant un résultat positif à une ITSS et une communication constante sur la santé sexuelle!”
Je te laisse aussi avec ce site internet Le sexe qui t’allume qui aborde la santé sexuelle pour les gars qui ont du sexe avec des gars. C’est une belle façon de se renseigner davantage sur le VIH, les différentes pratiques sexuelles sécuritaires et de ses différentes méthodes de prévention, dont la PrEP qui est un médicament qui réduit, voire élimine, la possibilité de contracter le VIH lorsque le médicament est bien utilisé.
Si tu souhaites trouver des informations claires et exactes sur les différentes ITSS et moyens de contraception, je te recommande ce site. En revanche, dis-toi bien qu’il est inutile (et angoissant) de tenter de s’auto-diagnostiquer. Seuls les tests médicaux te donneront un résultat sur lequel tu pourras te fier. C’est pour cette raison que je ne m’avance pas non plus pour te donner mon impression en lien avec tes symptômes.
J’espère avoir pu t’éclairer dans tes divers questionnements ! Je sais que, pour plusieurs personnes, il peut s’agir d’un processus stressant, d’autant plus qu’il sera peut-être prolongé en raison de la crise mondiale actuelle. Tu mentionnes être anxieux et faire des crises d’angoisse. As-tu du soutien psychologique ? Peux-tu t’ouvrir à une personne de confiance au sujet de ce que tu vis et de ce qui t’angoisse ? Il est aussi possible de contacter Sida Info Service au +0 800 840 800 qui est un dispositif d’aide à distance en santé permettant de répondre à des interrogations liées au VIH/sida. Parfois, en apprendre davantage permet de réduire certaines de nos anxiétés! Prends bien soin de toi, fais les démarches pour consulter te faire dépister, mais ne te préoccupe pas outre mesure : il est fort probable que l’infection que tu as contractée il y a environ trois ans ne soit pas une ITSS et que tu n’en sois plus atteint. N’hésite pas à nous réécrire, quel que soit le sujet ! Tu n’es pas seul.
Bon courage !
Jeanne, bénévole pour AlterHéros


About Jeanne

Amoureuse de la littérature, voyageuse insatiable et éternelle indignée. Son baccalauréat en sexologie fraîchement complété, Jeanne est fin prête à lutter pour ce qui lui tient à coeur : la libération sexuelle et la progression vers une vision positive et égalitaire des différentes identités, orientations et pratiques sexuelles. Chaque jour est une nouvelle occasion d'aborder la sexualité sans tabous.


Leave a comment

One thought on “Est-ce que mes symptômes peuvent être liés à la primo-infection du VIH?