Est-ce que je peux avoir le sida et est-ce que je peux le transmettre à ma copine en l’embrassant?


Bonjour je m’appelle Jeremy et j’ai 16 ans. Depuis 6 ans j’ai des relations sexuelles avec mon meilleur ami (que je connais depuis tout petite qui n’a jamais eu de relations sexuelles en dehors de moi). Mais il y a trois ans j’ai vu un seul ganglion énormément gonfler dans l’aine accompagné de symptômes tels que vertiges frissons et une fièvre supérieure à 38°. Je suis allé consulter et on m’a parlé de mononucléose ou de griffe su chat mais je n’ai jamais su. Il faut savoir que les relations que j’avais étaient orales tels que des fellations et anulingus (de ma part) et aucune réelle pénétration anale. Il y a 6 mois nous avons fait le chapitre sur le SIDA au lycée et j’ai commencé à stresser. Je me suis reconnu dans les symptômes (primo-infection) et étant quelqu’un de très anxieux, j’ai commencé à faire de crises de panique. Maintenant j’ai peur d’embrasser ma copine et de lui transmettre le virus par exemple pendant un baiser langoureux.
Donc pensez vous que je peux avoir le SIDA et est ce que je peux le transmettre à ma copine en dehors des rapports sexuels (par exemple en l’embrassant avec la langue) ?
Merci beaucoup d’avance 🙂
Jerrrrmy

Salut Jerrrmy !
Merci encore une fois une faire confiance à l’équipe d’AlterHéros concernant tes questionnements liés à ta santé sexuelle. Je vois que tu t’inquiètes de possiblement avoir le VIH à la suite de rapports sexuels oraux avec un de tes amis. Tu te demandes donc s’il est possible que tu aies le sida et s’il est possible pour toi de transmettre le virus à ta copine à l’extérieur de rapports sexuels.

Tout d’abord, rassure-toi, je ne crois pas que tu sois à risque ; et encore moins ta copine! Je vais expliquer tout au long du message les raisons pour lesquelles j’affirme ceci. Mais d’abord, ce qui me surprend le plus, c’est que les questionnements que tu as eu concernant le VIH/sida font suite à une classe au lycée où vous avez abordé le thème du VIH/sida. Il est dommage de constater que plusieurs enseignant.e.s n’offrent pas de l’information de qualité et actualisée concernant le VIH, car si tel était le cas, je crois bien que tu n’aurais pas eu ces questionnements aujourd’hui t’invitant à nous contacter! Alors, si tu te sens confortable à la fin de la lecture de cette réponse, tu pourras par la suite discuter avec ton ou ta professeur.e afin de lui faire remarquer les différents angles morts de son enseignement sur le VIH… Mon éditorial étant complété, rentrons dans le vif du sujet!
D’abord, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est le virus responsable du syndrome de l’immunodéficience humaine (sida). En règle générale, si une personne vivant avec le VIH reçoit des traitements appropriés, le sida ne se développera pas. C’est pourquoi il est important de distinguer le VIH du sida, car la majorité des personnes vivant avec le VIH ne développeront pas les différentes infections caractéristiques du sida.

Ceci étant dit, tu affirmes n’avoie eu que des relations sexuelles orales avec ton meilleur ami, incluant fellation et anulingus. Lors de relations sexuelles orales, le risque de transmission du VIH se situe entre très faible et nul. En d’autres mots, les chances que tu sois porteur du VIH à cause de relations sexuelles orales sont quasi… nulles! Néanmoins, ma collègue Jeanne avait abordé en profondeur les questions liées aux symptômes pouvant possiblement être liés à la primo-infection du VIH dans cette réponse. Tu peux toujours la relire en cas de besoin. 🙂 Et puis, je te rappelle que la meilleure façon d’en avoir le coeur net concernant sa santé sexuelle, c’est de procéder à un test de dépistage pour détecter de possible infections transmises sexuellement ou par le sang (ITSS). Passer un test de dépistage sur une base régulière lorsque nous sommes actif.ve.s sexuellement est une excellente habitude à avoir afin de prendre en charge sa santé personnelle ainsi que la santé de notre/nos partenaire(s). Tu peux consulter ce site pour trouver un centre de dépistage dans ta région.

Maintenant, comment se transmet le VIH? Il est important de savoir que la transmission du VIH n’est pas aussi facile que certaines personnes peuvent le croire. Pour que la transmission ait lui, il faut réunir ces trois éléments : (1) une porte de sortie du virus (saignement, éjaculation, production de liquide pré-éjaculatoire, allaitement, utilisation de matériel d’injection), (2) une porte d’entrée du virus dans un organisme non porteur (plaie ouverte, lésion de la peau, muqueuse anale, vaginale, injection, ingestion, tatouage, perçage) et (3) un porteur (messager) du virus entre ces deux portes (liquide biologique comme le sperme, le liquide pré-éjaculatoire, les sécrétions vaginales, anales, le lait humain, le sang). (Source)

Certaines activités sexuelles ou comportements peuvent être davantage à risque que d’autres pour la transmission du VIH. Je te suggère de jeter un coup d’oeil au tableau suivant tiré du site internet de CATIE.

Activité (pour les activités sexuelles, la position du partenaire séronégatif est précisée)

Estimation du risque moyen

Taux de transmission

Relation sexuelle anale réceptive

1,4 %

1 transmission sur 71 expositions

Injection de drogues au moyen d’une seringue/aiguille partagée 0,63 % 1 transmission sur 159 expositions

Relation sexuelle anale pénétrante

0,11 %

1 transmission sur 909 expositions

Relation sexuelle vaginale réceptive

0,08 %

1 transmission sur 1 250 expositions

Relation sexuelle vaginale pénétrante

0,04 %

1 transmission sur 2 500 expositions

On y constate que les relations sexuelles orales ne constituent pas un risque statistiquement significatif pour être enregistrées dans ce tableau (le risque zéro n’existe pas, mais les chances sont quasi nulles comme je te l’ai expliqué précédemment). On constate aussi que les comportements non sexuels comme embrasser une personne avec la langue ne comportent aucun risque de transmission du VIH. 
pas-risque-vih-pratiques
Avant de conclure, j’aimerais t’inviter à lire ce magnifique guide sur la santé sexuelle. Ce guide abordent l’ensemble des différentes activités sexuelles ainsi que les possibilités de transmission d’ITSS selon le comportement. 🙂 Peu importe les gens avec qui tu prends la décision d’avoir des rapports sexuels, je t’encourage simplement à conserver une communication franche et honnête avec l’ensemble de ces personnes afin que tou.te.s puissent prendre en charge leurs différentes notions du risque et du plaisir.

En parlant de plaisir, je te souhaite simplement de t’amuser, dans le respect et le consentement de tes partenaires. Et n’oublie pas que les tests de dépistage font partie intégrante d’une vie sexuelle active, diversifiée et épanouie et qu’il n’y a absolument aucun mal à y avoir recours. 🙂
Si tu souhaites t’informer davantage au sujet du VIH/sida, je t’encourage à naviguer ce magnifique site du Portail VIH/sida du Québec. De plus, si tu te questionnes sur les différents risques d’ITSS associés au sexe oral, je t’invite à lire cette réponse : J’ai reçu une fellation non protégée. Quels sont les risques?
Et en conclusion, pour citer mon ancienne réponse, : ”Le condom est la technologie la moins coûteuse et la plus facile pour prévenir la transmission du VIH et d’autres ITSS. Toutefois, pour plusieurs raisons qui appartiennent aux personnes concernées, certaines personnes prennent la décision de ne pas utiliser de condom. Si tel est le cas, l’important est de connaître les différentes stratégies disponibles à adopter avec ton partenaire (ou tes futurs partenaires!) : notamment le dépistage régulier, le traitement advenant un résultat positif à une ITSS et une communication constante sur la santé sexuelle! ”
Je te laisse aussi avec ce site internet Le sexe qui t’allume qui aborde la santé sexuelle pour les gars qui ont du sexe avec des gars. C’est une belle façon de se renseigner davantage sur le VIH, les différentes pratiques sexuelles sécuritaires et de ses différentes méthodes de prévention, dont la PrEP qui est un médicament qui réduit, voire élimine, la possibilité de contracter le VIH lorsque le médicament est bien utilisé.
J’aimerais encore une fois souligner la confiance que tu as envers nos services. Il n’est pas toujours évident d’avoir des informations de qualité concernant la santé sexuelle – et tout particulièrement une information qui n’est pas moralisatrice sur tes comportements sexuels -. Sache que tu peux toujours écrire à AlterHéros si tu as des questions sur la sexualité!
Au plaisir d’avoir de tes nouvelles prochainement ! 🙂
Guillaume, pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment