Est-ce normal d’avoir un sérodiagnostic de 4,6 pour la syphilis?


Bonjour est ce normal d’avoir 4,6 (TPLA) pour la syphilis svp
F.

Salut F. !
 
Merci pour la confiance que tu donnes à AlterHéros. Si je comprends bien ta question, tu as récemment fait un test de dépistage et tu as reçu un sérodiagnostic de 4,6 T.U. à un test tréponémique (TPLA) pour détecter une possible syphilis.
Tout d’abord, si tu as des questions précises concernant des résultats de dépistage, l’idéal est de contacter directement ton ou ta médecin ou le laboratoire où les échantillons ont été analysés afin d’adresser tes questions.
Puis, je tiens également à te rassurer que tu aurais été contacté.e directement par un.e professionnel.le de la santé si une anomalie ou un résultat positif avait été détecté. Ce qui, selon ta question, ne semble pas le cas. En cas de doute, je me répète, n’hésite pas à communiquer avec la personne responsable de ton dépistage pour avoir plus d’informations ou pour adresser tes questions. 🙂
Il existe plusieurs tests permettant de détecter la syphilis dans le corps humain. Dans la situation décrite dans ta question, le test tréponémique permet de calculer la réponse immunitaire de ton corps face à la famille des bactéries tréponématoses, dont la syphilis fait partie. En d’autres mots, ce test ne calcule pas la présence de la syphilis elle-même, mais bien la quantité d’anticorps présents dans ton corps pour combattre ces bactéries précises.
Or, la présence de quelques anticorps n’est pas significatif pour déterminer un diagnostic positif à la syphilis. En effet, il faut un résultat de minimum 10 T.U. ou plus pour diagnostiquer une syphilis. 
Ainsi, un résultat sérologique de 4,6 T.U ne signifie pas que tu as une syphilis. Néanmoins, voici trois possibilités qui peuvent expliquer ce résultat. Ton ou ta médecin pourra certainement t’en nommer davantage!
1) Il est possible que ton corps ait développé ces anticorps suite à une infection à une bactérie de la famille tréponémique.
2) Si tu as déjà eu un diagnostic positif de syphilis dans le passé et que celle-ci a été traitée, il est important à savoir qu’un être humain traité pour la syphilis conservera dans son sang une forme de cicatrice sérologique. En d’autres mots, une syphilis peut être traitée, mais il demeure possible de détecter des traces d’anticorps! Une infection ancienne même traitée laissera donc toujours des anticorps et résultera en un test positif, mais inférieur à 10 T.U..
3) Est-ce que tu as eu un rapport sexuel oral, vaginal ou anal sans préservatif? Ou échanger un jouet sexuel avec un.e partenaire dans les trois semaines précédents la prise de sang liée à ton dépistage? Si oui, il est possible d’avoir contracté une syphilis, mais que celle-ci soit trop récente (moins de trois semaines depuis la contamination) pour que les tests soient positifs. Si cette option est possible, il est recommandé de faire un second test de dépistage pour la syphilis 14 jours après ton premier test afin de détecter si le taux d’anticorps n’aurait pas changé et ainsi te donner un diagnostic fiable.
S’il advient que tu reçois un diagnostic positif pour la syphilis, ne t’inquiète pas trop! En détectant tôt une infection à la syphilis, celle-ci est très facilement traitable! En effet, la syphilis se traite bien avec des injections d’antibiotiques (généralement au niveau du fessier! La piqûre peut faire un peu mal, je parle ici par expérience personnelle!). Il sera, le cas échéant, important d’aviser tes ancien.ne.s partenaire.s afin qu’iels puissent également recevoir un traitement et ainsi mettre une fin à une chaîne de contamination. 🙂
 
Bien qu’il s’agit d’une infection avec un nom qui nous rappelle les vielles époques, c’est une bactérie qui est effectivement présente au Canada tout comme en France et qui est en constante augmentation. L’important lorsqu’on parle de santé sexuelle est simplement de demeuré.e renseigné.e sur les différentes infections transmissibles sexuellement ou par le sang (ITSS), d’avoir une communication honnête avec notre ou nos partenaire(s) sur notre santé et nos antécédents, d’utiliser divers outils de prévention comme le préservatif et d’opter pour des dépistages réguliers selon nos comportements sexuels ou le nombre de partenaires que nous avons.
 
J’espère que le tout a pu t’éclairer! N’hésite pas à nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin. 🙂
Guillaume, pour AlterHéros
 
PS : Je te laisse avec ces infographies de la syphilis créées par le Portail VIH/sida du Québec. Elles résument très bien l’essentiel que nous devons savoir au sujet de la syphilis. 🙂
No photo description available.
No photo description available.


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment