Est-ce normal d’avoir juste du désir sexuel pour les gars, sans avoir de désir émotionnel, alors que j’en ai pour les filles ?


Salut Stan.

Tout d’abord, je tiens à te remercier d’avoir pris le temps de nous écrire.

Dans ton message, tu nous demandes s’il faut être attiré sexuellement et affectivement par un individu de son sexe pour être considéré comme une personne homosexuelle. Par ailleurs, tu nous révèles que tu éprouves davantage de désir pour les gars que pour les filles, mais que tu ne ressens aucun sentiment à l’égard des premiers et que tu ne t’imagines pas en couple avec quelqu’un de ton propre sexe.

D’emblée, précisons que l’homosexualité se caractérise par une attirance sexuelle entre des hommes ou entre des femmes. Par conséquent, nul besoin d’éprouver des sentiments à l’égard d’un gars pour que tu puisses te définir comme étant une personne homosexuelle. Donc, pour répondre plus précisément à ta question, on peut dire que l’attirance sexuelle est ce qui compte le plus dans la définition de l’homosexualité. Cependant, je tiens à nuancer cette dernière affirmation, car je pense que l’être humain, s’il veut grandir et vivre heureux, a autant besoin d’une sexualité épanouie que d’une vie affective comblée. Négliger un aspect au détriment de l’autre serait s’exposer à de multiples frustrations, lesquelles risqueraient d’empoisonner ta vie.

Maintenant, analysons en détail ta situation. Tu nous dis que tu « ressens de l’attirance pour les deux sexes, peut-être même un peu plus pour le même sexe. » Selon ton propre témoignage, il semblerait que tu sois une personne bisexuelle. Cependant, j’aimerais que tu t’interroges sur le fait que tu te dises incapable de ressentir des sentiments pour un gars ou, encore, que tu ne puisses t’imaginer être en couple avec un autre gars.

Quand nous observons notre société, qu’y remarque-t-on? Quelle est largement hétérocentriste, c’est-à-dire qu’elle est organisée en fonction des personnes hétérosexuelles. Il se peut, en outre, que tu proviennes d’un milieu conservateur sur le plan moral et, donc, enclin à une certaine homophobie. Dans les circonstances, il serait normal que tu sois tenté de pratiquer ce qu’on appelle du déni, en d’autres termes le fait de refuser d’assumer une situation qui te rend inconfortable. Voilà peut-être (ce n’est qu’une hypothèse personnelle) ce qui expliquerait le fait que tu ne puisses t’imaginer en couple avec un autre gars. Et, au contraire, comme le modèle hétérosexuel, lui, est omniprésent dans notre société, je conçois très bien, aussi, qu’il te soit plus facile de te voir en couple avec une fille, car – qu’il s’agisse de la télévision, du cinéma, des vidéo-clips, de la littérature et de la pub – presque tous les éléments culturels de notre société font, directement ou indirectement, la promotion de la vie de couple dite « normale », c’est-à-dire un gars et une fille. Certes, les gays et les lesbiennes sont de plus en plus visibles, mais les parents prennent encore trop souvent pour acquis que leurs enfants sont hétérosexuels et cherchent à les éduquer en conséquence. Dès lors, il n’est pas rare qu’une personne homo ou bisexuelle soit confuse et ait de la difficulté à assumer ce qu’elle ressent.

Bref, il faudrait que tu te demandes pourquoi tu es incapable de ressentir des sentiments envers les gars. Est-ce parce qu’ils ne t’intéressent pas du tout? Non, puisque tu peux éprouver du désir à leur égard. Or, le désir qu’on éprouve pour quelqu’un, homme ou femme, s’accompagne souvent d’un besoin de le toucher, de le caresser. De ces gestes tout simples découle habituellement une espèce de tendresse. Cette même tendresse, sans même qu’on y songe, nous invitera tout bonnement à vouloir le bonheur de l’autre, à lui faire plaisir… Ainsi, comme tu peux le constater, l’attirance sexuelle n’est pas forcément très éloignée de l’attirance émotionnelle, et celui qui éprouve la première peut aisément succomber à la deuxième… à moins, bien sûr, qu’il y ait un quelconque blocage qui vienne freiner ce passage du « corps » au « coeur ». Ceci étant dit, je ne nie pas qu’on puisse parfois ressentir du désir sans aucune émotion, mais je suis étonné que, de ton côté, tu n’aies jamais éprouvé le moindre sentiment pour un gars. C’est, je pense, sur cet aspect qu’il faudra que porte ta réflexion si tu veux répondre à cette immense question que tu nous posais, en guise de conclusion : « Qui suis-je au juste? »

J’espère, Stan, que mes commentaires te seront utiles. Si jamais tu te poses d’autres questions, n’hésite surtout pas à nous réécrire. Il nous fera toujours plaisir de t’aider.

Bonne chance!

Benoît

Leave a comment