Est-ce grave si j’ai regardé les seins et le vagin d’une fille?


Est ce que c’est grave si j’ai regardé les seins d’une fille et aussi le vagin.

William

Salut William!

C’est une question super importante que tu nous poses ici et je suis certain que plusieurs se posent la même question! Alors tu te demandes si c’est grave d’avoir regardé les seins d’une fille et aussi son vagin. La réponse courte sera : ça dépend! Explorons ensemble!

Premièrement, il me manque plusieurs éléments pour bien saisir ta question. Lorsque tu dis que tu as regardé le vagin et les seins d’une fille, c’était dans quel contexte? C’était dans la rue? À l’école? En privée? Est-ce que cette personne était habillée ou non? Par exemple, regarder les parties intimes d’une personne à son insus lorsque celle-ci se dénude, par exemple en l’espionnant dans un vestiaire ou même dans un endroit privé, serait une forme d’agression (voyeurisme), puisque cette personne ne consent aucunement à être regardée à son insus dans la sphère privée. À l’inverse, s’il s’agit d’une personne avec qui tu partages une intimité physique, comme de la sexualité consentante, et que vous êtes nu‧e‧s ensemble dans le même lit, alors je pense que la meilleure façon de savoir si c’est correct c’est de lui demander! Ce n’est pas toutes les personnes qui apprécient se faire regarder de près les organes génitaux pendant un acte sexuel, alors l’idéal est de s’informer auprès de la personne concernée. 🙂

Deuxièmement, il est possible que tu fasses référence à ”regarder la poitrine et l’entre-jambe” d’une fille alors que celle-ci soit habillée, à l’école ou dans la rue par exemple. À moins que tu aies une vision de rayon X, il m’étonnerait fort bien que tu sois capable de voir à travers les vêtements et ainsi voir sa vulve (par ailleurs, le vagin est plutôt la partie interne, alors que la vulve est la partie visible et donc externe)! Néanmoins, je poursuivrais cette réponse en prenant pour acquis que tu réfères ici au fait de regarder certaines parties intimes du corps d’une fille (à l’extérieur d’un cadre intime et sexuel). 

Si tu regardes brièvement une certaine partie du corps, dans ce cas-là, ce n’est pas une agression sexuelle, car il n’y a pas eu d’attouchement physique. Mais si la personne te regarde et te montre qu’elle n’est pas d’accord pour que tu la regardes de cette manière-là, il faut arrêter. En d’autres mots, c’est correct de regarder une personne que l’on trouve jolie, mais il est important à connaître la ligne à ne pas dépasser pour ne pas rendre cette personne mal à l’aise. C’est une question de jugement après tout. En gros… il y a une différence entre «regarder brièvement» et «fixer», il y a ainsi une différence entre «apprécier» et «harceler».

Mon conseil? Ne fixe jamais les parties intimes d’une personne sans son consentement. Si on trouve jolie une personne, il est certes possible de lui envoyer un regard bienveillant dans les yeux ou même un sourire, et même de l’exprimer poliment de façon verbale ou écrite, il faut juste ne pas être insistant et respecter son éventuel refus.

J’en profite pour t’inviter à réfléchir un peu plus loin : c’est vraiment correct d’apprécier la beauté humaine! Là où ça peut devenir problématique, c’est lorsqu’on manque de jugement et de respect, soit en étant insistant, ou soit pas l’accumulation. Ce que je veux dire par accumulation, c’est qu’il est malheureusement quelque chose de trop commun, encore aujourd’hui, que plusieurs filles puissent vivre du harcèlement de rue. Le harcèlement de rue désigne toutes les pratiques de harcèlement sexuel vécues principalement par des femmes dans l’espace public (rues, transports en commun, école) de la part d’inconnus de genre masculin. Ces pratiques englobent tous les types d’actes d’objectivation sexuelle, soit une pratique dans laquelle le ou la partenaire est réduit‧e à un instrument (objet) de plaisir sexuel ou érotique sans se soucier de ce qu’il/elle/iel ressent. Le harcèlement de rue englobe ainsi les sifflements, les tentatives de séduction, les remarques déplacées, les attouchements non-consentis et les regards insistants. Il faut comprendre que pour plusieurs personnes, ces comportements peuvent être très mal vécus, notamment en raison de la fréquence que ces événements peuvent arriver. Tu peux imaginer, par exemple, vouloir simplement marcher dans le corridor de ton école mais qu’à chaque coin que tu tournes, tu dois faire face, contre ton gré, à un regard déplacé sur ton entre-jambe, à des sifflements ou à des commentaires sexuels. Tu comprends que cela peut être épuisant et frustrant et même déshumanisant et que tout cela découle d’une culture du viol. La culture du viol, pour reprendre la définition gouvernementale, est un : «Ensemble de comportements qui banalisent, excusent et justifient les agressions sexuelles, ou les transforment en plaisanteries et divertissements. Le corps des femmes y est considéré comme un objet destiné à assouvir les besoins des hommes. Les commentaires sexistes abondent et ils créent un climat confortable pour les agresseurs. Dans une telle culture, la responsabilité de l’agression repose sur la victime, dont la parole est remise en cause.»

En résumé, c’est correct que notre regard puisse rapidement tomber sur certaines parties d’un corps d’une autre personne, ça arrive, assure-toi simplement de ne pas rendre mal à l’aise la personne, c’est le plus important. 😉 Ainsi, je t’invite à ne pas fixer, à ne pas changer d’expression faciale en faisant des commentaires de mononcles, à ne pas faire de gestes déplacés et à travailler, simplement, à regarder les personnes dans les yeux et à leur faire preuve de respect! Pis, c’est super sexy un gars qui sait être respectueux des autres filles, pis le fait que tu t’informes de cette façon pour savoir comment le mieux agir est vraiment cool! Je suis certain que tu peux mettre la main à la pâte pour fin au sexisme, mettre fin aux violences faites aux filles et aux femmes et promouvoir une culture de la séduction qui se veut respectueuse et libératrice, et surtout, basée sur le consentement!

Je sais que ça sort un peu du contexte de ta question, mais j’en profite pour te laisser ce visuel qui définie la différence et les nuances entre la séduction et le harcèlement 🙂

(lien de l’image)

Je suis conscient qu’il s’agit d’une longue réponse, mais je voulais m’assurer d’adresser l’éventail des dimensions de ta question!

J’espère que cela est clair! Et je t’invite à nous écrire de nouveau au besoin. 🙂

Chaleureusement,

Guillaume (il/he), pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment