Comment atténuer mes pulsions sexuelles ?


Bonjour.j’ai 24 ans hétéro, j’ai une copine et une fille de 2 ans.je ne sais plus ou j’en suis sexuellement. J’ai trompé ma copine plusieurs fois.j’ai eu une expérience avec un mec dans un sauna gay.je me masturbe souvent je vais aussi voir des prostituées.je n’arrive pas du tout a gérer mes pulsions.je voudrais redevenir quelqu’un de sain sexuellement et dans ma tête.pour moi le seul moyen est de trouver comment atténuer ses pulsions. (médicaments, thérapie,…..) je ne sais pas

Salut Romain,

Je sens à travers ton discours une certaine détresse, et je te remercie donc de te pencher vers nous pour obtenir de l’aide. Je comprends que tes pulsions sexuelles semblent fortes ces derniers temps et que tu ne te sens plus « sain sexuellement », dépassé par elles et par leurs répercussions.

Les pulsions sexuelles sont difficiles à définir. Il s’agit d’une envie, un désir, d’une intensité variable. Si elles sont trop fortes et incontrôlables, on parle alors d’obsessions- compulsions. La personne aux prises avec une pulsion se sent incapable de la gérer en pensée et en action. Le seul moyen de relâcher « la tension » est de se laisser aller à la pulsion. Elle ne se sent plus maître de ses pensées et de ses actions, mais en devient plutôt l’esclave.

Je ne sais pas si ce que je décris te parle, Romain. Tes pulsions ne semblent plus t’apporter le plaisir d’autrefois. Tu regrettes probablement les gestes commis à posteriori. Tu dois effectivement apprendre à freiner ces actions que tu regretteras, puis à gérer les pensées envahissantes. Tu as une jeune fille et cela a probablement changé drastiquement ta vie, celle de ta copine, votre couple l’anxiété est peut-être plus forte dans ta vie désormais. Crois-tu que tu vis ton anxiété à travers tes pulsions sexuelles, comme une échappatoire ? Es-tu encore heureux avec ta copine ? As-tu essayé de discuter et de vivre tes désirs sexuels avec ta copine plutôt qu’avec des prostituées ou en te masturbant ? Est-ce que tu es heureux en couple et veux-tu toujours aller de l’avant dans cette relation ? Ces questions méritent un peu d’attention.

Je pense qu’une thérapie est indiquée, si tu te sens dépassé par tes pulsions et actions. Tu dois reprendre le dessus, un psychologue ou un sexologue pourrait t’enseigner des moyens / techniques pour mieux gérer tes pensées, afin que tu vives mieux avec elles. Je ne crois pas à « un médicament miracle », qui diminuerait les pensées sexuelles et pulsions. Cependant, si ton thérapeute juge que tu présentes un important problème anxieux, un antidépresseur pourrait aider à diminuer tes symptômes de stress. Il s’agit d’une indication courante. Certains antidépresseurs diminuent parfois la libido, mais il s’agit d’un effet indésirable, et donc pas un traitement approuvé.

Il faut te rappeler : la solution ne vient pas de l’extérieur. Il ne s’agit pas de trouver une pilule, ou de t’en remettre à un thérapeute « comme à un sauveur ». C’est toi ultimement qui devra trouver ce que tu désires vraiment comme relation au fond de toi (relation monogame vs. Ouverte, hétéro vs. Homo vs. Bi, etc.). Une fois que tu sauras cela, tu devras apprendre à te « distraire » / contrôler les pulsions qui ne vont pas dans le sens de ce qu’est une « vie sexuelle saine » pour toi. Tu chercheras alors à éviter les facteurs déclencheurs (ie certains quartiers ou personnes où/chez qui les tentations deviennent trop grandes). Un ami avec qui tu peux parler quand tu te sens au bord « de l’action » pourrait te supporter dans tes démarches. Il faut de la volonté et de la patience. Je vois souvent des changements de vie radicaux chez mes patients, que ce soit en termes de cessation de tabac ou de perte de poids, de récupération d’une dépression sévère… Fais-toi confiance et va chercher de l’aide, identifie les facteurs qui amènent les pulsions et évitent-les.

J’espère cette réponse utile,

La meilleure des chances pour retrouver le contrôle,

Frédéric Picotte

Résident en médecine familiale


About Frédéric Picotte

Frédéric est médecin de famille pratiquant dans la région de Shawinigan. Il a complété en mai 2008 mon doctorat en médecine à l’Université McGill et deux ans plus tard sa spécialité en médecine familiale via l’Université de Montréal. C’est l'une de ses amies, étudiante en psychiatrie, qui lui a présenté AlterHéros en 2008. Elle cherchait alors un bénévole qui répondrait de manière plus spécifique aux questions à thème « médical », ce qui a constitué la majeure partie de sa contribution jusqu’à maintenant.

J’aime m'impliquer à AlterHéros car on peut rejoindre et rassurer beaucoup de gens, peu importe l’âge, l’orientation sexuelle ou la culture. Je trouve intéressant que la majorité de nos visiteurs soient de jeunes internautes et qu’on puisse donc leur fournir une information de qualité et un espace pour poser des questions qu’ils auraient du mal à obtenir autrement.

Leave a comment