Puis-je offrir et permettre à notre enfant de porter un binder même si son père m’informe de son refus ?


Bonjour,

Je suis la maman d’un enfant de 12 ans né fille mais qui se genre depuis une année au masculin. Il aimerait porter un binder afin d’atténuer sa poitrine. J’ai bien compris qu’il s’agissait d’un dispositif qui pouvait s’apparenter à un produit médical avec des contraintes particulières (notamment port limité à 8 heures et pas de sport car compresse la poitrine mais aussi le thorax). Je suis a priori plutôt favorable à sa demande car je vois bien que son apparence devient compliquée à gérer (porte de gros sweet amples malgré les températures qui commencent à être élevées et ne se sent plus à l’aise en simple tee shirt). Par contre avec le papa nous sommes divorcés et le papa ne semble pas pour l’instant accepter le changement de genre de notre enfant. Il a tout comme moi l’autorité parentale et se révèle plutôt procédurier (n’accepte pas qu’en sa présence je parle de notre enfant au masculin et m’a déjà vainement menacée d’éventuelles poursuites).

Mes questions sont :

1°) Un binder est il adapté à un enfant de 12 ans ?

2°) Si oui, Puis je offrir et permettre à notre enfant de porter un binder même si son père m’informe de son refus ?

Je vous remercie de votre attention.

Carole

Bonjour,

 

Merci de nous écrire. Il s’agit visiblement d’une situation difficile avec le papa et je trouve dommage que votre enfant et vous se retrouvez à devoir gérer cela. Par contre, je tiens vraiment à dire que j’admire votre initiative d’aller chercher de l’information afin de mieux protéger et soutenir votre enfant. Il a de la chance de vous avoir comme mère. 🙂

 

Pour les binders, oui ils sont sécuritaires et peuvent être portés dès le début de la puberté. Plusieurs tailles sont disponibles à cet effet. Comme votre ado va continuer de grandir, il se peut que vous deviez acheter de nouveaux binders lorsque ceux-ci deviennent inconfortables ou trop serrés. Vous êtes bien renseignée sur les consignes à suivre. Je vous mets tout de même ici le lien vers une réponse que j’ai rédigée à une autre mère qui explique les règles à respecter, les risques, les alternatives et les ressources disponibles. Bien que les binders aient des effets positifs sur la santé et le bien-être, je pense que je les qualifierais plutôt d’accessoires ou de vêtements que de produit médical? À priori, n’importe qui en ayant envie pourrait en porter pour n’importe quelle raison. Je suis d’accord qu’un binder serait bien plus confortable et sécuritaire qu’un gros chandail à l’heure des canicules.

 

Certaines personnes trans et non-binaires prennent la décision de ne pas parler à certaines personnes de leurs identités, de leurs désirs ou de leurs démarches. Le fait que votre enfant ait choisi de vous partager ces informations est un signe de confiance, et vous avez l’occasion d’honorer cette confiance en respectant son autonomie et sa capacité de faire des choix informés pour lui-même. C’est plutôt décevant que votre ex-mari ne voit pas la situation de cette façon. Je ne suis pas un.e expert.e en droit français, mais je ne crois pas que l’autorité parentale au sens légal s’applique aux choix de vêtements de son enfant?

 

À titre indicatif, je peux vous dire que la Charte des droits et libertés de la personne du Québec reconnait “le droit à la reconnaissance et à l’exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, l’identité ou l’expression de genre, la grossesse, l’orientation sexuelle, l’état civil, l’âge, […]”. Ces protections sont également présentes dans la Loi canadienne sur les droits de la personne. À ma connaissance, il n’y a pas de base juridique qui pourrait lui permettre d’intenter une action contre vous pour soutenir, respecter et genrer correctement votre enfant, mais encore une fois les spécificités du droit de la famille en France m’échappent puisque nous sommes une association québécoise. Je pourrais vous proposer de contacter une association trans locale pour plus de précisions. Dans tous les cas, il est clair à mes yeux que votre ex-conjoint est dans le tort en refusant de reconnaître l’identité de votre fils et qu’il devrait rapidement corriger ses pratiques s’il désire conserver la confiance de son fils. 

 

Règle générale, j’essaye d’être optimiste et de croire au bien-fondé et au potentiel des gens. J’imagine que le papa tente à quelque part et à sa façon de protéger son fils, mais qu’il comprend mal les enjeux ou ne sait pas comment s’y prendre. Jusqu’à un certain point, il est de son devoir de s’instruire et d’écouter son enfant, mais vous pourriez lui mentionner certains éléments. Par exemple, selon cet article sur le soutien familial des jeunes trans :

Le soutien fort et explicite au sein de la famille contribue au bien-être des jeunes trans, en réduisant leur détresse psychologique. Des recherches récentes démontrent que les enfants transgenres soutenus par leurs parents, au sein de la famille et socialement, ont une identité aussi forte, cohérente et ancrée que chez les jeunes cisgenres. Lorsqu’ils sont soutenus, ils ne sont pas plus déprimés et ne sont que marginalement plus anxieux que les enfants cisgenres.

 

Ce tableau figurant sur la même page permet aussi de bien comprendre l’importance cruciale du soutien des parents :

Je renchéris enfin avec quelques autres documents et ressources qui pourraient enrichir votre réflexion et la sienne : 

 

Bref, vous pouvez participer à l’éducation et la sensibilisation du père, mais vous ne pouvez pas tout faire à sa place non plus. Je réalise qu’il s’agit d’une situation très délicate. 

 

Avez-vous déjà entendu parler de l’organisme Jeunes Identités Créatives? Iels offrent des informations et du soutien aux parents et aux tuteur.ices d’enfants et d’ados trans, non-binaires et créatif.ves dans le genre. Il s’agit d’une association canadienne, mais peut-être pourriez-vous vous joindre au groupe Facebook secret qu’iels gèrent spécifiquement pour les parents? Joindre ce groupe pourrait vous permettre de demander aux membres s’iels ont déjà vécu des situations semblables et s’iels ont des conseils?

 

J’espère que ces quelques informations correspondent à ce que vous cherchiez. Vous pouvez toujours nous récrire. Vous pouvez aussi parler de nous à votre ex-conjoint, il nous ferait plaisir de l’accompagner et de l’informer si cela l’intéresse.

 

Passez une très bonne fin de journée,

 

Maxime, intervenant.e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment