Mon conjoint a beaucoup d'intérêt pour la sodomie. Est-ce un signe d'homosexualité refoulée?

Avec un homme depuis 1 an très peu de relations sexuelles impossible d en discuter il esquive et quitte la pièce les seules fois où il a un élan vers moi il veut me sodomiser… S agit il d une homosexualite refoulee? C par ailleurs quelqu’un de très doux et attentionné tant que ça ne touche pas au sexe. Comment faire évoluer les choses? Comment obtenir au moins un début d explication? Merci d avance

Marie-Édith Vigneau

Avec un homme depuis 1 an très peu de relations sexuelles impossible d en discuter il esquive et quitte la pièce les seules fois où il a un élan vers moi il veut me sodomiser… S agit il d une homosexualite refoulee? C par ailleurs quelqu’un de très doux et attentionné tant que ça ne touche pas au sexe. Comment faire évoluer les choses? Comment obtenir au moins un début d explication? Merci d avance
Bonjour et merci de vous adresser à AlterHéros.
Vous êtes en relation avec un homme depuis un an. Vous avez très peu de rapports sexuels, mais votre conjoint démontre un intérêt particulier pour les relations anales (la sodomie). Vous vous demandez s’il s’agit d’un signe d’homosexualité refoulée et comment obtenir des explications.
D’abord, un intérêt pour les relations anales n’est pas un signe d’homosexualité refoulée. Plusieurs personnes, peu importe leur orientation sexuelle, apprécient la pénétration anale pour différentes raisons, dont les sensations qu’elle procure, l’envie de faire de nouvelles expériences, sa présence dans la pornographie ou son caractère plus «tabou» qui peut être source d’excitation.
Je comprends que vous avez déjà essayé de discuter de sexualité avec votre conjoint, mais qu’il évite la question. Je vous félicite d’avoir fait les premiers pas! Pour entamer la discussion, vous y prenez-vous toujours de la même manière? Si c’est le cas, vous pourriez utiliser un moyen alternatif, comme lui écrire un message, une lettre, par exemple. Je vous invite à parler au «je», par exemple: «Lorsque tu quittes la pièce pendant une discussion, je me sens (…). J’ai l’impression que les rapports sexuels t’intéressent peu, sauf lorsqu’il est question de relations anales. J’aimerais savoir si ce n’est qu’un impression, et sinon, comment on pourrait faire pour passer des moments plus agréables ensemble à ton avis.»
L’endroit et le moment de la discussion peut aussi influencer la disponibilité de votre conjoint. Un endroit calme, un moment où vous avez du temps pour vous exprimer chacun votre tour et une écoute sans jugement sont des clés de réussite d’une bonne communication!
Vous expliquez qu’il est très doux et attentionné, sauf lorsqu’il est question de sexe. Vous sentez-vous écoutée au sein de votre relation? Vous sentez-vous obligée d’avoir des rapports sexuels avec lui lorsqu’il en a envie, ou avez-vous des rapports sans que vous soyez totalement consentante? Si c’est le cas, y a-t-il une personne de confiance dans votre entourage à qui vous pourriez en parler? En cas d’abus, il est important de ne pas rester seul.e devant la situation. Si vous ne vous sentez pas respectée et que la situation ne se résout pas suite à une discussion, je vous invite à en parler à quelqu’un que de votre entourage ou à un.e professionnel.le le plus rapidement possible.
Si vous vous sentez à l’aise dans votre relation et que vous souhaitez continuer à fréquenter votre conjoint, la discussion semble inévitable. Il s’agit sans doute d’une situation délicate et anxiogène pour lui comme pour vous. Écoute, patience et empathie sont de mise! L’aide d’un.e professionnel.le en sexologie serait aussi une avenue intéressante pour vous, en couple ou même sans votre conjoint, pour apaiser vos craintes. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous écrire à nouveau.
Bonne discussion!
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros

Similaire