#ami
#coming-out
#fille
#gars
#main
#primaire
#sentiment
22 février 2024

Ma vie depuis que je sais que je suis gai

Comme beaucoup d’autres, j’ai commencé à ressentir certains sentiments au primaire pour les gars… Bref, je me suis oublié jusqu’au secondaire et ça a commencé à être difficile de contrôler mes pensées. Je regardais les gars passer, main dans la main avec ma blonde. Je me suis toujours camouflé avec une fille.

Équipe -Pose ta question!-

Comme beaucoup d’autres, j’ai commencé à ressentir certains sentiments au primaire pour les gars. Mais jamais je n’aurai cru que j’avais une chance avec eux. C’est pourquoi je n’ai jamais pris en considération ces sentiments. Il y a bien eu un ami dont j’étais proche au primaire, mais encore là, ce n’était que dans ma tête, je rêvassais, j’imaginais. Entendons-nous sur un point, je n’ai jamais fait de touche « pipi » lorsque j’étais jeune avec quiconque.

Bref, je me suis oublié jusqu’au secondaire, là ça a commencé à être difficile de contrôler mes pensées. Je regardais les gars passer, mais main dans la main avec ma blonde. Je me suis toujours camouflé avec une fille. En secondaire 4, j’ai pleuré tellement souvent. Lorsque j’allais chez mes amis de gars, je ne dormais pas. Je les regardais dormir en me disant : « Vas le rejoindre»… je ne l’ai jamais fait bien entendu. Je le regardais dormir en me demandant pourquoi moi? Étais-je attiré par les gars? Je voulais tellement être normal, à mon école disons que je ne voyais pas d’autre gai, bon il y en avait un mais il était efféminé et je me disait que je n’étais pas comme cela. Jamais je ne lui ai parlé car il avait de la misère à garder quelque chose pour lui. Bref, je me suis torturé avec mes amis de gars en les aimant, en faisant tout pour que, lorsqu’ils avaient des blondes, qu’ils cassent avec. Je pleurais toujours en me disant que je n’étais pas gai. Je trouve que j’ai plus vécu mon « coming-out » à l’intérieur. Parce que mon « coming-out » à ma famille fut facile.

Premièrement, ce n’est pas moi qui a fait mon « coming-out », c’est ma mère qui m’a forcée à le faire. Elle s’est assise à table avec moi en me disant qu’elle savait que j’étais gai. Bien sur, j’ai nié l’être. Pendant au moins 1 heure, je me suis engueulé avec elle en lui disant qu’elle se faisait des illusions. À la fin, j’ai explosé. Je lui ai dit que les gars et les filles étaient au même niveau. Bien que je savais que les gars gagnaient haut la main. Je n’étais pas encore prêt à l’accepter. Je me suis convaincu que j’étais hétéro après cette conversation.

Je me suis trouvé une blonde, je l’ai montré à tout le monde pour leur montrer que je n’étais pas gai. Malheureusement, mon ami ne l’aimait pas. Alors j’ai choisi entre lui et elle, et il gagna. Là il y avait des rumeurs que j’avais laissé ma blonde pour Alex (j’ai changé le nom). Là vu que j’habitais une petite région, les rumeurs se sont fait aller. J’habitais à Lachute pour ne pas nommer l’endroit. Je me suis vite remis à la recherche d’une autre blonde pour taire les rumeurs…ce que j’ai fait. C’est à ce moment, qu’Alex a laissé l’école pour aller travailler. Je me suis retrouvé seul et le coeur brisé.

Je me rappelle d’un cours de Morale où l’on parlait d’homosexualité, j’ai eu le goût de le crier à ce cours. Je me faisais encore baver à cause des rumeurs. Une fois de plus, je n’ai rien fait. Alors, je me suis fixé comme but d’aller au cégep et de me dire qu’à partir de ce point je changeait de vie. C’est ce que j’ai fait. J’ai déménagé à St-Thérèse pour aller à Lionel-Groulx. C’est la que j’ai trouvé mon premier chum, un vrai con. Ça a duré 3 mois à peine. Ce fut ma vrai première peine d’amour. Quelque mois après, j’ai eu mon deuxième chum avec lequel je suis toujours d’ailleurs.

Cela va faire bientôt 2 ans que nous sommes ensemble et nous nous aimons toujours autant. Nous habitons ensemble en appartement. Nous avons aussi l’intention de nous fiancer dans temps de noël. Bien sur, il y a eu des temps durs, mais nous sommes passé au travers ensemble.

Mon histoire semble plutôt facile. Mais je veux juste vous transmettre comme message que un jour, tout s’arrangera pour votre plus grand bonheur. J’ai trouvé le mien et je souhaite que vous le trouviez aussi. Je trouve que j’ai beaucoup sauté de détails, mais je crois bien avoir résumé ma vie depuis que je sais que je suis gai.

Similaire