Je trouve difficile de lâcher prise et d’atteindre l’orgasme, et j’éprouve certaines douleurs lors des rapports intimes


J’ai peur de lâcher prise, de ne pas contrôler les choses,J’ai un vécu pas forcément évident, mais je ne vois pas de lien). Tellement peur de lâcher prise, que je n’atteins pas l’orgasme, dès qu’il arrive je bloque. J’ai peur, je ne veux pas ne pas me contrôler. le chaud/froid un peu » tétanie » le début d’un orgasme (je suppose?!)
Il y a autre chose, lorsque j’ai un rapport, j’ai l’envie d’uriner. ( pas forcement s’il ne vas pas au fond…femme fontaine, j’espere vraiment pas, chose qui me bloque) Un moyen de savoir sans le risque d’ejaculer sur mon partenaire ( sa sera traumatisant..) et seul je n’ai pas la meme sensation qu’avec lui, meme avant que je bloque l’organisme la sensation est deja bien plus puissante, pas de notion de plaisir mais je me sens partir, monté
aussi, quand il va au fond,uniquement s’il se place derriere moi, cela me fait mal, je suis aller voir le gényco, controle routine et echographie mais rien, c’est normal d’avoir mal au ovaire d’un coup quand il va au fond
Massilia

Bonjour Massilia,
Merci d’avoir pris le temps d’écrire à AlterHéros. Dans votre message, vous mentionnez que vous vous questionnez votre difficulté à lâcher prise et à atteindre l’orgasme. Vous avez aussi quelques questionnements au niveau de votre envie d’uriner lors de vos rapports et d’une douleur que vous ressentez.

Afin de clarifier certaines choses, quelques questions: Est-ce qu’il vous arrive d’atteindre l’orgasme lors de la masturbation? Est-ce que vous croyez déjà avoir atteint l’orgasme? Est-ce que vous avez parlé avec votre partenaire de vos craintes vis-à-vis l’atteinte de l’orgasme? Est-ce que vous avez eu une expérience particulière qui alimente votre peur?

Le fait d’ouvrir la discussion pourrait peut-être vous permettre de ne pas contrôler les choses, d’expérimenter quelque chose de nouveau et de partager ce moment avec votre partenaire plus ouvertement. Il peut être tout à fait normal d’expérimenter cette envie d’uriner. Il peut s’agir seulement d’une sensation au niveau de vos muscles et de vos nerfs. Cela n’arrivera pas nécessairement. Est-ce qu’il vous est déjà arrivé d’avoir cette sensation lors de la masturbation? Pourquoi dites-vous que cela pourrait être traumatisant? Peut-être serait-il pertinent de ne pas retenir cette envie au moins une fois afin de voir ce qu’il en est réellement plutôt que d’avoir des fausses croyances vis-à-vis cette sensation. Vous pourriez, par exemple, le faire dans le bain, pour voir si quand vous vous laissez réellement aller, vous urinez réellement.

De plus, vous affirmez que vous avez certaines douleurs lorsque vous êtes dans une position spécifique. Puisque cette douleur ne semble pas présente lorsque vous êtes dans d’autres positions, serait-ce possible pour vous et votre partenaire d’avoir un rapport plus délicat lorsque vous optez pour cette position? Il n’est pas rare d’avoir certaines douleurs si vous êtes inconfortable dans une position, mais il est important de respecter votre limite afin de prendre soin de votre corps et assurer votre confort lors de vos rapports sexuels. Sachant que cela est lourd pour vous et que cela a un impact sur votre sexualité, je crois qu’il est important pour vous d’en parler avec un.e professionnel.le de la santé, par exemple un.e sexologue, si vous en ressentez le besoin. Il est important que vous respecter en tout temps sur ce que vous désirez ou ne désirez pas faire. N’oubliez pas que durant cette démarche, votre propre bien-être est très important.

En fonction de vos réponses à ces questions, j’espère que cela vous éclaire.

J’espère que vous trouverez réponse à vos questions.
Merci encore pour votre confiance, et n’hésitez pas à nous réécrire au besoin!
Elizabeth, pour AlterHéros


About Elizabeth Parenteau

Elizabeth Parenteau est une étudiante à la maîtrise en sexologie à l’Université du Québec à Montréal qui s’intéresse aux enjeux vécus par les personnes trans dans leur quotidien. Dans le cadre de son baccalauréat en sexologie, elle a effectué un stage à IRIS Estrie auprès de la communauté trans. Elle a aussi participé au Camp Sexo, organisé par l’Université de Sherbrooke, afin de sensibiliser les étudiants en médecine sur divers sujets en lien avec la sexualité humaine. Elizabeth s’intéresse particulièrement à la santé sexuelle et à la communauté trans et est passionnée de vélo.

Leave a comment