Je pense peut-être être bi ou pan, mais je ne me sens pas légitime


Bonjour, j’ai 27 ans et ça fais de longues années que je me questionne sur mon orientation sexuelle.

Depuis la fin du lycée j’ai toujours été en couple avec des garçons tout en ayant des attirances sexuelles et romantiques pour certaines filles. Je ne parlais pas de ces attirances car je suis assez réservée sur les sujets liés aux sentiments et à la sexualité et j’ai beaucoup de difficultés à affirmer certaines parties de mon identité.

Ayant eu des relations longues qu’avec des garçons, dans lesquelles je n’ai jamais été épanouie, mes proches m’ont toujours considéré comme hetero. Au fond de moi je sais que je ne suis pas hetero mais je ne peux pas le justifier et lorsque quelqu’un me met dans la catégorie hetero je sens un grand malaise en moi. Parfois j’ai l’impression que ce sont les autres qui on décidé pour moi cette part de mon identité et je me fatigue à essayer d’y correspondre. Je me sens souvent comme une imposteur et jamais vraiment moi même.

Pourtant mes proches ne sont pas homophobes mais je ne parviens pas à leur parler de ça car j’ai quand même peur de leur jugement.

Pendant toutes ces années j’ai la sensation de vivre caché et ça me rend très malheureuse. Mais maintenant je sais que je ne peux plus vivre de cette manière et ça fais presque un an que sens une transformation. L’élément declancheur c’est quand je suis tombée amoureuse d’une fille de mon entourage. D’habitude j’ai des crush qui peuvent durer un peu mais la c’est bien plus fort que ça, j’ai vraiment sentie que je tombais amoureuse de cette fille. Mais je n’ai jamais su lui dire, j’ai gardé cette histoire pour moi et je souffre de ça.

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai une profond honte de moi et de mes sentiments et j’ai des pensées très dures envers moi même, je me sens méprisable.

Je ne comprends pas pourquoi j’ai honte de moi. Je ne suis pas dans un entourage homophobe alors souvent je me dis que c’est moi qui suis homophobe envers moi même, parfois je me sens ennemie à moi même. Et alors j’ai honte d’avoir honte. Parfois quant on parle d’homosexualité ou de bi sexualité avec mon entourage je me sens très angoissée tout d’un coup. J’ai peur d’être découverte, alors malgré moi j’évite d’aborder le sujet.

Aujourd’hui je suis très triste car celle dont j’étais amoureuse s’est mise en couple avec quelqu’un, j’ai senti mon cœur se briser et je n’ai pas pu le partager avec un.e ami.e qui aurait pu m’aider. Je me sens enfermée en moi même avec de l’angoisse.

J’aimerai pouvoir vivre ma vie sexuelle et sentimentale de manière naturelle, en allant vers celles et ceux qui me plaisent. Mais j’ai toujours ce blocage à cause du regard des mes amis. J’ai peur de leur réaction s’ils me voyaient embrasser une filles en soirée par exemple. Au fond j’ai peur qu’ils se moquent de moi et si je leur parle de mes attirances j’ai peur qu’ils me disent que je me trompe, que je ne suis pas vraiment bi.

J’ai peur de ne pas correspondre aux attentes et aux caractéristiques qu’on s’est fait de moi. Une de mes peurs c’est qu’on me demande mon orientation sexuelle, je ne me sens absolument pas prête à dire aux autres que je suis potentiellement bi ou pan. Je me sens illégitime. J’ai peur qu’ils ne me croient pas ou bien qu’ils m’en veuillent de leur avoir menti pendant tout ce temps. Ça me stresse aussi si on me demande si j’ai déjà eu des expériences avec des filles car je ne sais pas si je peux dire que je suis bi ou pan sans n’avoir eu de relations sexuelles avec une filles. En général ça me stresse quand on me questionne sur mon identité sexuelle car je vis mal le fais que mon identité ne sois pas fixe. Tout ce que je sens au fond c’est que je ne suis pas hetero c’est tout.

Ces réflexions ont pris trop de place et ça me gâche un peu la vie. Je sens que je m’isole de plus en plus, j’ai des idées noires, je me dévalorise et je suis trop souvent déprimée. Je ne sais pas quoi faire pour avancer mais déjà de vous avoir écrit c’est un premier pas et je vous remercie par avance pour votre réponse.

 

Bonjour à toi!

 

Merci de nous faire confiance et de partager ces questionnements et ces doutes avec nous. Tu as bien raison, c’est déjà une belle étape que tu as franchie en nous écrivant et je suis contente de voir que tu le vois aussi!

 

Alors, pour résumer ta situation, tu sais que tu n’es pas hétérosexuelle, mais tu n’ose pas le dire à tes proches. Tu crains leur jugement, malgré le fait que tu sais très bien qu’iels ne sont pas homophobes. Tu crois donc avoir de l’homophobie intériorisée, car tu mentionnes avoir honte de toi.

 

Premièrement, en tant que personne bisexuelle, je dois te dire que ce ne sont pas tes comportements sexuels qui définissent ton orientation sexuelle, mais bien ton ressenti! Tu peux utiliser le terme avec lequel tu te sens le plus confortable pour te définir et, puisque chaque expérience et chaque représentation des termes est unique, personne de ton entourage ne peut se permettre de remettre ton orientation sexuelle en question. Je me suis longtemps identifiée au terme « bisexuelle » en n’ayant jamais eu de comportements sexuels avec des personnes d’autres genres que hommes, car c’est tout aussi valide que n’importe quelle autre personne qui s’identifierait comme bisexuelle 🙂 Au fond de moi, je savais que j’étais attirée par des personnes de tous genres. Il est vrai que nous pouvons parfois faire face à de la biphobie, dépendamment de notre relation actuelle ou de notre historique sexuelle, mais tant que tu sais toi-même ce que tu ressens, tu n’as pas à de justifier aux autres personnes! Alors, si tu sais que tu es bisexuelle ou pansexuelle, je t’invite à utiliser le terme qui te convient, même si c’est en commençant seulement en te l’affirmant à toi-même, ça peut aider 🙂

 

Ensuite, tu mentionnes avoir peur de le dire à tes proches, même en sachant qu’iels ne sont pas homophobes. Je comprends aussi cette crainte, beaucoup de personnes la vivent. Faire un coming out, ou partager ton orientation sexuelle avec une autre personne n’est pas obligatoire, tu peux le faire seulement lorsque tu es prête et que tu es à l’aise. Il se peut en effet que tu vives un peu d’homophobie (ou de biphobie) intériorisée, car il peut être angoissant parfois de sortir de l’hétéronormativité et de se dire que notre orientation sexuelle est différente de celle considérée comme l’orientation sexuelle « par défaut », selon les normes hétéros de la société. Nous pouvons aussi manquer de modèles dans les médias, dans notre entourage, faisant partie de la diversité sexuelle. Rappelle-toi, toutes les orientations sexuelles sont belles et égales! 

 

Si jamais tu souhaites que ton entourage connaisse ton orientation sexuelle, as-tu une personne avec qui tu es particulièrement proche et à qui tu fais confiance avec qui tu pourrais en parler en premier? Tu peux commencer petit à petit, sans trop te mettre de pression. 

 

Sinon, as-tu déjà entendu parler du terme « queer »? C’est un terme qui peut englober toute personne dont l’orientation sexuelle n’est pas hétérosexuelle et/ou l’identité de genre n’est pas cisgenre. C’est donc pour toutes les personnes qui sortent des normes dominantes de l’orientation sexuelle et du genre. Parfois, lorsqu’une personne sait qu’elle n’est pas hétérosexuelle, comme dans ton cas, ce terme peut lui permettre de s’identifier comme faisant partie de la communauté 2SLGBTQIA+.

 

En bref, oui tu es très légitime à t’identifier comme bisexuelle ou pansexuelle, peu importe tes expériences sexuelles. La prochaine étape de ton processus serait d’être bienveillante avec toi-même et de ne pas juger tes sentiments et tes désirs, car te permettre une liberté amoureuse et sexuelle pourrait t’offrir un plus grand sentiment de bien-être! 

 

J’espère avoir pu t’offrir de l’aide avec ma réponse. N’hésite pas à nous recontacter quand tu veux si tu as d’autres questions!

 

Émilie (elle/she), pour AlterHéros

 


About Émilie Grandmont

Émilie (elle/she) est une femme bisexuelle et polyamoureuse. Elle possède un baccalauréat en sexologie de l’UQAM. Elle est entrée dans ce programme avec le but d’en apprendre davantage sur la diversité sexuelle et de genre, sur la santé sexuelle et sur l’éducation sexuelle intersectionnelle. Aujourd’hui, elle souhaite venir en aide aux survivant.es d’agressions sexuelles et offrir une écoute inclusive et sécuritaire à toute personne faisant partie de la communauté LGBTQIA2S+. Ses ami.e.s la décriraient comme passionnée des animaux, effrayée par les papillons et difficile à réveiller aux petites heures du matin.

Leave a comment