Je n’ai jamais éjaculé à 17 ans ; suis-je malade ?


J’ai 17 ans, je n’ai jamais éjaculé en me masturbant et je commence a avoir peur. Suis-je malade ?
j’ai malgré tout droit aux éjaculation nocturne, mais celles-ci ne me procurent aucun plaisir. Je suis d’autant plus inquiet que quand je tente de me masturber j’ai beau être très exciter et me stimuler il ne se passe rien, et j’abandonne une fois épuisé sans que rien ne se soit produit…
Cela me perturbe et du coup je n’ai jamais osé avoir de relation sexuelle avec une de mes copines par peur de sa réaction.
S’ils vous plait dites moi quoi faire.
Mimui

Cher Mimui,

Laisse-moi débuter en te remerciant de nous faire confiance pour répondre à ta question. Et de m’excuser aussi pour le délai, période des Fêtes obligeant.

Tu souffres donc de manque de plaisir, de ne pas éjaculer malgré une stimulation vigoureuse. Je présume que cela doit en effet générer de l’anxiété.

On pourrait qualifier ce que tu me décris comme de l’anorgasmie primaire, aussi appelée « anéjaculation » par nos amis anglophones. Je dis « primaire » puisque tu prends la peine de me spécifier que tu n’as jamais éjaculé en te masturbant (par opposition à secondaire, où tu aurais eu une perte d’éjaculations après une période d’orgasmes normaux).

Je tiens cependant à te rassurer. Le fait d’avoir des érections et éjaculations nocturnes semble indiquer que le système nerveux est adéquat. Il y a plusieurs causes à envisager pour expliquer tes symptômes. L’une d’elle et assez courante dans la littérature médicale est l’utilisation de médicaments et de drogues. L’alcool, certains antidépresseurs et des molécules contre la haute pression peuvent venir changer le fonctionnement sexuel. Si tu prends un médicament, je t’invite à discuter des effets secondaires possibles avec ton ou ta médecin, voire même des solutions à envisager avec lui / elle.

Dans les autres causes possibles, on note les chirurgies abdominales profondes qui sont moins communes (surtout les dissections rétro-péritonéales liées au cancer des testicules ou les chirurgies colorectales). Il y aussi les causes infectieuses qui doivent être évaluées, comme les prostatites, qui peuvent être traitées par des antibiotiques et te guérir du coup de tes problèmes. Finalement, les antécédents de maladie neurologiques comme la spina bifida font partie des diagnostiques d’exclusion.

Tu vois que les causes nombreuses à envisager demandent en réalité une consultation approfondie avec un.e urologue de préférence, afin de faire un bon questionnaire et de pousser les investigations plus loin si nécessaire. Je te recommande donc chaudement d’en consulter un.e. Néanmoins, il n’y a pas que les maladies physiques qui peuvent expliquer tes symptômes. Tu sais que la sexualité demande un accord sain entre le corps et l’esprit.

Je t’invite donc à réfléchir sur ta sexualité, sur ta perception de la masturbation. Te sens-tu brimé par des croyances religieuses ? Si c’est le cas, je t’invite à en discuter avec quelqu’un avec qui tu as confiance dans ton entourage religieux. S’agit-il plutôt d’une peur de ne pas être adéquat vis-à-vis de partenaires sexuel.le.s ? Évidemment, si tu es très anxieux chaque fois que tu te masturbes à l’idée de ne pas avoir d’orgasme, il est possible que ta nervosité grandisse de plus en plus et t’empêche simplement de te détendre assez pour y arriver. N’aie pas d’ambitions trop grandes. Lorsque tu te masturbes, choisis un endroit où tu ne seras pas dérangé, et où tu pourras laisser aller ton imagination, te détendre. Utilise du lubrifiant pour éviter l’irritation et varie les stimulations pour ressentir le relâchement musculaire, le bien-être, peut-être même un peu de plaisir. Ne cherche pas l’orgasme comme un objectif ultime. Cherche plutôt à te découvrir, lentement, en prenant le temps.

Je ne m’en ferais pas trop avec ta petite amie par ailleurs. Certaines personnes voient leur excitation grandir et leur sensation de plaisir décupler avec un partenaire par rapport à la masturbation. Bref, cela pourrait être merveilleux avec elle. Adopte une approche progressive, apprenez à vous découvrir, assure-toi d’être à l’aise avant de passer à l’étape suivante. Tout le monde apprécie les caresses, les préliminaires, massages… rien ne presse. Apprends à ressentir le plaisir autre que sexuel et à ressentir la chaleur et le réconfort de l’autre, son énergie, sa douceur. Au besoin, blague que tu préfères d’occuper d’elle si tu ne te sens pas à l’aise tout à coup, que tu ne ressens pas de plaisir. Ou mieux : explique-lui tes craintes. Je suis sûr que ça va bien aller si tu prends ton temps, que tu t’écoutes. Si ça ne marche pas avec elle et qu’elle ne comprend pas, attends d’en trouver une qui sera plus ouverte. De plus, si tu as de bonnes érections et que le problème n’est que l’éjaculation, tu feras le bonheur de bien des femmes, un plaisir altruiste certes, mais qui devrait aider à réduire tes inquiétudes…

En résumé, que ce soit un problème de connexion corps-esprit ou un problème médical organique, je t’invite à consulter d’abord un.e urologue et un.e sexologue dans un deuxième temps. En attendant, suis les recommandations ci-haut et rappelle-toi que le sexe t’appartient. Ce n’est pas l’affaire des autres, de la société, pas un souci de performance… C’est ton affaire… prends le temps.

J’espère t’avoir aidé, rassuré,

Sincèrement,

Frédéric Picotte


About Frédéric Picotte

Frédéric est médecin de famille pratiquant dans la région de Shawinigan. Il a complété en mai 2008 mon doctorat en médecine à l’Université McGill et deux ans plus tard sa spécialité en médecine familiale via l’Université de Montréal. C’est l'une de ses amies, étudiante en psychiatrie, qui lui a présenté AlterHéros en 2008. Elle cherchait alors un bénévole qui répondrait de manière plus spécifique aux questions à thème « médical », ce qui a constitué la majeure partie de sa contribution jusqu’à maintenant.

J’aime m'impliquer à AlterHéros car on peut rejoindre et rassurer beaucoup de gens, peu importe l’âge, l’orientation sexuelle ou la culture. Je trouve intéressant que la majorité de nos visiteurs soient de jeunes internautes et qu’on puisse donc leur fournir une information de qualité et un espace pour poser des questions qu’ils auraient du mal à obtenir autrement.

Leave a comment