J’ai toujours été très hypocondriaque dans la vie, j’ai peur d’être gai !


Bonjour,
J’ai 29 ans, depuis février 2017, je me demande si je suis homosexuel. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été très attiré par les femmes, durant toute mon adolescence et toute ma vingtaine, jamais je ne me suis posé de questions sur mon orientation. Je n’ai jamais eu d’expériences sexuelles avec des personnes du sexe opposés, car j’ai toujours été très timide, faible estime de moi-même et je ne savais jamais trop quoi faire pour plaire aux femmes. J’ai aussi je crois découvert ma sexualité assez tôt et d’une mauvaise manière, déjà à 10 ans je commençais à me masturber sur des photos de femmes. Cela a continuer ainsi tout le long de mon secondaire. Arrivé au cégep, ayant plus de temps libres et surtout ayant maintenant mon propre ordinateur, je me suis mis à visionner de plus en plus de photos et commencer a regarder des vidéos pornographiques, parfois je manquais des cours et des sorties entre amis pour pouvoir me masturber le plus de fois possible.
Une fois le cégep terminé, je ne savais plus trop quoi faire de ma vie, en fait je ne me posais même pas la question, toute ma vie était centré sur ma collection de photos de femmes et de vidéos pornos. Pendant 2 ans je ne faisais que me masturber (jusqu’à 4 fois par jour) et chercher de nouvelles photos et vidéos. En 2013 je suis retourné à l’école pour faire une AEC. Une fois mon AEC terminée, ne j’ai pas réussi à trouver d’emploi, alors le même manège a recommencer pendant un autre 2 ans, excepté quelques mois ou j’ai eu un travail temporaire. Sauf que pendant ces 2 années, mon besoin de nouvelles photos et vidéos augmentais sans cesse, j’en avais constamment besoin de nouvelles.
Rendu en aout 2016, je n’ai pas eu le choix de travailler, mes parents n’en pouvais plus de me voir me contenter d’emplois temporaires. Sa a été un certain choc pour moi, car je ne pouvais plus vivre comme avant. Je continuais tout de même à me masturber le soir avant de me coucher en regardant des photos et vidéos sur mon iphone, souvent jusqu’à très tard la nuit. Résultat j’arrivais souvent fatigué au travail. En février 2017 lorsque je suis revenu du travail, je me suis mis à regarder certaines photos de ma collection sur mon cellulaire et à ma grande surprise, je n’ai eu aucune réaction, je ne me sentais pas excité, je n’avais pas d’érection et je n’avais plus l’intérêt que j’avais avant à me masturber. J’ai mis cela sur le dos de la fatigue, mais sa a continuer et alors je me suis mis à me demander si j’étais homosexuel? Alors que pourtant avant je n’avais pas de problèmes a avoir des érections en regardant des photos et vidéos de femmes.
Depuis je me pose sans cesse la question, cela a pourri ma vie. Je ne sort plus, car je ne veux pas croiser d’hommes. Lorsque je dois sortir, car je n’ai pas le choix (travail), dès qu’un homme croise mon chemin, je vire fou, mon questionnement sur mon orientation s’amplifie. Je n’écoute plus la télé, ni vais sur les réseaux sociaux, de peur de voir des photos d’hommes. Je repasse sans cesse dans ma tête des moments ou j’ai eu du désir pour une femme. Lorsque je tente de me masturber en regardant une photo de femme, je n’arrive pas à être excité, car mon questionnement reviens automatiquement. C’est même rendu que je n’ai plus aucun fantasme pour une femme, lorsque je tente d’en avoir, un homme apparaît, mais sa ne m’excite pas, sa me fait surtout me fâcher. J’ai regardé de la porno gay, mais je n’ai pas eu le même intérêt que pour la porno lesbienne ou hétéro et la porno gay ne m’a pas donné le même besoin que j’avais avant de visionner des photos et vidéos de femmes à tous les jours. Je continue à me dire que je ne suis pas homosexuel, car dans les derniers mois, les seuls moments ou j’ai réussi à avoir une érection en présence d’une personne, c’était toutes des femmes. Mais pourtant mon questionnement sur mon orientation ne veut pas disparaître.
J’ai toujours été très hypocondriaque dans la vie, je me suis toujours imaginé avoir plein de maladies (je sais que l’homosexualité n’est pas une maladie), mais mes peurs disparaissait lorsque mon docteur me faisais passer des tests et que tout était normal, je pense dans les dernières 3 années avoir passés au moins une bonne vingtaine de tests pour rien. Le problème avec ma peur d’être gay, c’est qu’il n’y a pas de tests pour avoir si on l’est ou pas. Alors je ne fais qu’angoisser et focuser là-dessus constamment, ma vie tourne autour de cela présentement. J’ai lu des articles sur le TOC homosexuel, mais sa n’avait pas trop l’air crédible. Quoique j’ai moi-même plusieurs TOCs et phobies. Donc je me suis dit que sa peut finalement être cela. Je tiens aussi à dire que je n’ai rien contre les homosexuels, je n’ai pas grandi dans une famille homophobe.
Pouvez-vous m’aider ou du moins me dire quel genre de spécialiste je devrais consulter pour mon problème.
Merci énormément!
FG
Salut FG!
Merci de faire confiance à AlterHéros.
Dans ton message, tu nous parles de dépendance à la pornographie et de peur d’être homosexuel.
Effectivement, le TOC (trouble obsessionnel compulsif) homosexuel n’existe pas. On ne peut pas nier l’existence de pensées envahissantes et obsessives au sujet de la peur d’être ou de devenir homosexuel chez certaines personnes, mais la compulsion n’y est pas associée dans la plupart des cas. Tu connais déjà bien les TOCs et phobies, alors je ne t’apprends sûrement pas grand chose. Cela dit, on ne devient pas homosexuel, on découvre son homosexualité… et ton parcours n’indique aucune découverte de ce genre. On peut par contre parler d’une phobie d’être homosexuel ou de le devenir.
Je te propose de consulter cette question où se trouvent plusieurs liens vers d’autres réponses concernant le fameux (non existant) “TOC homosexuel”:
Je vis avec le “toc homosexuel”, j’ai une peur horrible de devenir gay
Même si tu n’as rien contre les homosexuel.le.s et que tu n’as pas grandi dans une famille homophobe, cette crainte d’être homosexuel peut démontrer une certaine homophobie. Disons que nous n’avons jamais vu, à AlterHéros, quelqu’un qui a peur d’être ou de devenir hétérosexuel puisqu’on en dit que c’est la norme. Nous avons toustes (les personnes homosexuelles aussi!) des préjugés au sujet de l’homosexualité qui sont renforcés par les médias, entre autres. L’Histoire récente nous démontre aussi que les personnes homosexuelles connaissent un historique de violences de toutes sortes, ce qui n’est pas particulièrement réjouissant, disons. Bonne nouvelle: il est possible de dénouer tranquillement cette homophobie sournoise. Le fait de démystifier l’homosexualité en tentant de déconstruire tes propres préjugés et de reconnaître les réalités diverses des communautés gaies pourra sans doute te permettre d’apaiser un tant soit peu ta peur.
Tu peux débuter en te questionnant sur ta vision de l’homosexualité. Quelle image de l’homosexualité as-tu reçue en grandissant? Crois-tu qu’il y a des affirmations qui représentent l’ensemble des personnes homosexuelles (ex: “tous les hommes gais aiment la pénétration anale”) ? Quels sont les films, les émissions, les livres, les jeux et les sites web qui ont façonné ta façon de percevoir l’homosexualité? Ce sont des pistes de réflexions que tu pourras prendre si le coeur t’en dit.
Concernant le fait que tu n’as plus d’érections en consommant de la pornographie, c’est vrai que la fatigue peut entrer en jeu. L’élément à retenir, surtout, c’est que tu consommes de la pornographie depuis presque 20 ans. Y a-t-il une possibilité que ce soit devenu lassant et que ton corps n’y réponde plus comme avant? Cela n’est pas un indicateur d’une orientation sexuelle changeante.
Tu expliques dans ton message que tu n’as jamais été attiré par les hommes alors que tu es attiré par les femmes depuis très longtemps, à ton souvenir. Rien n’indique que tu sois homosexuel. Cela dit, il m’est à peu près inutile de tenter de tenter te rassurer au sujet de ton orientation sexuelle, même en tant que professionnelle de la santé. Tes pensées envahissantes au sujet de l’homosexualité indiquent quelque chose de plus profond. Je te propose aussi de te pencher sur l’addiction à la pornographie puisqu’elle t’a empêché de te développer à ton plein potentiel. Ton estime de toi, l’hypocondrie, ta timidité et ta consommation de contenu pornographique depuis un très jeune âge sont d’excellentes pistes de réflexions que tu as toi-même ciblées.
Sur le Portail santé mieux-être du gouvernement du Québec, on retrouve ce segment:
“N’attendez pas de ne plus être capable de faire vos activités habituelles pour consulter. Si vous avez des symptômes, vous pouvez consulter certains organismes et associations œuvrant dans le domaine des troubles anxieux. Ceux-ci offrent de l’information, de l’aide et du soutien. Toutefois, voyez votre médecin de famille ou un autre professionnel de la santé si vous vivez l’une ou l’autre des situations suivantes :

  • Vous ressentez une forte anxiété, pouvant aller jusqu’à la crise de panique, lorsque vous êtes en présence de certains objets ou dans certaines situations. Vous réagissez de la même façon lorsque vous prévoyez devoir faire face à ces objets ou vivre ces situations.
  • Vous tentez d’éviter de vous trouver en présence de ces objets ou de vivre ces situations.”

Selon ce que tu décris, il serait important de voir un.e professionnel.le de la santé. Ma suggestion serait de consulter un.e sexologue de ta région. C’est le / la professionnel.le le / la mieux placé.e pour t’aider au sujet de tes craintes et de ta dépendance. Ton parcours de rétablissement ne sera pas un long fleuve tranquille, mais ce cheminement t’apportera le mieux-être à long terme, tu peux en être sûr.
Bon courage, FG, et n’hésite pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin.
Au plaisir de te relire,
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.

Leave a comment