J’ai l’impression que mes rêves ne se réaliseront jamais et cela me déprime. Que faire?


Bonjour. En ce moment , je ne suis vraiment pas bien. Laissez moi vous racontez tout. Tout d’abord , je m’appelle Justine , j’ai 13 ans. Bref tout à commencé avec YouTube. Je regardais une vidéo de la célèbre Natoo qui faisait un vlog aux États unis , j’ai trouvée ça magnifique ! Depuis ce jour , aller aux États unis , c’est devenu mon rêve! Je ne suis pas comme les autres enfants de mon âge, car la plus part adorent tous ce qui est manga , Japon etc … Moi je trouve ça insupportable les dessins animés japonais. Bref revenons à nos moutons. Comme je le disais , je rêve de partir aux États unis , même si c’est possible , vivre là bas ! Mais je me dis que dans tout les cas je ne pourrai jamais y allée car j’ai extrêmement peur des avions, et aussi des pensées qui m’inquiète à propos de mon avenir surgissent, du genre : ” de toute façon, sa se trouve je ne reussirerais même pas mon avenir , je finirais à la rue.” Du coup sa me rend triste. Maintenant passons à la suite. Depuis le début de l’année , je me suis imaginé une histoire où dans laquelle , il y a un garçon dans ma classe qui est différent des autres. En fait ce garçon est en quelque sorte mêchant , surtout quand on l’embête. Et aussi quand un professeur se montre agressif envers lui , il répond et menace. Il est toujours assis avec quelqu’un de nouveau pour voir si il développe un sentiment d’amitié avec un des élèves. Mais non , il est insocial. Et un jour c’était à mon tour de m’asseoir à côté de lui mais c’était pareille pour moi avec tout les autres, il ne m’aimait pas et moi non plus. Mais un jour je sors un roman ( dont je dirais pas le nom parce que c’est pas très adaptés à mon âge) qu’il semble aimait aussi , et donc il me fait la remarque comme quoi il pensait être le seul enfant à lire ce genre de roman. Et sa a continuer comme ça , car bizarrement , on a les même goût. Et nous sommes devenus amis. Et ensuite amoureux. Et plein de fois m’a mère m’accompagne chez lui. Bien sûr tout ça viens que de mes pensées. Petite précision sur le garçon: il a les cheveux bruns, les yeux bleus , il est américain , il a un peu de barbe et il s’appelle Chandler, rien à voir avec Chandler de Friends ( j’adore la série friends !) Bref je me dis que si je cherche bien je peux trouver un garçon comme lui mais …… non. Dans ma classe les garçons parlent comme des abrutis, du genre : wesh , jure la vie de ta mère etc… Moi j’ai pas envie d’être amoureuse de garçon comme ça! Bref aucun garçon ne correspond à ce que je cherche. Et comme je sais que les rêves, que je viens de vous raconter , n’arriveront jamais , et bah sa me rend malade. Je passe mon temps dans ma chambre sur mon lit à penser à Chandler et au voyage en Amérique. C’est comme si c’était une autre vie que je voudrais vivre. D’habitude je suis toujours d’humeur à me lever à 10h ou 11h parfois , mais maintenant , je me réveille à 15h 14h. Et encore c’est parce que mes parents me réveille. Aussi je m’endors tout le temps , je suis tout le temps fatiguée. Je ne dessine plus , je ne chante plus , je ne veux plus travailler , je pleure tout le temps, tout simplement j’ai perdu la joie de vivre. Que dois- je faire pour redevenir la Justine qui as de l’humour et qui souris absolument tout le temps? Je suis complètement perdu. Je vous en prie , aidez moi…
Justine

Bonjour Justine ! Merci d’écrire à AlterHéros. Tu vis un moment difficile actuellement – tu as l’impression que tes rêves ne se réaliseront pas et tu as des pensées inquiétantes face à ton avenir.
Tu aimerais visiter les États-Unis ou encore mieux, y vivre, mais tu as très peur des avions. Tu rêves aussi d’une histoire d’amour avec un garçon qui, comme toi, est différent des personnes de ton âge. Tu imagines cette histoire en détail, mais tu as l’impression que ça ne pourra jamais se produire dans la vraie vie.

Je te remercie de nous faire confiance et de partager ce que tu vis avec nous. Ce qui m’inquiète le plus dans ton message, Justine, c’est ceci : « D’habitude je suis toujours d’humeur à me lever à 10h ou 11h parfois , mais maintenant , je me réveille à 15h 14h. Et encore c’est parce que mes parents me réveille. Aussi je m’endors tout le temps , je suis tout le temps fatiguée. Je ne dessine plus , je ne chante plus , je ne veux plus travailler , je pleure tout le temps, tout simplement j’ai perdu la joie de vivre. » Tu expliques ne plus te reconnaître toi-même, tu sais que tu es différente mais tu ne trouves pas la solution pour te redonner le sourire. J’y reviendrai.

Je veux te dire d’abord que malgré ta peur des avions, il est possible d’aller aux États-Unis. Il y a d’abord la possibilité d’affronter ta peur en te concentrant sur le but à atteindre (atterrir aux États-Unis et être émerveillée par le paysage!). Plus facile à dire qu’à faire, me diras-tu ! Plusieurs personnes qui prennent l’avion n’en ont pas très envie, tu sais ? Pour avoir moi-même pris l’avion plusieurs fois, je peux te dire que souvent, personnes autour de moi ne semblaient pas très à l’aise et le manifestaient de plusieurs manières. Quand une personne prend quelques verres de trop pour essayer de calmer son anxiété en avion, ce n’est pas toujours agréable pour ses voisin.e.s de siège… un intense ronflement et un soupçon de bave qui coule sur son épaule est si vite arrivé ! Heureusement, il y a des solutions (et de meilleures solutions que de se saouler pour oublier qu’on est dans un avion).

Certaines personnes vont se fier aux statistiques pour se rassurer. C’est beaucoup moins risqué de prendre l’avion que d’aller faire l’épicerie en voiture, par exemple, en termes de possibilités d’accidents. Même si c’est une situation dans laquelle on n’a pas le contrôle, on peut se dire que les pilotes ont accumulé plusieurs années d’expérience en vol avant de piloter des grands avions remplis de passagers. Aussi, on a le contrôle sur les gestes qu’on pose – on peut faire des exercices de respiration, s’asseoir côté hublot pour voir le beau paysage ou côté passager pour avoir le sentiment d’une plus grande liberté de mouvement, serrer puis détendre son corps pour évacuer un peu de tension musculaire, écouter de la musique qui nous fait du bien, manger et s’hydrater suffisamment, bien se reposer avant le vol…

Il exister aussi une application nommée Fear of Flying (en anglais seulement, mais ça permettra de te pratiquer un peu!) que tu peux télécharger sur ton téléphone. Je te propose aussi de lire cette page de l’Anxiety and Depression Association of America (que tu peux traduire avec Google Translate, par exemple) pour connaître des façons de surmonter ta peur des avions. Enfin, il existe des activités de désensibilisation pour les gens qui ont vraiment une peur très envahissante. Dans certains cas, une consultation psychologique est nécessaire. À partir de 14 ans, tu peux consulter un.e professionnel.le de la santé sans que tes parents soient au courant. Tu peux le faire si tu en ressens le besoin.

J’ai une autre bonne nouvelle, quoique un peu plus coûteuse : les croisières transatlantiques, ça existe ! Deux semaines en mer, ce n’est pas pour tout le monde, mais pour les gens qui ont du budget et envie de tenter cette expérience, c’est une possibilité. Je ne sais pas pour toi, mais de mon côté, ça sonne comme un rêve !

Tout ça pour te dire que ta peur des avions ne devrait pas t’empêcher de réaliser tes rêves, Justine. C’est possible de vaincre cette peur ou encore de composer avec elle le temps d’un vol, je te le jure.

Concernant ce garçon un peu bizarre mais pas moins fantastique dont tu rêves, tu auras peut-être la chance de le croiser un jour. Je comprends que les garçons de ta classe sont immatures et que tu n’as pas envie de passer du temps avec eux. C’est correct ! Éventuellement, je suis sûre que tu trouveras quelqu’un qui te plaît, qui est sympathique et qui a les mêmes intérêts que toi, que ce soit de ton côté de l’Atlantique ou du nôtre. Je peux tout de même comprendre que tu trouves la situation pénible en ce moment.

As-tu déjà pensé à t’inscrire à des groupes d’intérêts à l’école, dans ton quartier ou encore sur le web ? Il existe probablement des regroupements de personnes qui adorent les États-Unis ou encore le genre de livres que tu apprécies. Tu pourrais y rencontrer des personnes aux goûts similaires aux tiens. En temps de confinement, c’est plus compliqué de se voir en personne, mais l’internet reste une ressource fantastique pour faire connaissance avec des gens qui partagent nos champs d’intérêt.

Qu’en penses-tu ? Est-ce que tu sens qu’il y a un peu plus d’espoir ? Est-ce que ça te redonner le sourire un peu de penser à tout ça ?

Si d’ici 2 ou 3 semaines, tu sens que ton sommeil est encore perturbé, que tu es fatiguée la plupart du temps, que tu n’as toujours pas envie de sourire ni de vaquer à tes occupations, il serait important que tu demandes de l’aide à un.e professionnel.le en santé de ta région. Il va falloir, par contre, que tu parles de la situation à tes parents d’abord, en raison de ton âge. Ils voient probablement déjà que ton comportement a changé. Si tu as une bonne relation avec eux, tu peux leur dire que tu es vraiment déprimée et que tu aurais besoin d’une aide professionnelle. Tu as le choix de leur dire ce qui se passe dans ta vie ou pas. Parfois, les parents ont de drôles de réactions face à leurs enfants qui leur annoncent qu’ils ne vont pas bien, mais ça vaut le coup d’essayer. N’hésite pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin, si tu veux des ressources particulières à ta région (il faudra nous dire où tu vis exactement, si c’est le cas), pour d’autres questions ou simplement pour nous donner des nouvelles. De plus, n’hésite pas à téléphoner à l’association Fils Santé Jeunes si tu en ressens le besoin! Les travailleurs et travailleuses de cette association sont spécialement là pour écouter et discuter avec des jeunes vivant des situations difficiles.

Prends soin de toi, Justine.

Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.

Leave a comment