Et si j’étais lesbienne et que je ne le savais pas?


Bonjour,
J’ai 24 ans et je ne suis sortie qu’avec des hommes. J’ai eu une période, à 16-17 ans, où je me suis pensée lesbienne suite à une mauvaise expérience sexuelle avec un garçon. C’était donc plutôt par dépit et aussi probablement pour me démarquer et m’affranchir de certains clichés que je ne supportais pas. Plus tard j’ai rencontré d’autres garçons de qui je suis tombée amoureuse. Ma sexualité est devenu plus épanouie et j’ai su ce que j’aimais/aimais pas avec les hommes.
Néanmoins, la question de « et si j’étais lesbienne et que je ne le savais pas » demeure. Ce qui m’agace ce n’est pas de l’être ou non, mais c’est de ne pas savoir. Lorsque je suis célibataire, et donc que j’ai champs libre pour essayer avec une femme, je ne le fais pas. Pas que l’envie manque, mais les hommes me manquent davantage et donc je n’y pense plus.
Et mes fantasmes ne sont que lesbiens, si je veux parvenir à l’orgasme, il faut que je vois/imagine deux filles ensemble. Imaginer ou voir, par du porno, un homme et une femme ne m’excite pas. Alors que je suis excitée quand je suis avec mon amoureux, que je suis souvent séduite par des hommes dans la rue… enfin bref ! Je ne comprend pas.
S’agit il purement d’attirance sexuelle et romantique ? Je n’aimerais pas passer à côté de ma vraie orientation….
Ka 
 

Salut Ka!
Merci de t’ouvrir à nous comme ça pour t’aider à mieux te comprendre toi-même. C’est déjà super que tu prennes la peine de t’interroger et que tu nous écrives pour t’accompagner un peu dans ta démarche. 🙂
Si je résume ce que tu nous écris, tu te questionnes par rapport à ton orientation sexuelle. Bien que tu n’aies été en relation qu’avec des garçons et que tu te sois majoritairement épanouie avec eux au niveau sexuel, tes fantasmes sont exclusivement lesbiens, alors tu te demandes si tu ne serais pas lesbienne, finalement. Évidemment, je ne peux pas te dire avec certitude quelle est ton orientation sexuelle puisque c’est la tienne, mais je peux te donner quelques pistes de réflexion et, avec un peu de chance, te rassurer et t’éclairer un peu.
Tout d’abord, je crois qu’il est important de mentionner que la sexualité (et l’orientation sexuelle) est quelque chose de fluide. C’est-à-dire que ça peut se modifier dans le temps, entre autre parce que l’orientation comporte une part identitaire. C’est-à-dire que l’on peut choisir les mots qui nous conviennent pour parler de notre orientation sexuelle (à défaut de pouvoir choisir notre orientation à proprement parler). Par exemple, tu pourrais te considérer hétérosexuelle parce que tu n’as eu que des expériences avec des garçons ou encore bisexuelle parce que tu es aussi attirée sexuellement par les filles ou encore tout un tas d’autres termes, pour autant que tu te sentes à l’aise avec et que ça te semble résonner avec qui tu es, avec ton identité. Par ailleurs, l’orientation sexuelle comporte aussi une dimension de désirs (les fantasmes, l’imaginaire érotique, ce qui crée l’excitation) et une dimension de comportements (qui sont nos partenaires, quelles sont les activités sexuelles que l’on a réellement, ce que l’on apprécie dans la vraie vie). Ces deux dimensions sont séparées parce que les comportements “sexuels” que l’on a ne sont pas nécessairement liés à des désirs (comme embrasser une personne parce qu’on joue à action ou vérité, par exemple) et qu’à l’inverse, on ne concrétise pas nécessairement tous nos désirs. Tu pourrais ainsi te poser la question à savoir si imaginer deux filles ensemble ou avoir des relations sexuelle avec une autre fille ne relève que du fantasme ou bien si c’est quelque chose que tu aimerais concrétiser dans la vraie vie. Quoi qu’il en soit, sache qu’il est assez fréquent que les fantasmes ne reflètent pas les désirs “réels” des gens, autant sur le plan des comportements en eux-même que sur le plan des partenaires.
Je fais une petite parenthèse parce que tu nommes la pornographie dans ton message! J’ai pu remarquer qu’il y a beaucoup de femmes qui préfèrent regarder de la porno lesbienne qu’hétéro, non pas en lien avec leur orientation sexuelle, mais parce que les vidéos reflètent davantage le type de relations sexuelles qui leur conviennent. Je m’explique : la pornographie hétérosexuelle “mainstream” ou grand public est très axée sur le plaisir de l’homme. Ce dernier est fort, viril, dominant et parfois (souvent) violent. La femme est, pour sa part, plutôt soumise et prête à tout accepter. Même lorsque les scènes montrent le plaisir féminin, celui-ci est dédié à l’homme et se démontre par de grands cris. Évidemment, même dans la pornographie lesbienne, on voit souvent ce type de réaction exagérée, mais la relation entre les femmes est souvent plus égale et respectueuse. Il existe d’ailleurs de la pornographie dite féministe qui présente des scènes où les femmes sont moins objectifiées ou violentées et où les relations semblent plus authentiques. Fin de la parenthèse!
Tu sembles déjà comprendre la distinction entre attirance sexuelle et attirance romantique. C’est super! En effet, il est tout à fait possible d’être attiré.e sexuellement par les femmes et les hommes, par exemple, mais de n’avoir envie de partager des moments romantiques qu’avec les hommes. Il est aussi possible d’avoir des préférences qui varient dans le temps (on revient au concept de fluidité sexuelle). Si je prends ce que tu nous as écrit en exemple, après avoir vécu une expérience désagréable avec un garçon, tu sembles dire que tu as été davantage attirée par les filles. Ensuite, tu as à nouveau été plus attirée par les garçon, tout en restant relativement attirée par les filles. Et ces fluctuations, surtout lorsque l’on s’interroge et se remet en question, sont tout à fait normales!
Quoi qu’il en soit, le plus important, c’est que tu sois à l’aise dans tes relations, tant amoureuses que sexuelles. Peut-être voudrais-tu explorer ta sexualité avec une femme? Peut-être voudrais-tu essayer de nouvelles pratiques avec un homme? Peut-être aussi que la manière dont tu vis ta sexualité présentement te convient! Je ne pense pas que tu aies à craindre de “passer à côté de ta vraie orientation” pour autant que tu sois à l’écoute de tes besoins, de tes envies et de tes limites. Tu as toute ta vie pour explorer ta sexualité, essayer de nouvelles choses et mieux te connaître. N’oublie pas : la sexualité est fluide, alors il suffit d’être à l’écoute de son corps, de sa tête et de son coeur. 🙂
J’espère que mon pavé aura pu t’aider à mettre un peu d’ordre dans tes idées et répondre à quelques aspects de ton questionnement. En tout cas, tu as soulevé tout plein de sujets super pertinents! N’hésite vraiment pas à nous écrire à nouveau si tout ça t’amène de nouveau questionnement ou simplement pour nous dire où tout ça te mène, ça nous fera plaisir de te répondre à nouveau ou simplement d’avoir de tes nouvelles!
À bientôt!

About Marion Brodeur-Laperrière

Diplômée du baccalauréat en sexologie de l'UQÀM, Marion s'intéresse particulièrement aux enjeux LGBTQ+ et souhaite apporter son aide à cette communauté qu'est la sienne. Musicienne chevronnée et poète à ses heures, elle est un peu trop accro à Harry Potter.

Leave a comment