Est-ce que mon addiction pour le porno trans me fera perdre mon attirance envers les filles cis?


bonjour, est-ce que le faite d’être addict au porno trans peut me freiner à rencontrer une femmes cis ?
Et est-ce que ça peut me faire devenir un trans lover et enlever mon attirance envers les cisgenre ?
Enzo

Salut Enzo !
Je tiens à te remercier sincèrement pour la confiance que tu portes envers AlterHéros. Avec nous, tu peux discuter de n’importe quelle situation concernant la sexualité dans un climat sécuritaire et sans jugement.
Si je comprends bien ta situation, tu te demandes si ta consommation de pornographie mettant en vedette des personnes trans peut te freiner à rencontrer des femmes cisgenres avec qui développer une relation. Tu te demandes plus précisément si cette consommation de pornographie peut enlever tes sentiments pour des filles cisgenres.
Je me permets, dans le cadre de cette réponse, de te citer une réponse que j’ai rédigée à une question très similaire à la tienne : J’écoute uniquement du porno trans, est-ce possible que mon attirance pour les filles cis ait disparu?
 

Si je comprends bien ta situation, tu affirmes être grandement excité par des vidéos mettant en vedettes des femmes trans qui ont toujours leur pénis de naissance, communément surnommées dans le langage pornographie shemale. Tu affirmes que cette excitation prend beaucoup de places dans ta vie, au point où tes pensées pendant tes rapports sexuels avec ton ancienne copine cisgenre étaient également concentrées envers cette catégorie précise de pornographie. Tu témoignes également que tu te masturbes quotidiennement sur ce type de pornographie, presque de façon routinière. Dans ce contexte, tu te demandes pourquoi as-tu développé cette attirance pour les femmes trans ayant un pénis et si ton attirance pour les femmes cisgenres a disparu. Tu affirmes te sentir très perturbé par cette situation.
 
D’abord, ta situation est plutôt très commune! À titre d’exemple, voici cinq questions similaires à la tienne auxquelles mon équipe et moi avons répondu récemment :

  1. Je me branle sur du porno trans. Suis-je attiré par les trans?
  2. Mon amoureux est excité par des cam trans girls. Est-il gay?
  3. Je me masturbe souvent et souvent sur du porno trans, comment assumer le fait d’aimer les personnes trans?
  4. Une brève expérience homosexuelle à l’adolescence expliquerait-elle mon attirance pour les corps trans?
  5. J’aimerais rencontrer une femme trans pour construire une relation sérieuse.

Je vais d’ailleurs me permettre de citer, dans cette réponse, certains extraits de la question #1 précédemment nommée (et que j’ai également composée!).
 
«D’abord, la pornographie est une grande industrie dont l’objectif premier est de faire de l’argent. On s’entend là-dessus, n’est-ce pas? Pour ce faire, la porno nous vend des images et des scénarios dont l’objectif est d’allumer notre imagination et, conséquemment, nous exciter. Puisque notre cerveau est notre principal organe sexuel, il est normal d’être excité par certaines images dont nous n’avons pas l’habitude de voir au quotidien.
En ce sens, il est nécessaire de distinguer que ce qui nous excite sur la pornographie ne constitue pas nécessairement ce qui nous excite dans la vraie vie. Certaines personnes hétérosexuelles vont préférer regarder de la pornographie homosexuelle par exemple, sans pour autant que ces personnes veulent avoir une expérience intime avec une personne du même genre qu’elles. Il est donc complètement normal d’être excité par des scènes ou des acteurs/actrices pornographiques sans pour autant que cela constitue des activités sexuelles que nous désirons expérimenter. Or, ces préférences pornographiques ne sont pas forcément liées à nos attirances de la vie de tous les jours.
Une fois cette distinction faite, abordons un peu la question de la représentation des personnes trans dans l’industrie de la pornographie. (…) Pourquoi les personnes trans constituent une catégorie dans la pornographie? Il est possible de nous questionner sur cette forme de classification. Par exemple, pourquoi la majorité de la pornographie met de l’avant des acteurs et actrices à la peau blanche sauf pour les acteurs et actrices noir.e.s qui, pour leur part, sont regroupé.e.s dans la catégorie ethnique ? Cette forme de classification de la pornographie soulève certaines formes d’inégalités sociales vécues au quotidien par certains groupes de la société et participent à une forme de fétichisation et d’objectivation de certains groupes sociaux. La classification de la pornographie permet aussi de perpétuer certains stéréotypes à l’égard de certains groupes sociaux : par exemple, la taille des pénis selon la couleur de la peau. Ce même processus de production de stéréotypes est réalisé lorsqu’on réfléchit sur la pornographie mettant en scène des personnes trans.
Lorsque nous nous interrogeons sur quelles sont les représentations positives des personnes trans dans la sphère publique ou dans les médias, on s’aperçoit qu’elles sont malheureusement souvent représentées uniquement sous une forme de fétichisation sexuelle via la pornographie. La fétichisation, c’est le fait de réduire les corps de personnes trans uniquement à un objet d’excitation. La pornographie met souvent en scène des femmes trans ou des hommes trans n’ayant pas eu d’opération au niveau des organes génitaux. Toutefois, il existe une multiplicité d’expériences et de trajectoires vécues par les personnes trans. Chaque personne trans, qu’elle s’identifie comme homme, comme femme ou comme non-binaire est ainsi unique et il est extrêmement problématique de les définir uniquement par rapport à leurs caractéristiques génitales. Une prudence que l’industrie de la pornographie n’applique pas en représentant les personnes trans de façon uniforme avec exactement les mêmes caractéristiques corporelles.
Par ailleurs, il est possible de se questionner sur les raisons pour lesquelles les images sexuelles d’une femme avec un pénis ou un homme avec une vulve puissent être une source d’excitation. Il arrive que nous soyons sexuellement excités par certaines formes de tabous ou d’interdits que notre société véhicule. Le fait d’être sexuellement excité par de la pornographie trans peut donc directement être lié à cette sphère du tabou ou de l’interdit. Il s’agit simplement de scénarios ou d’images dont nous ne parlons généralement pas, dont nous n’avons jamais nécessairement imaginé possible, dont nous n’avons pas d’autres représentations médiatiques positives outre la pornographie. Le fait d’être excité par ce type d’images est donc très normal. »
 
Maintenant que nous avons établi le fait qu’il n’y a rien de mal à être excité sexuellement par des actrices pornographiques trans – car tel est le rôle de la pornographie – abordons davantage la question des attirances. Tu te demandes la raison pour laquelle tu as développé cette attirance soudaine pour les femmes trans ayant un pénis. Comme j’expliquais précédemment, il est normal de se sentir excité par ce type d’image pornographique, simplement parce qu’il peut s’agir d’un type de corps nouveau auquel nous avons peu réfléchi ou peu érotisé dans le passé. Ensuite, il est compréhensif de ressentir une difficulté à être excité par une partenaire cisgenre si tu te masturbes quotidiennement sur ce type d’images pornographiques. La pornographie ne représente pas la réalité et il normal d’être sexuellement attiré par ce type d’image ; conséquemment, il peut être difficile d’être sexuellement excité au quotidien lorsque nos référents deviennent uniquement les standards de la pornographie. On parle ici d’un décalage entre les images fantasmagoriques de la pornographie et de la réalité. Ainsi, je ne crois pas que ton attirance pour les femmes cisgenres a disparu, simplement que ta consommation de pornographie rend actuellement tes standards d’excitation plus élevés. Suis-je clair?
 
Si la pornographie prend trop de place actuellement dans ta vie, il est possible de tenter d’explorer différentes alternatives lorsque tu te masturbes. Par exemple, il est possible de prendre son temps, d’explorer différentes zones de notre corps à l’extérieur de notre pénis (comme les mamelons, le scrotum, l’anus), de lire des nouvelles érotiques au lieu de vidéos pornographiques, d’écouter des podcasts érotiques, d’utiliser des jouets sexuels comme des butt plugs ou une fleshlight pour varier les sensations. Bref, l’objectif est ici de diversifier les sources d’excitations et de varier la fréquence et la durée de temps des différentes séances de masturbation. Au moment de rencontrer une nouvelle partenaire, cis ou trans, ou même un nouveau partenaire, cis ou trans, rappelle-toi que les corps humains nous offrent une multitude de façons d’explorer la sexualité. Il sera alors possible, avec ce ou cette partenaire, d’expérimenter, d’explorer de nouvelles zones, de nouvelles activités sexuelles, dans l’écoute des besoins et limites de chacun.e. La sexualité est un terrain d’apprentissage constant après tout!
 
Bref, je t’invite à prendre le temps d’explorer et de demeurer à l’écoute de tes désirs et tes attirances, à la fois sexuelles et romantiques. Sache que c’est correct d’être physiquement attiré par une diversité de genres et de corps, que ce soit envers des hommes cis ou trans, femmes cis ou trans. Conséquemment, il n’y a aucun problème à ressentir une attirance envers des femmes trans, mais il est important de ne pas les réduire uniquement à un objet sexuel. Ainsi, si «un jour tu rencontres une fille qui te plaît beaucoup et que si cette dernière, suite à la confiance qu’elle t’accorde, décide de te dévoiler qu’elle est une fille trans, débute d’abord par la remercier pour la confiance qu’elle te porte. Il n’est pas toujours évident de dévoiler cette partie intime de notre vie! Le fait d’avoir une relation amoureuse ou sexuelle avec une femme trans ne remet pas non plus ton orientation sexuelle en question. Une femme trans est tout autant une femme qu’une femme cisgenre peut l’être. Cependant, rappelons-nous qu’il est inapproprié de poser des questions aux gens (trans ou non!) au sujet de leurs organes génitaux. Je suis persuadé que tu n’aimerais pas beaucoup que quelqu’un te pose des questions indiscrètes à propos de ce qui se trouve dans tes sous-vêtements ! C’est la même chose pour les femmes trans. Aussi, il serait dommage et surtout réducteur d’aimer une personne plus particulièrement pour son pénis ou sa vulve aussi, n’est-ce pas? »

Je suis conscient qu’il s’agit ici d’une longue citation! Mais j’espère que cette dernière a pu t’éclairer un peu sur tes questionnements. Ce que j’aimerais que tu retiennes de ce texte, c’est que ce qui t’attires au niveau de la pornographie ne représente pas ce qui peut t’attirer dans la vraie vie. Et puis, dans la vie, au moment où tu souhaiteras rencontrer des filles, il y a plein d’autres facteurs que le corps humain qui rentrent en compte, ce que la pornographie ne te montrera jamais. Je t’invite donc à différencier le fictif et la mise en scène de la pornographie des rencontres humaines que tu feras dans le futur. Et je demeure convaincu que plusieurs personnes de ton quotidien pourront ainsi te surprendre et te charmer.
Avant de conclure, j’aimerais citer un extrait d’une réponse de ma collègue Rose au niveau de l’addiction à la pornographie :

Par contre, comme tout comportement, il arrive que certaines personnes se retrouve dans des cycles de répétition et de dépendance. Par exemple, même si manger est un comportement sain, ce n’est pas sain de manger sans pouvoir s’arrêter jusqu’à se rendre malade. C’est la fréquence d’un comportement, le contexte dans lequel il se produit et les conséquences qu’il provoque qui détermine s’il s’agit d’un comportement sain ou non. Donc, si tu sens que ces désirs deviennent des comportements répétitifs, que tu perds le contrôle et que tu as l’impression que cela affecte ta qualité de vie et te cause des problèmes, voici d’autres réponses qui pourront sûrement t’être utiles. Tu y trouveras des trucs et des références.

J’espère avoir su répondre à ta question! N’hésite surtout pas à nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin ou si certains de mes propos mériteraient éclaircissements.
Bien à toi,
Guillaume, pour AlterHéros

About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment