Est-ce que la pratique masturbatoire du dry-humping est sans risque pour le pénis?


Bonjour,

Je me suis pris de passion pour le humping (disons que c’est ce qui – a priori – m’excite le plus).
Je ne parle de pas de Dry-humping, je parle de la technique d’utiliser un objet (lit, …), de se coucher sur le ventre et faire des vas et viens (en utilisant le bassin) avec le pénis sous le ventre. Clemity-Jane en fait référence ici : https://youtu.be/9hVc-bjmGpQ

Je peux donner des liens plus XXX si nécessaire (mais une recherche sur internet et vous comprendrez)…
Mais en cherchant des informations (pour mon blog..), je suis tomber sur des sites (https://www.steadyhealth.com/topics/can-my-masturbation-technique-cause-damage-to-my-penis) qui sont assez perturbant, mais je suis aussi sur que ce ne sont pas des experts (comme vous) qui y répondent.

Donc, rassurez-moi, cette technique masturbatoire, elle est sans risque ?

Stéphane

Salut Stéphane!

C’est toujours un plaisir de recevoir tes questions! Merci une fois de plus pour la confiance que tu accordes envers nos services! Ça fait chaud au coeur!

Alors si je comprends bien ta question, tu te demandes si la pratique du dry-humping est sécuritaire pour les personnes qui ont un pénis. Tu affirmes apprécier grandement cette pratique masturbatoire qui consiste à «frotter» ton pénis, avec tes vêtements, contre une surface ou un objet. Tu dis avoir fait quelques recherches à ce sujet et être tombé sur des sites partageant des témoignages troublants à ce sujet. Tu aimerais donc être rassuré pour savoir si la pratique masturbatoire du dry-humping est sans risque.

Pour faire court, je t’invite à demeurer prudent sur les informations trouvées sur des forums liés à la sexualité sur internet. En foi de quoi, tu as bien fait de nous écrire! 😉

La pratique du dry-humping, comme plein d’autres techniques de masturbation, est généralement sans risque. La façon que tu souhaites le faire, ce que tu souhaites porter comme vêtements, la longueur ou l’intensité des séances ou le choix des surfaces sont plein d’éléments qui peuvent influencer le plaisir. La meilleure chose avec la technique du dry-humping, c’est qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de le faire! L’important, c’est de simplement pouvoir s’amuser et d’en retirer des sensations agréables.

Bien évidemment, j’ai quelques conseils de sécurité à te proposer dans cette réponse. Mais je t’invite à demeurer à l’écoute de ton propre corps dans toute cette aventure du dry-humping : si une sensation est agréable, tant mieux! Si quelque chose fait mal ou est irritant pour ton pénis, alors il vaut mieux changer d’angle ou de technique. Mais en règle générale, si tu ajustes ta position/vêtement/objet en fonction de ton degré de confort et de plaisir, alors tout ira bien!

Néanmoins, quels seraient mes recommandations à l’égard du dry-humping?

Le choix de l’objet/surface : Il faut choisir un objet sans rebords coupants et assez mou pour éviter les blessures. Un matelas, un oreiller, une peluche ou même un accotoir de canapé sont d’excellents objets pour le dry-humping!

Le choix des vêtements : Si tu préfères conserver tes vêtements pour cette pratique, fais attention aux fermetures éclairs sur certains pantalons ou aux boucles de ceinture afin d’éviter les petites blessures. Tu peux par exemple choisir un vêtement très ample pour laisser de la place à ton érection ou même choisir quelque chose de très moulant qui te permettra de bien sentir les différentes sensations (comme des legging par exemple). L’important, c’est de choisir des vêtements qui t’offrent des sensations agréables!

Lubrifiant : La pratique du dry-humping est par définition le fait de frotter ses organes génitaux sur une surface. Cela peut être un peu irritant pour le pénis, dépendant de l’intensité et de la fréquence des sessions masturbatoires. Il demeure donc possible de mettre un peu de lubrifiant sur le pénis avant de remettre les sous-vêtements/vêtements.

Il est certainement possible que tu aies lu des témoignages de lésions du pénis ou de fracture du pénis liées à cette pratique. Par exemple, une fracture peut être possible s’il y a une grande force d’appliquée sur une surface dure à partir du gland (donc si le pénis en érection est perpendiculaire à la surface dure). Néanmoins, si tu gardes ton pénis parallèle à ton ventre en te frottant contre le lit ou un oreiller, ces risques de fracture deviennent plutôt… improbables! 😉 En bref, si tu suis ces quelques recommandations, que tu fais attention à ne pas choisir une surface trop dure et que tu t’autorises à donner un repos à ton pénis lorsque tu as l’impression qu’il en a de besoin, alors je suis convaincu que tout se passera bien!

L’important, c’est que cette pratique puisse t’apporter quelque chose de positif! Je te souhaite donc de bien t’amuser, Stéphane! 🙂

Tu peux nous écrire à nouveau quand tu le souhaites! Ça nous fait toujours plaisir d’avoir de tes nouvelles!

Chaleureusement,

Guillaume (il/he), pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment