#détresse
#Famille
#médecin
#parents
#psychiatre
#Questions
#Santé
15 August 2004

Est-ce normal que mon médecin aie téléphoné pour aviser mes parents de ma visite à l'hôpital sans mon consentement?

Salut! Je m’accepte depuis bientôt 3 mois en tant qu’homosexuelle mais j’ai du passé par plusieurs embûches. Cette année, j’ai du aller voir un pédo-psychiatre parce que ça n’allait pas (j’ai 17 ans). J’y étais aller en cachette pour ne pas que mes parents me posent des questions. Est-ce normal que la pédo psychiatre aie téléphoné chez moi pour aviser mes parents de ma visite à l’hôpital et tout ça sans mon consentement? Depuis, je n’ai plus confiance en personne même en mes propres amies alors je voulais savoir s’il y avait atteinte à un de mes droits… Il faut peut-être préciser que j’avais des idées suicidaires. Merci! – Catherine

Équipe -Pose ta question!-

Bonjour Catherine!

Merci pour ta question sur AlterHéros. Elle est très pertinente. Pour t’éclaircir à ce sujet, lorsque tu es âgée de 14 ans et plus, ce que tu dis à ton médecin ou psychiatre est confidentiel. Votre conversation est liée à ce qu’on appelle le « secret professionnel ». Ton médecin n’a pas le droit d’en parler avec ta famille.

Par contre, et c’est là où ça se complique, lorsque ta santé est en danger, le médecin est dans l’obligation de contacter ta famille. Dépendamment des cas, ce n’est pas nécessairement parce que tu racontes à ton médecin que tu as eu des idées suicidaires qu’il en parlera à tes parents parce qu’il existe plusieurs degrés de détresse psychologique. Si ce degré se situe à un seuil critique où ta santé est réellement en danger, le médecin doit intervenir.

Avant d’appeler tes parents, ta psychiatre t’a sûrement posé quelques questions pour juger ce niveau de danger. En posant son diagnostique, elle a sûrement jugé que ton niveau de détresse était très élevé et qu’il était important pour ta santé et ton bien-être d’en parler avec tes parents.

Tu ne dis pas ce que la psychiatre a dit à tes parents. Leur a-t-elle parlé que tu étais en questionnement face à ton orientation sexuelle? Il est bien évident que le fait d’en avoir parlé avec tes parents sans ton consentement t’a fait perdre confiance dans elle et ceux qui t’entourent. Tu t’es senti trahie.

Je te propose de regarder cette situation d’un autre œil. Lorsque tu es allée rencontrer ta psychiatre, tu disais que les choses n’allaient pas bien pour toi. Maintenant, dans ta question, tu mentionnes que tu t’acceptes et les choses ont l’air d’aller mieux. Prendre du mieux, reprendre la situation en main, n’est-ce que pas ce que tu souhaitais quand tu es allée à l’hôpital?

Je te félicite pour tout ce cheminement. Malgré les embûches, tu en sors plus grande. Continue dans cette voie et regarde vers le futur.

Bonne chance!

Équipe AlterHéros

Similaire