Est-ce à cause des abus que j’ai vécu que je suis lesbienne ? Ou parce que je n’ai pas eu de père à la maison ?


Salut Mélissa.

Merci de la confiance que tu nous témoignes.

Dans ton message, tu nous expliques que tu as été victime d'agressions sexuelles pendant ton enfance et que tu as grandi sans la présence d'un père à la maison. Tu voudrais savoir si ces deux faits sont à l'origine de tes doutes sur ton orientation sexuelle.

Tout d'abord, je tiens à te dire, Mélissa, combien je te trouve courageuse d'avoir surmonté les drames que tu as vécus. Les agressions sexuelles à répétition, ainsi que l'absence de figure paternelle à la maison, t'ont sans aucun doute affectée grandement et, peut-être, continuent encore à t'affecter aujourd'hui. Toutefois, on ne peut pas établir de liens entre ces faits et ton questionnement à propos de l'homosexualité.

En effet, l'homosexualité, tout comme l'hétérosexualité et la bisexualité, est une orientation qui nous vient vraisemblablement à la naissance et c'est une caractéristique de notre personne au même titre que la couleur des cheveux et des yeux. Par conséquent, peu importe ce qui nous arrive dans la vie, on ne peut pas « devenir » gay ou lesbienne si la Nature ne nous a pas déjà donné cette orientation en venant au monde. Il est vrai, par contre, que des événements ou des personnes peuvent nous aider à prendre conscience de notre identité ou à l'assumer. Par exemple, si une fille est d'orientation homosexuelle, mais qu'elle ne se sent pas à l’aise avec cet état – par exemple, parce qu'elle ne se trouve pas normale -, il se pourrait qu'au contact d'une femme lesbienne qu'elle admire particulièrement, elle en vienne à s'accepter telle qu'elle est. Inversement, il arrive que des personnes homosexuelles vivant dans des milieux très rigides et conservateurs refoulent pendant la plus grande partie de leur vie leur orientation sexuelle parce qu'ils en ont honte. Ce n'est qu'après un dur combat contre leurs propres préjugés qu'ils pourront s'accepter – s'ils finissent par s'accepter, ce qui n'est, hélas!, pas toujours le cas…

De même qu'on ne « devient » pas homosexuel suite à de mauvaises expériences, de même tu ne peux considérer comme un indice valable de ta propre homosexualité le fait que tu aies déjà été un « garçon manqué ». En effet, il n'est pas rare de voir des hommes délicats, jugés efféminés, être hétérosexuels; et l'inverse est tout aussi plausible : une fille peut très bien ne pas se maquiller, porter des vêtements de style « jogging » et pratiquer des activités dites masculines (ex : le hockey), sans être pour autant une personne lesbienne. En fait, la seule chose qui détermine une orientation sexuelle est la nature de nos désirs. Rien que cela.

À ce propos, qu'en est-il pour toi? Tu nous as écrit que tu pensais être lesbienne. J'en déduis que tu as déjà éprouvé de l'attirance pour une ou plusieurs femmes. C'est très bien. Cela ne doit en aucune manière t'inquiéter. Je le répète : cette orientation est parfaitement normale. Je remarque toutefois que tu te définis comme étant aussi une personne en questionnement. Ça aussi, c'est très bien. À 19 ans, on n'est pas obligé de savoir précisément et avec exactitude qu'elle est notre orientation sexuelle. C'est au gré de tes rencontres et de tes expériences que tu finiras par savoir qui tu es. Pour l'instant, ne songe qu'à être heureuse.

En espérant que mes commentaires t'aideront à y voir un peu plus clair, je t'incite, Mélissa, à nous réécrire si tu en sens le besoin et je te souhaite d'être heureuse et de profiter pleinement de la vie!

Amitiés,

Benoît

Leave a comment