Douleur à la lubrification : qu’est-ce que ça pourrait être?


Bonjour,
J’ai essayé de trouver des infos sur internet, sans succès, à propos d’un truc qui me dérange depuis quelques temps. Je compte consulter ma gynéco bientôt à ce sujet. mais en attendant, peut-être que vous avez des pistes de réponse pour moi, qui sait ! Alors voici la situation: la plupart des fois où je ressens une forte excitation sexuelle. quand je mouille, ça me fait mal. C’est comme si la vasocongestion me provoquait des douleurs. Ce n’est pas invivable, mais c’est désagréable. Détail : je prends des antidépresseurs, ma flore vaginale est super sensible et je n’ai pas de douleurs lors de la miction. Qu’est-ce que ça pourrait être ? Merci d’avance !
Maude

Bonjour Maude,

Déjà, merci de faire confiance à AlterHéros pour ta question, je vais tenter de t’éclairer du mieux possible. 

De ce que je comprends, tu dis ressentir de la douleur lors d’une forte excitation sexuelle. Cette douleur survient surtout lors de la lubrification vaginale. Tu te questionnes sur les causes potentielles de ces douleurs et tu dis vouloir consulter un.e médecin. De plus, tu précises que tu prends des antidépresseurs et que ta flore vaginale est très sensible. Pourtant, tu dis ne pas ressentir ces douleurs lors de la miction. 

Déjà, pour commencer, je ne peux que t’encourager à consulter un.e médecin, car je ne peux pas émettre de diagnostic et l’avis d’un.e professionnel.le de la santé sera clairement complémentaire et plus précis que tout ce que je pourrai te dire ici. C’est certain que dans le contexte actuel de la COVID-19, ce n’est pas le meilleur moment pour une consultation médicale, par contre, si cette douleur t’incommode et perdure, je t’invite à la faire tout de même si c’est possible pour toi. Je peux toutefois tenter de t’orienter vers certains éléments qui te permettront, je le souhaite, de mieux comprendre et apprivoiser ces douleurs. 

Il m’est impossible de te dire si les causes de tes douleurs sont d’ordre anatomique, psychologique ou autre. Par contre, laisse-moi te poser quelques questions pour approfondir ta réflexion : À quel moment durant la relation sexuelle ressens-tu cette douleur? Est-elle présente même si tu n’as pas de stimulation (ex : pénétration de doigts, objets, masturbation, etc.). Est-ce une douleur que tu peux ressentir si tu te masturbes seule ou bien est-elle seulement présente lorsque tu partages ta sexualité avec quelqu’un.e d’autre? De plus, est-ce une douleur qui persiste après le rapport sexuel ou seulement pendant la phase d’excitation intense? S’agit-il d’une douleur diffuse ou encore plus ciblée? Comment décrirais-tu cette douleur? Un pincement? Une sensation de brûlure? Une démangeaison? Une crampe physique? Serais-tu capable de localiser cette douleur? Se trouve-t-elle davantage au niveau de la vulve ou à proximité de la cavité vaginale? Ou plutôt dans la région du pelvis, incluant le bas ventre et la zone génitale? Aussi, as-tu remarqué si cette douleur variait selon ton cycle menstruel? Tous ces éléments peuvent être des pistes qui t’aideront à mieux comprendre tes douleurs. Plus tu seras informée sur les éléments déclencheurs, plus tu seras à l’écoute de tes propres réactions, plus tu seras en mesure de prendre action face à tes douleurs. Ces éléments de réponses pourront également être utiles auprès du ou de la professionnel.le de la santé que tu rencontreras, le cas échéant, pour partager ta situation. 

Il existe plusieurs causes possibles aux douleurs au niveau des organes génitaux chez les personnes qui ont une vulve. Le terme dyspareunie est utilisé pour qualifier ce type de douleur qui survient avant, pendant ou après une activité sexuelle. Les professionnel.le.s de la santé pourront possiblement qualifier ces douleurs que tu vies au moment de la lubrification comme étant de l’ordre des dyspareunies. Les dyspareunies peuvent être de causes physiques ou psychologiques. Au niveau physique, par exemple, notons les causes hormonales (comme un déficit d’oestrogène), les causes infectieuses (vaginite, mycoses, virus du papillome humain, virus herpès simplex, une gonorrhée, etc.), les causes dermatologiques (comme le lichen scléreux vulvaire), les réactions allergiques ou même certaines blessures ou traumatismes engendrés par des rapports sexuels, par certains examens médicaux ou opérations gynécologiques. Au niveau des causes psychologiques, des dyspareunies peuvent parfois être causées par une tension nerveuse particulière (notamment en cas de stress ou d’anxiété), d’un manque d’excitation (qui ne semble pas être ton cas!), une sensation de peur ou de crainte concernant la sexualité ou un traumatisme antérieur. Devant la diversité de possibilités, il est clair que l’avis d’un.e professionnel.le de la santé serait appropriée ici.

Pour ce qui est des de la prise d’antidépresseurs, on sait que plusieurs effets secondaires peuvent être observés au niveau de la sexualité, notamment en impactant le désir, l’excitation ou en réduisant la lubrification vaginale. Cependant, il est important de comprendre que les effets sont différents pour chaque personne. Selon ce que j’ai lu, si les douleurs que tu me décris sont apparues lors du début de la prise des antidépresseurs, il est possible d’y voir une corrélation. Si ces douleurs étaient déjà présentes avant, il y a peu de chance que les antidépresseurs soient en cause. Ce serait une bonne chose d’en parler avec ta gynéco lorsque tu la verras. D’ailleurs, as-tu remarqué depuis quand tu avais ces douleurs? Y a-t-il un élément déclencheur auquel tu associes ces douleurs? De plus, ce n’est pas un détail que tu mentionnes dans ta question, mais as-tu un stérilet? Cela pourrait peut-être avoir un impact sur les douleurs dont tu fais mention. 

Ensuite, tu mentionnes que cette douleur apparaît lors de la lubrification. Je ne connais pas ton niveau de lubrification vaginale, mais il pourrait être intéressant d’utiliser un lubrifiant à base d’eau ou de silicone de manière à réduire les douleurs lors des rapports sexuels. Si ces douleurs persistent lors des rapports sexuels, il est important d’en parler avec ton.ta partenaire et d’aller à ton propre rythme. Je te suggère fortement de communiquer ce malaise avec ton.ta partenaire de manière à pouvoir arrêter, changer de position ou changer d’activités sexuelles si c’est ce que tu souhaites. Tu peux tenter de voir si l’adaptation de tes pratiques sexuelles peut avoir un impact positif, ou non, sur tes douleurs. 

Tu mentionnes aussi que ta flore vaginale est sensible. Qu’entends-tu par là? Le rôle de ta flore est de protéger un équilibre bactérien dans ton vagin. Lorsque la flore est préservée, c’est ce qui empêche de prévenir les infections vaginales. As-tu déjà fait des infections vaginales dans le passé? Si oui, as-tu reçu un traitement?  Permets-moi de te rappeler quelques petits trucs pour maintenir sa flore bactérienne : la prise de probiotiques; le port de sous-vêtements en coton au détriment de matières synthétiques; l’utilisation de savon doux et le lavage en surface au détriment des gels de douche parfumés ou des douches vaginales; le port de vêtements plus amples, etc. Tous ces exemples sont des moyens de stabiliser et favoriser le maintien d’une bonne flore vaginale. 

De plus, as-tu déjà passé des tests dans le passé permettant d’écarter l’hypothèse d’endométriose, de kyste(s) ou de fibrome(s)? Aussi, tu pourrais demander à ta gynéco si elle pense que cette douleur puisse être liée aux glandes vestibulaires, situées dans la basse partie du vagin, soit les glandes qui permettent de produire la lubrification. Tu pourrais aussi vérifier avec elle à savoir si tu n’as pas d’infection bactérienne. À ce sujet, ma collègue Marie-Édith a écrit une réponse si jamais tu souhaites t’y référer. Finalement, je connais également des ostéopathes qui pratiquent la rééducation périnéales, et je te partage cette information si jamais c’est quelque chose que tu envisages ou qui pourrait t’apparaître comme aidant par rapport à tes douleurs. N’hésite pas à nous contacter pour avoir ces informations.

J’espère avoir pu t’éclairer un peu. Prends bien soin de toi Maude et n’hésite pas à nous réécrire si tu le souhaites.

Cat, intervenante pour AlterHéros


About Cat

Détentrice d'un baccalauréat en développement social, iel s'intéresse à l'(in)visibilité des personnes bisexuelles dans la sphère publique, au mouvement de défense des droits des personnes travailleuses du sexe, sur les enjeux liés à la non-binarité et sur la représentation des sexualités marginalisées en contexte de ruralité.

Leave a comment