Comment va se passer mon processus de transition ? Comment commencer ? Combien de temps ça prendra ?


Bonjour, je suis une fille dans le corps d’un homme et je suis sur une liste d’attente pour commencer le processus. Ce que j’aimerais savoir c’est, comment marche le processus? Je veux dire, quelles sont les étapes pendant ce processus et cela dure combien de temps? En fait, je suis en liste d’attentes pour commencer mon processus de changement de sexe pour passer d’homme à femme. J’aimerais savoir ce qui m’attends exactement dans ce processus. Comment on commence? Comment ça avance? Combien de temps ça va prendre avant que je puisse me procurer des hormones? etc etc. Si vous pouvez répondre à toutes ces questions, ça serait très gentil de votre part :3 . merci

Gabrielle

Bonjour Gabrielle !

Merci de faire confiance à AlterHéros pour ta question. En tant que jeune femme trans, tu te questionnes sur le processus de transition qui nous attend lorsque l’on a été assigné·e garçon à la naissance – les étapes, les délais. Tu précises être sur une liste d’attente en ce moment.

D’abord, permets-moi de mentionner que chaque parcours de transition est unique. Tu n’es pas obligée de suivre un protocole précis, et tu peux exprimer ton genre tel que tu l’entends. Le chemin n’est pas nécessairement linéaire. Il est donc difficile de te donner une réponse de type « étape 1., étape 2., … ». Je vais toutefois faire de mon mieux pour t’éclairer au travers tout ça.

Si certaines personnes trans effectueront une transition médicale (hormonothérapie, chirurgies), toutes n’y auront pas recours. Par ailleurs, la transition médicale n’est pas un bundle pack, un ensemble pour lequel tu n’aurais pas de liberté de choix. Tu pourrais, par exemple, demander l’hormonothérapie, sans faire de chirurgies. Tu pourrais aussi demander une augmentation mammaire, sans avoir de chirurgie génitale, ou vice et versa. Je t’invite à en discuter avec les professionnel·le·s que tu rencontreras afin de connaître les tenants et aboutissants de chaque option, et pouvoir ainsi être en mesure de prendre des décisions éclairées tout au long de ton parcours à toi.

Dans le même ordre d’idées, tu peux faire une transition sociale et/ou légale sans passer par une transition médicale. Qu’est-ce que c’est ? Eh bien, transitionner socialement, c’est exprimer ton genre autrement que selon les normes et rôles associés à celui que l’on t’a assigné à la naissance : adopter des pronoms différents, un prénom différent, t’habiller différemment, utiliser du maquillage et/ou certains accessoires, changer ta coiffure, etc.

Transitionner légalement, c’est toute la « paperasse » légale, donc, les demandes de changement de sexe et de prénom à l’État civil québécois (ces demandes te permettent d’avoir un nouvel acte de naissance, une nouvelle carte d’assurance-maladie, un nouveau permis de conduire…), et chez Service Canada au fédéral (pour ton passeport, p.ex.). Depuis 2015, avec le projet de loi 35, il est (…enfin!) possible au Québec de faire changer ses papiers légalement, sans avoir eu recours à une/des opérations et/ou un traitement hormonal. Si tu es citoyenne Canadienne, que tu habites au Québec depuis au moins un an, et que tu as un peu de sous (il faut prévoir environ 150$), ces démarches te sont accessibles. Si tu as plus de 14 ans, tu peux faire la demande pour toi-même. Tes parents peuvent aussi t’aider et présenter la demande pour toi, avec ton autorisation. Les formulaires concernés par cette demande sont disponibles ici. Lorsque l’on est mineur.e, le formulaire doit être accompagné d’une lettre d’un.e médecin, psychologue, psychiatre, sexologue ou travailleur·se social·e qui est « d’avis que le changement est approprié ». À partir de 18 ans, cette lettre n’est plus nécessaire – la demande se fait selon une « déclaration sous serment » (ça, ça veut dire que tu attestes toi-même que ta démarche est sérieuse et assumée), devant un.e  témoin et  un.e commissaire à l’assermentation (ces personnes offrent le service gratuitement dans les bureaux de Services Québec et du Directeur de l’état civil). Pour l’instant, la « mention de sexe demandée » sur les formulaires du gouvernement exclut la non-binarité, et il est donc nécessaire de faire un choix entre « masculin » et « féminin ». Selon ce que j’ai vu de l’identité de genre que tu as cochée dans tes infos personnelles, cela ne représentera pas un souci pour toi, mais je préfère le préciser quand même. 😊

Maintenant, pour revenir à ta question principale – qu’est-ce qui t’attend ? Comment ça commence ? Combien de temps avant d’avoir accès aux hormones ? Je dirais que cela dépend. D’abord, je ne connais pas les délais de la liste d’attente sur laquelle tu te trouves, ni le/la professionnel·le que tu rencontreras (un·e médecin de famille ? Un·e endocrinologue [ça, c’est une spécialité médicale pour les hormones] ? Un·e psy* ? Un·e travailleur·se social·e ?). J’aimerais donc pouvoir te dire dans combien de temps tu pourras te procurer des hormones, mais je ne le peux malheureusement pas. Peut-être que tu pourrais téléphoner à la Clinique à laquelle tu iras pour demander plus d’informations sur les délais auxquels tu peux t’attendre, et la teneur du rendez-vous qui te sera offert, si tu l’ignores ? Je te souhaite dans tous les cas que tu les aies rapidement, si tel est ton désir, et que tu ne rencontres pas trop d’embûches !

Même chose pour la question « combien cela dure de temps » … Au final, ça dépend ça aussi ! Ça dépend de quelle façon tu transitionnes, à quoi tu auras recours, ce qui te sera nécessaire, à partir de quel moment tu te sentiras bien. Ça dépend de toi, et des ressources disponibles. Pour te donner une idée des grandes lignes, voici en vrac quelques infos relatives à différents aspects de la transition médicale :

  • Les hormones dites « féminisantes » telles que l’estrogène (c’est-à-dire qui permettent p.ex., à divers degrés, une croissance des seins, un ralentissement de la pousse des poils, une redistribution des graisses et de la masse musculaire pour changer la forme du corps dans une certaine mesure…) sont généralement prescrites à partir de l’âge de 16 ans. Certains médecins prescrivent dès l’âge de 14 ans ; ça dépend (ben oui, encore). Il faut toujours garder en tête que la rapidité des changements, et l’intensité de leurs effets, varient d’une personne à l’autre. Chaque personne réagira un peu différemment aux traitements. De plus, certains effets sont réversibles lorsque l’on arrête le traitement, d’autres, non.
  • Les chirurgies se font souvent chez GRS Montréal : si tu as des questions relativement à ces procédures, elleux pourront sans doute y répondre. P.S., les chirurgies génitales ne sont accessibles qu’à l’âge adulte, à partir de 18 ans.

Alors voilà. J’espère, chère Gabrielle, avoir pu t’éclairer un peu. Je te souhaite bon courage. Je sais que l’attente peut être longue pour avoir accès à des services et je peux bien m’imaginer toute l’impatience, voire la frustration que cette attente peut occasionner.

Si tu as besoin de discuter de vive-voix avec quelqu’un dans ce contexte, je t’invite à téléphoner Interligne au 1-888-505-1010 ou l’ASTT(E)Q, au 514-847-0067 x207. Tu peux aussi regarder du côté de Projet 10 : l’organisme offre aux jeunes des articles d’affirmation de genre (p.ex., sous-vêtements « gaff ») à prix modique ou selon la formule « paie-ce-que-tu-peux », des rencontres individuelles de soutien, et des services d’accompagnement pour aller à des rendez-vous. Avec la situation de pandémie actuelle certains services sont modifiés, mais le soutien individuel est maintenu – pour y avoir accès, il faut écrire à questions@p10.qc.ca pour prendre rendez-vous.

Bonne route Gabrielle !

Jessica, pour AlterHéros


About Jessica

Jessica est présentement étudiante au doctorat en psychologie à l’Université de Sherbrooke. Elle détient un DEC en sciences humaines, profil action sociale et médias (2011) et un baccalauréat en psychologie de l'UQÀM (2014). Elle a travaillé dans le domaine de l'intervention à temps plein pendant un an et demi avant d’intégrer le doctorat. Son grand intérêt pour la communauté LGBTQ+ l'a amenée à s'impliquer en tant qu'intervenante bénévole au sein de l'équipe Parles-en aux Experts en mai 2015. Lorsqu'elle n'est pas en train d'étudier ou de travailler, elle aime bien aller nager ou marcher, faire du camping, jouer de la musique et flatter ses deux adorables chats. :-)

Leave a comment