Quels sont les principaux jeux sexuels pratiqués dans le BDSM ?


Quels sont les principaux jeux sexuels pratiqués dans le BDSM ?


Le BDSM, lorsqu’il  se déroule dans le cadre (préalablement défini) des limites de chaque partenaire, est une source de plaisir réciproque. Ces limites doivent être respectées et cette remarque vaut aussi bien pour la personnes dominée que pour la personne dominante. Tu dois savoir que les ordres et les coups ne transmettent pas d’ITSS, d’hépatites ou le VIH, mais fait attention au sperme qui ne doit pas être mis en contact avec une peau endommagée et fais gaffe aussi aux contacts éventuels entre muqueuse et émission de sang. Il est donc clair que le self-control et la maîtrise du contexte de ce type de rapport sont des préalables nécessaires à son caractère safer-sex. Les jeux psychologiques (ordres, humiliation, subordination etc.) sont absolument sans danger pour la santé sexuelle.
Passons en revue maintenant les principaux jeux sexuels pratiqués dans le BDSM.

Le bondage
Le bondage pour commencer consiste à ligoter un.e partenaire suivant des techniques plus ou moins élaborées. Veille à la bonne circulation sanguine des membres et au confort (relatif) de ton amant.e. Tu dois évidemment vivre ce trip dans un climat de confiance, le bondeur devant respecter les limites et le plaisir du bondé! Pas de risque pour la santé sexuelle !

Le travail des seins
Le travail des seins trouve une grande place dans les trips BDSM. En effet, le bout des seins est une zone érogène importante qui, de plus, se prête particulièrement à la combinaison du plaisir et de la douleur : tu peux travailler les seins de ton / ta partenaire à ta manière et comme il / elle aime.
Fais attention de ne pas créer de saignement et à ne pas éjaculer sur le torse de ton / ta partenaire si ses seins ont été “sérieusement” travaillés : un risque de transmission du VIH serait possible si tu es séropositif.ve et que ta charge virale est détectable. Il ne faut pas s’inquiéter si une petite “croûte” se forme les jours suivant le trip : les tétons reforment une peau saine : cependant, durant cette période attention au sperme et au sang – la peau est fragilisée.

La dilatation

La dilatation anale (ou vaginale) est une pratique courante dans les rapports BDSM. Les trips varient depuis l’usage du spéculum, de godes aux divers diamètres, en passant par le fist… Le spéculum qui est en métal doit être nettoyé et désinfecté.
Attention dans ce trip à ne pas blesser ton / ta partenaire : la muqueuse anale est fragile, la muqueuse vaginale aussi. Évite aussi d’employer un agent anesthésiant : en effet, les réactions de ton / ta partenaire sont propres à te guider dans la dilatation. Les poppers peuvent aider à cela mais leur consommation doit rester modérée.
L’essentiel est de garder à l’esprit que toute dilatation est progressive et doit respecter le plaisir de la personne qui reçoit.

Les coups et le fouet
D’une manière générale, qu’il s’agisse de coups manuels, de l’usage d’un fouet ou d’un ceinturon, les coups ne présentent pas de risques pour la santé physique tant qu’aucune lésion de la peau n’est créée. S’il y a des lésions, pense à les désinfecter après, et veille toujours à ce qu’elles n’entrent pas en contact avec du sang ou du sperme de ton / ta partenaire ou d’un.e partenaire ultérieur.e.

L’électricité
Des tortures légères basées sur l’usage de courant de faible impédance (shockwave et articles de sex-shop similaire) sont des trips sans danger. N’utilisez pas de courant plus élevé en Volt et en impédance car ils peuvent provoquer des blessures.
Attention ! Dans la partie supérieure du corps, l’électricité peut présenter des risques d’incidents cardiaques!

La cire de bougie
Cool! Aucun risque lié aux ITSS, aux hépatites et au VIH. De fait si tu apprécies les écoulements de cire chaude sur les seins, le sexe, la région anale, n’hésite pas ! Les bougies ordinaires de couleur blanche sont les meilleures : leur cire devient en effet assez chaude pour exciter sans toutefois occasionner de brûlures. Bien on a rien oublié ? Ah si : le sang!

Le sang
Nous ne le répéterons jamais assez : le sang d’une personne séropositive à charge virale détectable est contaminant. Dans ce cas, et dans le doute, ne te livre pas à des rites de fraternisation par le sang, ni à aucune pratique de contact entre : sang – sperme /sang – sang sur le lieu de lésions de la peau ou de muqueuses.

Un texte de SIDA INFO SERVICE


About Équipe -Pose ta question!-

L'équipe d'intervention de Pose ta question! est composée d'intervenant.e.s bénévoles issu.e.s des domaines d'études de sexologie, travail social, psychologie, toxicomanie, développement social et tout autre domaine connexe ! L'équipe est entièrement composée de personnes LGBTQIA2S+ et d'allié.e.s formidables de nos communautés !

Leave a comment