#fantasme
#gars
#goût
#hétéro
#homme
#jeune
#Questions
21 février 2024

Après une rencontre homosexuelle, je me pose des questions

Bonjour ! Après une rencontre avec un homosexuel cet été, j’ai commencé à me poser des questions. Une idée me revenait sans cesse: « si moi aussi je l’était? » alors que j’avais une copine depuis 2 ans. Je suis attiré par les filles et mes tentatives de fantasmes avec des hommes ne m’ont jamais excités (je veux dire que ça ne me donne pas d’érection).
Malgré tout, la question demeure et j’en fais une dépression. Je me dis que je vais le devenir obligatoirement, que le fait de m’être posé la question est un signe… J’ai perdu goût à la vie. Avez-vous un avis?

Équipe -Pose ta question!-

Bonjour Yvan,

Je m’appelle Joseph et je suis un des administrateurs à Jeunesse Lambda. J’ai 19 ans et je suis présentement à l’université. J’aime pouvoir aider les autres et avoir la chance de partager ce que j’ai vécu avec des jeunes traversant souvent les mêmes étapes.

Cependant il semble que ce soit différent pour toi, car l’étape principale que tu as franchie est de te poser la question, à savoir si tu es homosexuel ou non.

Je ne pourrais te répondre plus explicitement que NON, ce n’est pas parce que tu te poses la question ou que tu essaies d’avoir des fantasmes homo-érotiques que tu es gay ou que tu vas le devenir. Parmi tous les amis gars hétéros que j’ai ou que j’ai eus, tous m’ont dit s’être déjà posé la question et en sont venus à la conclusion qu’ils ne ressentaient aucune attirance sexuelle ou amoureuse envers les gars.

Il semble clair pour toi que les filles t’attirent, mais que les garçons non. Il faut maintenant que tu te demandes qu’est-ce que tu ressens au niveau affectif et amoureux pour un homme. Si la réponse s’avère simplement que tu ne t’imagines pas aller plus loin qu’une bonne amitié, alors je crois que tu pourrais affirmer que tu es hétérosexuel sans aucun problème.

Selon les études que j’ai lues, la dépression et le suicide sont beaucoup plus élevés chez les jeunes LGBTQ+ que chez les hétéros. Dans ton cas, tu me dis ne plus avoir goût à la vie et être déprimé, non pas parce que tu es gay, mais parce que tu te demandes si tu l’es et que tu te dis que tu vas sûrement le devenir tôt ou tard. Dis-toi bien qu’il est tout à fait normal, et même sain, de se poser la question. Il est aussi normal de prendre le temps d’y réfléchir. Il ne faut cependant pas que cette question prenne des proportions au point de ne plus avoir goût pour quoi que ce soit.

Je me permettrai de te répéter que tu n’es pas gay parce que tu te poses la question ou parce que tu fais des tentatives pour fantasmer sur des gars (ce qui ne fonctionne pas de toute façon).
Pour ce qui est de moi, je ne savais pas au départ que je ressentais plus que de l’amitié pour les hommes, cependant les fantasmes homo-érotiques étaient là depuis déjà très longtemps. J’ai dû me poser la question et j’en suis finalement arrivé à la bonne réponse pour moi. Ne te laisse pas déprimer par cette question, surtout si tu n’as aucune raison concrète (fantasme ou désir amoureux) de penser que tu es gay.
Je crois bien sincèrement que d’en parler à quelqu’un de vive voix serait également un excellent moyen pour t’aider à mieux te comprendre. C’est excellent que tu ais eu la force d’écrire à AlterHéros et j’espère de tout cœur que j’aurai pu t’aider un peu.

 

Si tu as encore des questions ou des commentaires, n’hésite pas.

Bonne chance

Joseph

Similaire