#femme trans
#genre
#identité
#inconvénient
#opération
#organe
#peau
#pénis
#phalloplastie
15 July 2008

Une femme peut-elle se faire poser un pénis ?

bonjour.
Cela fait longtemps que je me demande si une femme peut subir une intervention chirurgicale pour se faire installer un pénis. Vous allez me répondre que je suis trop jeune encore pour etre sûre de tout cela mais le but de ma question est juste de me renseigner…
désolée si la question a déjà été posée, ca m’a peut etre échappé….
Marie-Charlotte

*Mise à jour en juin 2020*

Élyse Vander

Bonjour Marie-Charlotte,

Merci de vous adresser à nous.

L’intervention chirurgicale à laquelle vous faites référence existe bel et bien et se nomme phalloplastie. Elle consiste à prendre de la peau sur le bras ou le côté du torse afin d’en faire un tube qui constituera le nouveau pénis. Il faut toutefois savoir que cette opération comporte des inconvénients. Elle laisse des cicatrices très visibles à l’endroit où la peau a été prélevée. Il y a aussi un risque de perdre une bonne partie de ses sensations érogènes. Finalement, ce pénis est incapable d’être en érection et nécessite l’ajout d’une petite pompe interne pour y arriver. Malgré tout, pour plusieurs la satisfaction de pouvoir avoir une image corporelle correspondant à leur identité vaut bien plus que tous les risques et inconvénients que cela comporte.

Il faut toutefois que vous sachiez que cette intervention chirurgicale n’est accessible qu’aux hommes trans. C’est donc dire que les personnes qui subissent cette opération doivent auparavant démontrer qu’ils ont une une identité de genre masculine, généralement en ayant une évaluation des psychologues, psychiatres ou sexologues.

Voici davantage d’information retrouvée sur le site du GRS Montréal:
“Le patient doit s’assurer de remplir plusieurs conditions avant d’accéder à une phalloplastie. GrS Montréal suit les recommandations émises par la WPATH.

Au moins six mois au préalable, le patient doit recevoir une hystérectomie. S’il fume la cigarette, le patient doit arrêter complètement au moins six mois avant l’opération, puisque la nicotine nuit à la cicatrisation. Il doit aussi s’assurer d’épiler complètement et de façon permanente (par exemple au laser) la région où la peau sera prélevée sur le bras De façon générale, les patients qui prennent soin de leur santé récupèrent mieux de ces interventions majeures.”

Le lien entre l’identité de genre et le désir d’avoir tels ou tels organes génitaux n’est pas facile à établir. De même, il y a plusieurs personnes qui désirent faire une transition sans avoir recours à des chirurgies d’affirmation de genre. Enfin, peut-être que la recherche dans le domaine fera éventuellement évoluer les critères d’admission à la chirurgie vers des standards moins restrictifs pour l’ensemble des personnes qui souhaitent avoir de telles chirurgies.

Merci de votre confiance en AlterHéros!
Élyse

Similaire