Category: Dépression


Pourquoi ai-je l’impression de ressentir moins d’attirances envers les filles?

Bonjour, je suis un homme de 23 ans et je me pose énormément de question sur mon orientation sexuelle en ce moment j’aimerai savoir si vous pouvez m’éclairer. Alors voilà j’ai toujours su que j’étais bi mais je n’ai jamais été attiré sentimentalement par les hommes. Ce que j’aime sentimentalement c’est les femmes. Sexuellement les femmes me plaisent plus aussi, disons qu’un homme pouvait m’exciter une fois sur 100. Cependant depuis quelques mois je suis en dépression et lorsque je me masturbe les femmes ne m’excitent plus. En revanche j’ai rencontré une femme il y’a quelques semaines et quand je l’ai j’étais naturellement excité. Je me demande donc pourquoi ce rejet des femmes. Victor


J’ai toujours eu peur des mots lesbienne et homosexuel(le) alors ...

Bonjour, Je suis perdue quant à mon orientation sexuelle. J’ai été amoureuse de garçons à plusieurs reprises, vraiment amoureuse. J’ai ensuite eu une amie lorsque j’avais 12 ans avec laquelle je m’étais beaucoup rapprochée « « émotionnellement » et m’étais dit que c’était bizarre sans qu’elle m’attire physiquement pour autant. Je me suis par la suite posé la question lorsque j’avais 13/14 ans de savoir si j’étais attirée par les filles. Je ne saurais dire d’où venait ce questionnement (sachant que je n’avais jamais été attirée par une fille de mon entourage) toujours est-il qu’il m’a effrayée. J’y ai réfléchi « 5 minutes » et en suis arrivée à la conclusion qu’ayant déjà été amoureuse de garçons je ne pouvais pas être lesbienne et que je n’aimais donc pas les filles. Ouf, me voilà rassurée. Après cet « épisode » je ne me suis plus posée ce genre de questions mais ai toutefois éprouvé des formes d’admiration difficile à décrire et parfois très forte envers certaines femmes (que je ne connaissais pas directement). Ce n’est qu’en deuxième année de fac que la question s’est reposée. J’ai rencontré une fille à la fac à qui j’ai eu l’impression de plaire. Cela m’a fait me poser des questions que je ne m’étais en fait jamais posées: est-ce que je pourrais être avec une fille? Des fois je pensais que non et l’envisageait avec du dégoût et des fois je pensais que oui. Je précise que j’ai toujours été très ouverte d’esprit à ce sujet et ai toujours soutenu la communauté LGBTQ+. L’été qui a suivi, une amie à moi m’a confié être bisexuelle et avoir une copine. J’étais surprise et un peu « excitée » (pas au sens sexuel du terme). La nuit qui a suivi j’ai rêvé d’elle, on s’embrassait et peut être plus (mon cerveau a totalement effacé la suite du rêve qui je crois était quand même plutôt érotique). A la rentrée suivante j’ai rencontré une fille qui est vite devenue l’une de mes meilleures amies. J’ai rapidement eu l’impression de lui plaire à elle aussi et de manière bien plus prononcée que la fille de l’année d’avant. Quand j’ai compris, j’ai eu peur. Puis je me suis dit que ce n’était rien, que ça resterait mon amie, que je n’aimerais pas qu’on me « rejette » pour ça. Et puis j’ai commencé à moi développer des sentiments pour elle et ai remarqué que je ressentais la même chose que quand j’avais été amoureuse de garçons. J’ai eu encore plus peur et n’ai cessé de me dire que j’étais folle, tout en essayant de me convaincre que je ne ressentais rien pour elle. Ça ne pouvait pas m’arriver à moi. J’essayais de nous imaginer en train de nous embrasser et éprouvait une sensation de dégoût. J’étais en alors « rassurée ». Depuis lors je souffre de troubles du sommeil, j’ai de gros problèmes de concentration, j’ai perdu beaucoup de poids (10 kilos, je ne sais pas si c’est lié) et ai des nausées/ vomissements totalement injustifiés. Cette « histoire » est clairement compliquée en soi car elle m’a dit beaucoup de choses qui laissent clairement sous entendre qu’elle est attirée par les filles et en l’occurrence par moi mais ne s’est jamais vraiment dévoilée, ce que moi j’ai fini par faire. Ça c’est malheureusement très mal passé, et son attitude m’a clairement déroutée. Je pense qu’elle est dans le déni. Quoi qu’il en soit, depuis le début de cette « histoire » je doutais donc à tous les niveaux (orientation sexuelle, études, avenir etc) et les récents événements ont exacerbés mes émotions. Je ne sais plus qui je suis. Je me sens vide ou encore comme si mon être était totalement désordonné. Je ne sais plus ce que je veux. Je ne peux penser à autre chose qu’à tout ça. J’ai parfois peur de moi même. J’ai mis des mois à oser tenter de m’admettre que j’étais bisexuelle. J’ai toujours eu peur des mots lesbienne, homosexuel/le etc alors que j’ai toujours soutenu la cause ce qui est totalement paradoxal. Une des choses m’ayant peut être fait avancer c’est de voir une série totalement par hasard qui montrait une relation lesbienne très simple, très belle, très sincère et qui m’a beaucoup plue et a aucun moment provoqué du dégoût ou je ne sais quoi. Je m’identifiais aux personnages. Je reste malgré tout dans un état presque dépressif et ne sais que faire pour aller mieux.


Je vis de l’intimidation et de la violence. Comment m’en ...

Bonjour, Je m'appelle (Anonyme), (je suis adolescente) et cela fait plusieurs fois que je m'adresse à alterhéros car vous m'avez énormément aider sur plusieurs sujets, et je vous en remercie. Mais cette fois, c'est très important. Cela fait bien longtemps que je suis en dépression. (...) L'histoire de ma pitoyable vie, ou plutôt existence est longue. C'est pour cela que je vais essayer d'en faire un résumé en relevant le plus important. Alors, tout ça à commencer (il y a quelques années). Oui j'étais jeune. J'ai dû faire face au problème classique sur lequel personne ne veux tomber: l'harcèlement. (...)  Je l'ai vraiment très très mal vécue. J'avais peur de sortir de chez moi car je ne voulais pas tomber sur ceux que me faisait du mal (malheureusement on habitais le même cartier). (...) Au commissariat de police (...) devant eux je n'arrivais pas à parler, et ils me mettaient la pression. J'étais au bord des larmes. Mais au bout de 2 heures, ils avaient abandonnés et je n'avais rien dit. Plusieurs mois après j'ai déménagé. (...) Je faisait de cauchemars et avais des flashback de ma période d'harcèlement. Mon passé me bouffait et jma mère m'avez rendue très mal et mon manque de confiance en moi était au plus haut. Alors j'ai commencé à me mutiler. Je pleurait tout les soirs sans exception car j'étais dégoûtée par mon apparence, par ma vie, par mon passé, par mon existence. (...) Le fait de respirer est invivable. Je veux juste dormir pour toujours et ne jamais ma réveiller. (...) (Plusieurs personnes à l'école) m'ont dit que j'allais mal, qu'elles ne m'avait jamais vue sourire depuis le début de l'année. Alors je me suis rendue compte d'a quelle point je vais mal. D'a quelle point je ne tient pas a ma vie et a moi-même. Je veux que ma mère me laisse tranquille. Je veux qu'on me laisse. Mes amies m'ont dit que je devrais demander à ce que ma mère ne sois plus ma tutrice légale, car je vais très mal en partie à cause d'elle et ses mots qui font mal. Ma propre mère me dénigre moralement, mentalement. Elle me frappe aussi, mais (une autre personne de ma famille) est toujours là pour la retenir et me défendre. Mais je sais qu'un jour (elle) ne sera pas là, et elle me tuera. Car elle m'a dit "Tu essaye encore une fois de te défendre, de lever la main sur moi, je te tue" Je vous en supplie aider moi. (Anonyme) *Certains éléments ont été retirés du texte pour préserver l'anonymat des personnes*



Mon ami est devenu gay pendant un été, je me ...

Bonjour Je m'appelle Alban, je suis en questionnement sur mon orientation sexuelle , j'ai 14 ans je vis en France et je vais bientôt rentrer en seconde. Je me pose des questions sur mon orientation sexuelle depuis un certain moment cette question m'avait déjà traverser l'esprit mais je m'étais dit que je étais hétéro car j' étais amoureux d une fille. Puis pendant un séjour avec ma famille je me suis posé cette fameuse question" est-ce que je suis gay" je ne sais plus pourquoi cette question est revenue dans mon esprit, je me suis dit que c est parce que mon ancien meilleur ami est devenu gay pendant un été . Cette question est revenu a la charge comme ça je me suis donc mis a regarder tous le garçons qui passaient mais bizarrement je ne voyais plus aucune fille capable de me plaire ( l'endroit où je passais mon séjour en famille était un trou paumé au millieu de la Bretagne). Pendant tous le séjour cette question m'a torturé j'ai donc décidé d'aller voir du porno gay et je n'ai pas réussi a bander et donc je me suis dis que je étais pas gay puis cette question est revenu j'ai donc passer le pire séjour de ma vie. J'ai essayé de voir les indice que mon enfance aurait laissé je me souviens que un jour j'ai embrassé un de mes ami par erreur sur le coup sa m'avais fait rire mais rien de plus puis je me suis souvenu que j avais embrasser une de mes anciennes amis et que j'avais éprouvé du plaisir a l'embrasser et aussi un jour en 3ème un ami m'a demander si je étais gay parce que je resemblais au garçon pas du tout attiré par les fille alors que j'ai toujours eux envie d avoir une petite amie sauf je ne savais pas comment faire et puis dans mon collège le fille sont un peu bizarre mais il y en avait une dont j étais amoureux mais tout mes amis la traitaient de pu** parce qu elle était sorti avec beaucoup de garçon mais j étais amoureux d elle quand même j'ai même eux des fantasmes avec elle. Un jour avec des amis on avaient fait des action ou vérité et je l'ai embrassé plusieurs fois et j'ai adoré mais si c étais sans la langue pendant les vacances d été la question de me demander si je suis gay a commencé a prendre beaucoup de place j'ai regardé plusieurs fois du porno gay sans réussir a bander sauf une fois où une image ma rapeller du porno hétéro. En quête de questionnement je suis aller faire des test qui me ont dit que j étais hétéro mais je ne les ai pas cru j'ai fais un teste qui était bien et qui m'a permis d apaiser mes doute pendant un moment ce test est l'échelle de Kinsey je ne sais pas si fiable. Je suis aller voir des témoignages de jeunes ados qui ont découvert leur homosexualité ou qui étais en questionnement, tous les témoignages de personnes que j'ai lu dise la même choses "et là ça a été le déclic " et il y avait des gens qui se disait hétéro avant de devenir Homo et d autre qui l'ont toujours su puis je me suis persuadé que je étais gay mais quelque au fond de moi me disais que je ne l'étais pas puis je me suis dit que j'etais hétéro et là quelque m'a dit que je ne l'étais pas j' ai donc envisagé la bisexualité mais là non plus sa ne plaisait cette question me torturait tous le temps je même penser au suiside mais j ai renoncé , ma mère a remarqué que je me sentais vraiment pas bien on est allé chez mon pédiatre qui est un ami de la famille, je lui est expliqué que je ressentais plus un aussi grande attirance pour les fille et il m'a dit que c était peut être une chute de libido et après quelques recherches j ai remarque que la baisse de libido pouvais être lié a la grande consommation de porno et j' ai lu dans cette article sur la baisse de libido que des gens préfèrent se masturber que d avoir une véritable relation sexuelle . Comme je suis un grand consommateur de porno je me suis dit que au bout d un moment mon cerveau avait remplacé l'idée d'avoir une relation sexuelle avec une fille a été remplacé par le porno. J'ai tout remis en question pour moi dans le futur j avais envie d avoir une femme et des enfants tout ça quoi ! J'ai essayé de m imaginé avec un homme dans une relation a long terme et je n'arrive pas a imaginer ça . Je n'arrive pas a savoir pourquoi je regarde les autre garçons sans le vouloir et j'ai trouvé une explication je ne suis pas attiré par les autre garçon mais je suis jaloux des garçons qui sont beaux, qui attire les fille et qui sont musclé je ne me suis jamais senti a l'aise dans mon corps et d un côté je me suis dit que c'est peut être de l attirance pour les garçons et je ne sais même plus c est quoi le concept d attirance pour une personne . Et donc je vous demande de m'aider merci de votre aide et de votre compréhension je sais que ce que j'ai écrit est peut être génant mais aidé svp et désolé pour les fautes d'orthographe. Alban


Qu’est-ce qui me prouve que je suis hétéro? La panique ...

Bonsoir, Alors voila cela fait bientôt 4 ans que mon esprit s’emmêle et que plusieurs question me rendent la vie malheureuse. Tout à commencé avec une vidéo youtube ou le youtubeur expliquait qu’à n’importe quel âge on pouvait se découvrir homo ce qui m’a fait très peur et une grosse remise en question c’est faite.J’ai alors pour la première fois douté de mois même je me disait que « Au fond qu’es ce qui prouve que je suis hetero mise a part mes ex? » bref ma vie continue dans le doute jusqu’à que je rencontre une de mes ex maintenant, la relation ce passe bien au début jetais amoureux mais au bout de 2 mois totalement détachée malgré un désir sexuel croissant, et c’est tout la mon problème j’ai un désir sexuel et pouvant être amoureux pour une femme mais les doutes sont toujours présents de plus il m’est arrivé en plusieurs mois d’avoir des rêves gay et hetero ce qui m’embrouillais encore plus l’esprit. La panique prend peu à peu le dessus et je ne sais plus quoi faire. L’angoisse m’empêche de vivre correctement et la boule au ventre est devenue quotidien. Des fois pendant plusieurs mois je me sens hétérosexuel puis d’un coup dés que mon moral baisse des doutes re-surgissent et l’angoisse revient. Nb: il m’est arrivé quelque expérience sexuel avec des femmes et j’ai jamais eu de problèmes d’érection ou quoi ce soit qui aurait pu montrerait clairement une homosexualités. Merci de votre aide.


Depuis quelques temps, j’ai des doutes sur mon orientation sexuelle ...

Bonjour, depuis quelques temps j’ai des doutes sur mon orientation sexuelle. Quand j'étais petite il m’ai arrivée d’aller voir des photos de femme nu mais sans arrière penser juste par curiosité. J’ai toujours aimer les garçons je suis tomber amoureuse d’un garçon, j’ai eu des crush mais jamais de petit copain et sa me fait peur. De plus j’ai une mauvaise image de l’amour. Je me suis mit en tête que ça ne servait à rien. Ensuite vers mes 13 ans j’ai découvert le porno et je me masturbais que sur des meuf qui se masturbait pour savoir comment faire. Tout ceci plus le fait que je n’ai jamais eu de petit copain me pousse à m’interroger. Cependant je n’ai jamais rien ressentir pour les filles. Mais quand je suis dans le tram je me sens obliger de les regarder pour inconsciemment me comparer à elle. Quand je sors dans la rue j’ai peur car j’ai peur de découvrir que je ressens peut être de l’attirance pour une meuf. Ces pensées m’arrive que quand je suis seule car quand je suis avec mes potes je ne pense même pas à ça je fais ma vie tranquille et je mates des garçons normal. Bref j’espere que vous aller pouvoir m’aider à y voir plus clair car tout ceci me rends malade. Merci Emmanuelle



L’état de mon frère ne s’améliore pas. Est-ce que des ...

Bonjour, Je vous ai déjà écrit un petit peu à propos de ma situation familiale (mon petit frère est un ado trans, il a passé par plusieurs étapes difficiles, ma demi-soeur a fait un coming out de lesbienne et ca a mal été reçu dans la famille, donc c'était compliqué). Je vous écris à nouveau aujourd'hui parce que je me sens très inquiet. Est-ce que vous pensez que c'est possible que des émotions négatives rendent quelqu'un physiquement malade? La rentrée est arrivée et je pense que ca va trop vite et que c'est trop en même temps pour mon frère. Il est passé de tendu à complètement mal physiquement. Il est tout faible et blême, nauséeux, fiévreux. Ca pourrait être un hasard? Plus la rentrée approchait et plus il était anxieux et malade. Je ne sais pas quoi faire parce qu'il ne sait pas quoi faire. Il n'a pas l'air prêt d'être out à l'école et dans la famille mais en même temps il souffre beaucoup quand il est traité au féminin. Je me sens mal aussi parce qu'avec l'uni qui commence, je vais moins avoir de temps pour être avec lui ou pour être à la maison. Son nouveau meilleur ami n'est pas à la même école. Personne ne sait à son école. Il aura un prof que j'avais eu et je sais qu'il est vraiment bien comme humain, il pourrait sûrement être appui si mon frère lui parle. Mais pour le moment parler ce n'est pas possible. S. a essayé de parler de son identité avec d'autres amis qui vont à la même école que lui, mais toutes les fois, c'était trop tôt et c'est comme si son corps le bloquait. Tout d'un coup il était affolé et respirait en scillant, il avait l'air de manquer d'air et d'être dans un autre univers tout à coup. C'était vraiment terrible de le voir comme ça. Ça lui a refait à chaque fois qu'il a voulu en parler. Il a l'air épuisé et ça fait aussi qu'il s'isole plus parce qu'il arrive pas à parler à ses amis et qu'il est mal quand ses amis le traitent en fille. On a l'air d'arriver à une impasse. Je sais que j'exagère, mais j'ai limite peur qu'il meurt de panique et de stress, ou en tout cas qu'il devienne physiquement très malade pour très longtemps. Je ne sais pas quoi faire. Émile


Je me demande si je suis devenue asexuelle avec le ...

Bonjour, je m'appelle Andréa et j'ai 19 ans. Voilà mon problème, je me demande si je suis devenu asexuelle avec le temps. Je vous explique du début; Alors, depuis la maternelle, j'ai toujours eu des béguins pour des garçons, à presque chaque année scolaire un garçon différent venais hantais mes pensées 24 heures sur 24. J'étais une vraie ''BOY CRAZY'' comme on le dit en anglais, à chaque film que je regardais, je tombais amoureuse du gars, etc. Vers l'age de 13 - 14 ans, j'ai souffert d'une grosse dépression qui a durée prêt d'un an et depuis ce temps là, je suis incapable de tombée amoureuse, alors je me suis juste concentrée sur autre chose de la vie, mes études (je me noyais et me noie encore dans mes études), je me concentrais sur jouer des sports, mon travail à temps partiel que j'avais pendant mon secondaire et etc. Mais là me voilà à 19 ans, à l'université, je suis incapable de tomber amoureuse et depuis quelque temps, ce questionnement me tracasse énormément, tellement que j'en suis un peu dépressive, j'ai moins le goût de vivre, j'ai toujours cette boule de tristesse dans la gorge, etc. Il y a l'exception d'un gars l'an passé, lorsque j'avais 18 ans, je n'étais pas follement amoureuse, mais c'étais le début; j'avais des papillons dans ventre avant d'aller à l'école parce que je savais que j'allais le voire, mon coeur battais vite quand je le voyais, on a même commencé à se texter, puis moi la conne, je croyais qui se passais quelque chose, mais finalement je me suis fait des idées, il avait déjà une blonde. Cela m'a pris du temps avant de ne plus être déçu, en fait je ne sais pas pourquoi j'étais si déçu, je n'étais pas si amoureuse de lui que ça. Bref, j'ai 19 ans et depuis un mois, je me questionne même sur mon orientation sexuelle, je me demande si je suis devenu lesbienne, que je suis lesbienne et je m'en rend juste pas compte que je suis lesbienne, je me remet en question, je me demande si j'ai déjà eu des attirances envers mes meilleures amies sans m'en rendre compte, ce questionnement me perturbe pas mal et je déteste ça. Comme je me questionne tellement qu'à chaque fois que je vois une belle fille, j'analyse ce que je ressens, ça m'épuise beaucoup. Je ne suis pas homophobe, je n'est rien contre les homosexuelles, je suis contente qu'ils peuvent vivre et s'exprimer et se marier avec la personne qu'ils aiment sans être jugé. Un de mes meilleurs ami est homosexuel et je l'apprécie beaucoup, je dirais que c'est l'une des personne avec qui je me sens le moins jugé, avec qui je peux plus être moi-même. Bref, même si je ne suis pas homophobe, je ne veux pas être lesbienne, car depuis que je suis toute petite, je rêve de qui serait mon prince charmant, comment serait ma vie adulte avec cet homme spécial et je me souviens, même si ça fait longtemps, comment que c'est beau d'être amoureuse d'un garçon, comment je me sentais invincible, comment je me sentais si heureuse, pleine d'espoir, les rêveries, les poèmes et les lettres d'amours écrite le garçon. Oui je suis quelqu'un qui se compare beaucoup aux autres filles et parfois je préférerais être une autre fille plus jolie, moins stressée et souvent je vois des filles plus jolies, plus toute que moi et je deviens comme intimidé, gêné tellement que je ne suis pas capable de leur parler, est-ce normale? Est-ce de l'attirance? Pour ajouter, je n'est jamais était en relation avec qui que ce soit, je suis quelqu'un de très gênée et introverti, je ne sors pas beaucoup, j'ai de très bons amis qui ont pas mal les même valeurs que moi. J'ai une très bonne relation avec mes parents. Je suis quelqu'un de très sérieuse et qui prend ses études très à coeur, qui a d'énormes attentes envers elle-même. Je suis une femme qui a de grands plans de carrière, qui a toujours 10 milles projets à venir et qui d'habitudes adores la vie (QUAND ELLE N'EST PAS DÉPRESSIVE BIEN SÛR). Pour conclure, oui je suis capable de trouver un gars beau et quand je croise un beau gars au magasin ou à l'université par exemple, je me sens rougir, gênée et pognée mais rien de plus. Je ne suis plus capable d'être amoureuse. Avec tous cela, voici mes questions; suis-je asexuelle? Suis-je hétérosexuelle? Suis-je lesbienne? Vais-je un jour retomber amoureuse même si ça fais longtemps? Et la plus ridicule des questions; est-ce normale qu'a partir de l'âge de 13 ans j'ai arrêter d'avoir des béguins pour des acteurs?Est-ce normale que durant mon secondaire (14 à 18 ans) d'avoir trouver les gars cons et pas évolué? Est-ce normale que le physique d'un homme n'est pas la première chose qui va m'attirer de lui? Est-ce normale que je n'est pas envie de voir le pénis de tout les gars sur la planète terre (désolé du terme) comme la plus part des filles? Est-ce normale de ne pas se masturber? Ai-je un problème? Puis-je dormir tranquille et arrêter de m'inquiéter? Andréa


Comment ça marche, une rencontre avec un intervenant à la ...

Bonjour, c'est vraiment gentil que vous m'ayé réécrit vite merci beaucoup. je sais que mes amis m'aiment mais je me sens qd même vrm cheap. J'ai vraiment vraiment pas été correcte du tout avec eux. Avec plein de personnes en fait je dois un million d'excuse à presque tout le monde et pas juste mes amis. Par rapport à consulter - j'y pense mais on dirait que je me sens encore bloqué de panique. En plus, je ne sais pas ce que j'irais dire ou demander ou parler de quoi. Ca serait wierd de juste aller perdre le temps de quelqu'un en faisant le silence pendant 30 min... Comment ca marche une rencontre avec l'intervenant de la clinique? Merci sincèrement



Se questionner, c’est stressant ! Après un printemps mouvementé, je ...

Bonjour, je ne suis pas sur par quel endroit commencer.... j'ai des amis qui vont ont écrits et ils disaient que vous avez des bonnes idées. C'est dure depuis longtemps. Plusieurs mois. Pendant un bout j'etais pas vrm sur de comment marche mon "orientation" mais j'essayais de me dire que bcp d'ados se posent des questions et que plein de monde se double check en secret. Des fois ca arrivait que je remarquais plus des gars mias je me disais que c'est pcq je voulais etre comme eux. Mais pendant le congé du printemps il y a un gars qui est devenu important ++ et ca m'embrouillait la tête. je pensais toujours a lui et a peut etre dans un autre univers comment ca serait etre avec. Apres en meme temps que jetais mélangé du monde à l'école ont commencé à dire que je faisais des choses gaies et j'ai eu un break down. Tout a été flou. et apres le printemps a été flou. Je me suis fâché avec plein de monde, j'ai fait des choses connes et méchantes, j'étais toujours fâché près à exploser. Je me sens cheap. J'ai cherché le trouble, j'ai éloigné mes proches et je passais du temps avec du monde plus poche quant fait j'ai rien en commun avec. J'ai été chanceux et 2 de mes amis c'est comme des frères et ils m'ont jamais envoyé ch*** même si j'étais vrm plate. et là j'ai parlé un peu trois fois avec eux et je suis moins fâché mais tjrs comme vidé et triste. C'est comme si j'étouffe et j'arrive pas vrm a en parler de ce qui se passe. j'arrivais même pas à cocher aux complets votre questionnaire sans que la panique monte. Et c'est con pcq mes meilleurs amis sont prêts à me backer et l'ont montré de plein de façon. Et on dirait que je me retrouve devant rien. j'ai envie de rien et je me sens mal d'etre un boulet pour les gens proches... je vois que je peux pas continuer a essayer detre avec des filles pour etre comme les autres mais j'angoisse d'etre avec ungars aussi et en même temps j'ai l'impression que j'ai raté ma chance avec le gars de la semaine de relâche pis je suis comme en peine d'amour avant qu'il y a eu de l'amour pis j'hais ca pcq c'est ma faute d'avoir été trop chicken pour tenter mon coup. je sais que ca devrait etre correct pis si cetait quelqu'un d'autre que moi je trouverais ca ok que mon ami soit pas vraiment straight. Mais pour moi même je n'arrive comme pas à le prendre. Je suis juste fatigué tout le temps, je voudrais pouvoir vivre sans que personne remarque rien ou pose des questions mais c'est pas possible. mes amis m'ont parlé de demander au prof d'édu d'inviter le g-r-i-s à l'automne mais j'ai peur que ca attire l'attention sur moi si les autres portent plus attention aux orientations différentes. Des fois j'aurais envie de fast forward et me retrouver à quelque part ou c'est pas grave qui peut m'attirer. Là je suis comme devant le vide. je me sens comme pu ou trop ou les deux en même temps. y a des choses que j'aimais, mais là je les trouve pas intéressantes ces temps ci. ou je suis juste tt le temps claqué et mal. Je dors mal, mais je suis longtemps couché. Je me sens mal aussi pcq mes amis essayent qu'on parle et ils sont patients et avec des bonnes intentions, mais je sais pas quoi leur dire. Ou ils viennent chiller pour pas que je sois tjrs tt seul mais je vois qu'ils savent pas trop comment agir et je veux pas leur peser lourd. Ils ont proposé qu'on aille ensemble dans des rencontres de monde pas 100% straight, qu'on monte en ville le mois prochain pour être à Montréal pendant le festival gay, un des deux a même offert de faire croire qu'il se questionne sur être bi pour take le heat si jamais on croise du monde qu'on connait ou qui se moquent de moi. Ils ont proposé qu'on cherche un psy pour ado en équipe. Pis ca me touche droit au coeur qu'ils soient prçets à faire ça mais j'arrive pas à me faire à l'idée d'en parler à voix haute. je me sens cheap aussi, je pense pas que je les mérite. J'ai été con et méchant avec et cette année je suis pas là pour eux. C'est tjrs eux qui sont pour moi. Je ne sais pas quoi faire pour que ca soit moins pire. Je panique. Combien de temps vous pensez que ca va prendre pour que je me sente mieux? Comment je peux moins m'en faire avec qui m'attire et qui m'attire pas?