Est-ce que c’est possible que dans une relation établie entre un couple de filles une des deux “abuse” de l’autre même si ce n’est pas pénétratif?


Salut AlterHéros. Merci pour la réponse Chloé, Fanny et Marlène. Ca m’a fait du bien mais aussi après ça m’a envoyée dans des grosses réflexions et ça m’a donné beaucoup d’émotions… C’est vrai qu’il y a des choses que je voudrais qui soient différentes dans ma relation de couple. J’en ai parlé plus avec mes deux amis les plus proches. Je sais qu’ils sont biaisés d’une part parce qu’ils trouvent souvent ma copine capricieuse ou sévère, mais ils ne connaissent pas vraiment son parcours de l’intérieur. Mais je me demande s’ils ont raison des fois. Je pense de plus en plus que je suis jalouse de la blonde de mon meilleur ami. Pas parce que je l’aime lui (oui c’est vrai, mais en amitié). Parce que j’aurais envie que ma propre copine agisse plus comme lui des fois. Qu’elle ait l’air de m’aimer au complet même quand je me suis pas mis spécifiquement belle pour une occasion.. Qu’elle soit juste contente des fois qu’on ait de l’intimité, de comment mon corps est, de comment je m’investis dans notre relation même si je n’aime pas épiler mon pubis ou recevoir une pénétration. Mais quand j’ai essayé d’en parler ça a fait encore plus de problèmes et tout est devenu mélangé. Je me suis excusée de choses qu’en fait je ne me sens pas vraiment bien de m’être excusée pour. Je ne sais plus. Ce n’étaient pas soulageant les discussions, c’était pire et ça changeait dans plein d’autres directions. Je ne sais pas vraiment quoi faire je ne sais pas si ça se peut se réparer. Si c’est une mauvaise passe ou si ça annonce la suite de notre relation pour toujours… J’ai été vraiment triste dans la dernière semaine, on n’a pas arrêtée de se chicaner depuis que j’ai voulu parler de ce qui me rendait mal confortable par rapport à mon corps et nous. Mes deux amis poussent pour qu’on se quitte elle et moi mais je ne sais pas. On a vécu des choses belles ensemble et je ne sais pas si c’est exagéré de tout jeter d’un coup. Je vois que ça chamboule beaucoup ma copine tout ça et qu’elle ne souhaite pas réellement me blesser et qu’elle pense ses excuses mais ça m’embourbe la tête et me fait mal quand même. Je sais qu’elle a vécu des choses difficiles et notre que relation est très importante pour elle mais ca ne peut pas rester toujours comme ça… Et même si ne les pense pas vraiment elle dit des choses qui me font peur des fois, comme le mal qu’elle pourrait se faire ou ce qu’elle pourrait dévoiler d’intime sur moi… Comment faire pour que ça aille mieux? Est-ce que c’est possible que dans une relation établie entre un couple de filles une des deux “abuse” de l’autre même si ce n’est pas pénétratif? Qu’est-ce qu’il faut faire dans ce temps?
M-E
 
Salut M-Elai! Merci de nous écrire à nouveau, je suis contente que notre réponse t’ait fait du bien et t’accompagnerai avec plaisir dans tes nouvelles réflexions.
 
Je comprends que tu souhaiterais du changement dans ta relation. Tu constates qu’il arrive que ta copine ne t’aime pas au complet, qu’elle ne t’apprécie pas nécessairement pour ce que tu es. Elle ne semble pas satisfaite de l’intimité, de ton corps tel qu’il est et doute de ton implication dans la relation, même si elle te tient à coeur. Quand tu lui en parles, elle n’est pas réceptive et tu regrettes de t’excuser pour certaines choses dont tu ne crois pas nécessaire de t’excuser.
 
Je t’avoue être inquiète quand tu me dis qu’elle te fait peur en te menaçant de se faire mal ou de divulguer des informations intimes sur toi. Ses comportements, en général, me rappellent malheureusement la violence conjugale, plus précisément la violence psychologique. Quelques exemples de violences psychologiques: dévaloriser l’autre et le rabaisser, utilisation du chantage et de menaces (de se suicider, se faire mal), insulter, dénigrer et humilier. Je t’invite à lire les paragraphes concernant la violence verbale et psychologique du site suivant: http://alternativepourelles.com/violence/formes. Je t’envoie aussi le schéma du cycle de la violence conjugale, afin que tu voies si ce cycle semble se répéter dans ta relation.
 
La violence conjugale n’est pas nécessairement consciente. Même si ta copine ne souhaite pas te blesser comme tu me dis, les effets que ses paroles et agirs ont sur toi, sont bien réels et blessants.
 
Je conçois que de nommer les mots «violence conjugale» et «violence psychologique» peut être choquant et sembler exagéré. Il ne suffit pas d’agressions physiques graves pour parler de violence conjugale. Au contraire, la forme la plus courante est insidieuse, se traduit par des remarques désobligeantes, des insultes, par le contrôle.
 
Tu me demandes aussi si c’est possible qu’une fille abuse de l’autre, même sans pénétration. Je te réponds que oui, c’est très possible. Si ta copine te force, te met de la pression, te fait des choses auxquelles tu ne consens pas, il s’agit d’abus, d’agression sexuelle. Consentir c’est trois choses: un choix LIBRE, où tu peux accepter et refuser absolument tout, de la relation sexuelle en soi à chacun des actes, des paroles échangées pendant la relation sexuelle.  C’est un choix ÉCLAIRÉ, où tu sais à quoi tu consens, c’est-à-dire pas de mensonges, ou de demi-vérités. C’est un choix ENTHOUSIASTE, où tu consens avec plaisir, sans pression ou menace. Si tu ne sens pas être libre de faire ce qui te plait, et/ou éclairée par rapport à ce qui se passe dans les relations sexuelle, et/ou enthousiaste de la relation sexuelle, on peut parler effectivement d’abus ou agression sexuelle.
 
Tu te demandes quoi faire dans ce temps-là. Tout dépend d’où tu es rendue émotivement dans tout ça. Tu pourrais commencer par dresser une liste sur papier, en deux colonnes, des pours et des contres de ta relation. Cela pourrait t’aider à mettre de l’ordre dans ta tête. Dans ces colonnes, pense à toi avant tout. Essaie de ne pas énumérer ce que tes ami.e.s veulent, ni ce que ta copine veut. Réfléchis bien à ce que cette relation t’amène émotivement, dans ton quotidien, à long terme. Tu verras alors si les avantages pèsent plus que les désavantages, et vice-versa. N’hésite pas à la tenir à jour, à y ajouter des idées au fil du temps.
 
Il n’en demeure pas moins que ta copine a des comportements violents, qui ne doivent pas être ignorés, peu importe ta décision. Si tu en ressens le besoin, je te donne comme référence SOS Violence Conjugale. Tu peux contacter gratuitement et anonymement 24/7 par téléphone des intervenant.e.s qui sont spécialisé.e.s dans ce que tu vis et te donneront des conseils, t’accompagneront sans jugement. C’est une excellente ressource pour de l’aide ponctuelle. Voici leur numéro de téléphone : 1 800 363-9010
 
Est-ce que tu connais le projet L’Accès ? Il s’agit d’un espace non-commercial, dans la ville de Québec, dédié aux jeunes LGBTQ+ de 14 à 21 ans! Si jamais tu as envie de rencontrer d’autres jeunes appartenant à la communauté ou de rencontrer des intervenant.e.s LGBTQ+ à qui tu pourrais parler de ta situation particulière, voici le lien de leur site internet. Voici la description de leur projet : L’Accès, c’est un local où tu peux venir librement et où tu peux partager ce que tu vis. C’est un environnement ouvert, sain et sécuritaire. Souvent comparé à une maison de jeunes, l’Accès propose une programmation variée en lien avec la culture, le plein air, les arts, les sports ainsi que l’implication communautaire. 
 
J’espère t’avoir aidée à démêler quelques questionnements que tu avais. Si, au final, tu souhaites régler les choses avec ta copine, mais que la communication est difficile, je t’invite à nous détailler davantage ce qui n’a pas fonctionné (pourquoi n’étais-tu pas soulagée? Quelle direction les discussions prennent? Quelles excuses regrettes-tu d’avoir faites? Sur quoi portent les chicanes?) et nous allons réfléchir ensemble à comment tu pourrais mieux t’affirmer, comment lui passer le message que tu souhaites lui transmettre et te faire respecter.
 
Fanny, bénévole pour AlterHéros


About Fanny

Fanny est étudiante au Baccalauréat en Sexologie de l'Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle rêve d'égalité, d'une sexualité épanouie pour toutes et tous et de la gratuité du Nutella.

Leave a comment