Témoignage – Qui ne risque rien n’a rien


Bonjour Kevin, ce courriel peut te sembler étrange et tu dois être près de le considérer comme un pourriel. Libre à toi, cependant, il pourrait t’amener une nouvelle perspective dans la vie, ou à tout le moins, rendre cette journée un peu plus divertissante et anecdotique. Je vais commencer en te posant une question : comment se fait-il que je pense à toi?

Nous nous sommes jamais vraiment parlés, même si nous nous sommes croisés rapidement à quelques reprises à l’université. Un simple regard rapide ainsi que quelques paroles peuvent être un bon résumé de tous ce que nous avons partagé concrètement l’un et l’autre jusqu’à maintenant.

Je suis une personne plutôt rationnelle, posée et analytique et en ce sens, je sais pertinent bien que ce courriel est tout à fait déplacé et hors de l’ordinaire. Mais dans le vie, il vient des moments ou nous voulons foncer, prendre un peu plus de libertés, sortir des sentiers battus… bref, prendre un risque, jouée ses cartes et dévoiler son jeu quitte à perdre la partie… ou la gagner. C’est exactement ce que je suis en train de faire. Je te dévoile mon jeu. Et ce n’est pas facile.

Je vais commencer en te posant une question : comment se fait-il que je pense à toi? Pourquoi, lorsque je me couche ou je me lève, il m’arrive d’avoir ton image dans mon esprit? Et pourquoi je fais de l’insomnie lors de ces mêmes nuits? Pour être honnête, je crois connaître la réponse et elle m’effraie encore plus que les questions.

Il est amusant de constater comment parfois, dans la vie, des parfaits inconnus peuvent prendre une place aussi importante, quitte à devenir même une source d’énergie qui nous pousse à réfléchir et à devenir une meilleure personne. Ils font partie de nos rêves, de notre intimité, de nos espérances sans qu’ils le sachent eux-mêmes. Et bien, félicitation, tu es un de ces inconnus pour moi. Dès la première fois que je t’ai aperçu dans la rue, une sensation que voilà longtemps je n’avais pas ressenti s’est glissée en moi, parcourant tout mon corps à une vitesse folle. J’en ai perdu mes moyens et je l’avoue, je t’ai suivi inconsciemment, pris entre la curiosité et la fascination.

Dans ma petite vie si bien organisée et planifiée, tu es venu me rappeler que le cœur a aussi une place et un rôle à jouer. Pétrifié par mon esprit, il est revenu en force par ta simple présence. Et crois moi, chaque fois que tu passes près de moi, il me la fait sentir, ta présence! Et je n’ose à peine te regarder… peu habitué aux véritables émotions fortes, j’ai peur qu’il ne puisse soutenir ton regard sans succomber ou défaillir! Et lorsque j’ai la chance de te voir sourire, autant dire que je viens d’atteindre l’apothéose du bonheur!

Bien sûr, si ce courriel ce limitait à cela, ce serait plutôt agréable et flatteur, n’est-ce pas? Après tout, je ne suis qu’une simple personne sans mauvaises intentions qui a décidé de te communiquer ce qu’elle ressent plutôt que de tout garder pour elle-même et avoir des regrets. Mais la vie m’a offert un de ses cadeaux dont elle a le secret, que j’ai accepté (c’est pas comme si j’avais eu le choix!), et c’est ici que cela se complique pour toi…

Et bien voilà, tu remarqueras que j’ai bien pris la peine d’utiliser un texte neutre, sans genre. La raison est toute simple et je dois avouer que, pour une rare fois, elle me met mal à l’aise.

Je suis bel et bien un étudiant et non une étudiante.

Soyons méthodique et réaliste: il y a la majorité des chances que tu sois dégoûté par ce que tu viens de lire. Si c n’est pas le cas, parce que après tout l’hypothèse que tu sois ouvert n’est pas écartée, tu trouveras cela sans doute pathétique. Cependant, il se pourrait, même si les chances sont infiniment petites, que tu sois touché par ce courriel. Peut-être es-tu en train de froncer les sourcils, ou peut-être es-tu en train de sourire.

Dans tout les cas, tu sais maintenant qu’il y a un homme gai, un peu maladroit il faut l’avouer, qui a décidé de se dévoiler à toi, en oubliant les conséquences. Tu sais maintenant qu’un homme gai a perdu momentanément ses moyens pour toi.

Je ne t’oblige pas à répondre à ce courriel. Tu peux le garder pour toi, ou tu peux en rire avec tes amis, ou l’imprimer et en faire de l’origami, pourquoi pas… Je suis déjà heureux d’être arrivé à tout t’écrire cela. De mon côté, ne t’en fais pas, je ne suis pas un fou ni un obsédé… et le temps est un remède puissant qui saura m’aider. En effet, j’ai déjà lu que l’amour pouvait être comparé à un merveilleux poison qui s’attaque à notre esprit… et bien, à cela je rajouterais qu’il y a deux antidotes : l’être aimé ou le temps.

Je te souhaite une merveilleuse et heureuse vie et je te remercie d’avoir fait partie de la mienne et de mes rêves, bien qu’involontairement.

Alain


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.


Leave a comment

5 thoughts on “Témoignage – Qui ne risque rien n’a rien

  • Must

    bonjour Alain.
    ta lettre est émouvante.elle m’a rassurée mais j’ai eu du chagrin et j’ai pleuré. je ne sais si je suis en retard par rapport a la parrution de cette lettre toutefois je sallue ta petinenece mais il ne faut pas en vouloir a ton bien aimé quidoit avoir ses raisons. encore une fois bravo et je te souhaite des rencontre aussi inenses en sentiments.
    signé: Mus

  • Alain Crowe

    Bonjour à tous!
    Pour fins d’informations, je n’ai jamais reçu de réponse de sa part. Aussi, pour l’anecdote, j’ai appris par la suite qu’il avait une copine depuis plus d’un an! Étant déterminé de nature, j’ai réussi à passer au travers. Cependant, je dois avouer que j’ai encore un pincement au coeur à chaque fois que je le croise, comme quoi le temps fait son oeuvre mais n’efface pas toutes les cicactrices.
    En bref, j’ai risqué et j’ai perdu… Mais ce n’est que partie remise! Et à la prochaine, j’aurais mon As de coeur bien en main! 😉

  • Martin Wozniak

    Je trouve que c’est vraiment une très belle lettre. J’en ai écrit une aussi à un garçon que j’ai aimé, je la lui ai donnée, mais je fus attristé par sa réponse. Je suis intéressé de savoir comment ça s’est passé par la suite. J’espère de tout mon coeur que tout va pour le mieux de ton côté. Bon courage et encore bravo

  • kom

    Cest une tres belle lettre…mais cest pas du courage. C’est de la verite. Il se devoile, en toutes verites. Y’a pas de mal, a faire de declarations, dans le respect. Comme tu dis (auteur…), tu n’ais pas un fou…C’est juste le coeur qui parle. C’est tres bien :-)!

  • Florence

    Je voulais juste te dire que ta lettre et merveilleusement belle et tres bien structuree.Moi même je ne compte plus le nombre de lettres d’amour enflammees que j’ai ecrite,mais un seul point me differencie de toi (en fait 2:je suis une fille,lol),moi je n’ai jamais osé les envoyer.Je sais comme c’est dur de se dire que la personne a qui l’on consacre la majorité de ses pensees est sans doute entrain d’eclater de dire en lisant une lettre qui retrace tout ce que l’on recent pour elle au plus profond de nous même;aussi bravo pour ton courage.J’espere que sa reaction sera convenir a tes attentes.Encore bravo,et bonne chance.
    Flotte.