Que faire quand la masturbation occupe toute nos pensées ?


Bonjour “anonyme”,

Tout d’abord, oui, la masturbation est un moyen “normal” de se donner du plaisir sexuel. Là où ça peut devenir moins plaisant, c’est lorsque cela nuit à la réalisation de nos activités quotidiennes (études, travail, etc).

Dans certaines périodes de notre vie, on a énormément envie de se masturber, dans d’autres périodes beaucoup moins, dans d’autres pas du tout. Cela change d’une personne à l’autre, mais aussi avec l’âge : pour les hommes, l’adolescence est souvent (mais pas toujours) une période où le désir de se masturber sera plus fort que dans les autres périodes de la vie, car nos hormones (testostérone) sont très actives dans notre corps.

Par contre, comme la vie n’est pas qu’une partie de plaisir, il y a des bons moments pour se masturber, et des mauvais moments. Parfois, se retenir de se masturber pour un certain temps peut rendre la prochaine fois meilleure. Car l’essentiel est de maintenir un équilibre, et de ne pas laisser les tensions sexuelles prendre le contrôle sur toute notre vie. Mais, évidemment, parfois il est agréable de faire une pause durant nos temps d’études… ou d’attendre un certain temps (par exemple, se fixer des objectifs réalistes : se permettre une pause masturbation après deux heures d’études).

Certaines personnes se masturbent uniquement dans le but d’obtenir un organsme, et y vont très vite, alors que d’autres préfèrent maximiser le plaisir et prennent leur temps; il n’y a pas de mauvaises façons de se masturber. Mais, si tu te sens crispé, tu peux essayer d’amener des conditions favorables à la relaxation, comme prendre une position corporelle qui est confortable, les muscles détendus, et se donner le temps de relaxer et de se détendre avant de commencer…

N’hésite pas à nous réécrire pour d’autres questions !

François, pour AlterHéros.


About François Paquette

Impliqué au sein d’AlterHéros depuis 2004, François fait partie du conseil d’administration depuis 2005, à titre de vice-président puis de directeur de l’intervention. Il occupe ce poste de mai 2005 à mai 2007, puis de novembre 2007 à maintenant. Diplômé de l’UQAM en sexologie et de l’Université McGill en travail social, il a été employé dans de nombreuses organisations communautaires allosexuelles montréalaises, telles que la CJMLH et le REJAQ, en plus de travailler dans différents endroits du réseau de la santé.

Leave a comment