Tag: rupture


J’ai l’impression d’avoir un toc homo depuis ma rupture avec ...

bonjours, alors voila, depuis un moment j'ai l'impression d'avoir un tocHomo. je sors d'une longue relations avec une femme avec qui je n'ai pas eu de relation sexuelle (pour des raisons propres et que je comprenais et respectais.) depuis que je suis séparé d'elle j'ai recommencé a avoir des relation avec d'autres femmes, bcp de relations allant du simple bisous au sexe. et récemment j'ai couché avec une femme et je n'ai pas senti de vrai sensation un peu comme si j'étais ennuyer. et a ce moment là je me suis dit dans ma tête pour rire : "si tu prend pas de plaisir avec une femme c'est que t'es gay". sauf que depuis j'y pense tout le temps. je n'ai jamais ressenti de désir pour un homme ni rien qui puisse s'y apparenter. mais depuis que j'ai eu cette pensée elle m'obsède, quand je marche dans la rue je me demande si je trouve certains hommes beaux. et en parallèle, j'ai l'impression de ne plus avoir de désir pour les femmes (ni pour les hommes). j'ai essayer de me rassure en regardant du porno hétéro puis gay mais rien du tout. ayant longtemps consommé du porno (hétéro) j'ai l'impression de ne plus être excité par le porno. et lorsque j'ai regardé du porno gay, et bien j'ai rien ressenti d'autre qu'un frisson commun devant une scène sexuelle (peu importe de quel genre) et rien d'autre, mais depuis j'ai des imagine qui tournent en boucle dans ma tête et qui me gênent. j'ai l'impression de ne plus réussir a fantasmer sur les femmes. a certains moment j'en arrive presque a me regarder dans la glace et à me convaincre que je suis gay, en sachant que je ne le suis pas. et en même temps j'ai l'impression d'être "dégouter" des femmes. depuis que j'ai eu cette pensée je me met a regarder des hommes en me demandant si je ressens des choses, et là où avant je pouvais croiser un homme et le trouver beau, maintenant lorsque ça m'arrive je me demande si cela veut dire que je suis gay. et des fois lorsque je pense être gay je me rappel que bah je n'ai aucune attirance pour les hommes ! et je ne sais plus quoi faire. je ne sais pas si c'est une anxiété que j'ai, car je vis une année compliqué au niveau des amours avec la rupture avec mon ex de 3ans plus des études très compliquées avec un concours à la fin. ces pensées sont vraiment très éprouvantes. je sais que je suis hétéro, que j'ai toujours été attiré par les femmes, que j'en ai aimé certaines. mais depuis que j'ai eu cette pensée impossible d'éprouver un désirs pour elles ni pour quoi que ce soit d'autre même si j'arrive a me masturber sur du porno. je suis vraiment perdu car en sachant que je suis hétérosexuel comment j'arrive à me convaincre que je pourrais être gay, comment ça se fait que j'arrive a me regarder dans un miroir et me dire "mais ****** t'es gay" en être convaincu, puis 2 min après me rappeler que je ne peux pas l'être car je n'éprouve aucun désir pour les hommes que ce soit sexuellement, ou amoureusement. s'il vous plait répondez moi j'ai vrmt besoin d'aide. Moi


Je ne bande plus depuis que ma copine m’a quitté, ...

je viens de me faire quitter pour ma copine est depuis je ne bande plus alors qu'avant énormément puis les filles m'attire plus spécialement et j'ai peur d'être gay j'en est parler avec mon ex est elle m'as dis que c'était une mauvaise passe mais jsp je doute tout les jours. chaque jour je sens que je le suis pas mais après ça revient est ça me fait douter, mais je prend toujours plaisir a regarder des filles ou a regardé du porno hétéro. ça me fait énormément angoisser et je remets tout en question en plus je suis crevée jsp si ça joue. ça me gave de pensrr


Je ne sais pas si je souffre de toc homo ...

Bonjour, voilà moi je vous écrits car je suis actuellement en arrêt de travail pour dépression. Je ne sais pas si je souffre de tocs homo où pas. J'ai été pendant 10 ans avec une femme et tout se passait bien avec elle. Mais parfois, dans la rue où même avec des amis, je regardai leurs attributs. Je me forçais à ne pas regarder car je me disais que c'était mal. Mais après, ça ne m'excitait pas non plus. Je n'ai jamais regardé de porno gay ni rien, ça ne m'intéresse pas. Mais aujourd'hui, séparé depuis peu, toutes ses pensées intrusives m'handicapent, je ne fais rien de mes journées. Cela nuit à mes interactions sociales. J'ai envie de leur dire tout ce qu'il m'arrive mais je n'y arrive pas. Je suis obligé de me concentré pour que dans nos conversations je ne lâche pas un "je ne sais plus si je suis hétéro où pas". C'est une souffrance psychologique énorme voir invalidante aujourd'hui. Est-ce que je souffre du Toc Homo où suis-je simplement refoulé ? Ce que je voudrais dire aussi, et ça ça m'inquiète énormément aussi, c'est que ça fait 2 mois que je n'ai pas eu d'érections, pas de masturbation rien. Plus rien ne m'excite... Suis-je devenu asexuel ? C'est un peu Bagdad dans ma tête, je précise que j'ai des médicaments car ça m'angoisse terriblement. Je ne dors pas la nuit. Aidez moi svp. Merci. David



Je ressens vraiment le besoin de mettre un mot sur ...

Salut Alterhero ! Je vous écrit aujourd’hui pour être éclairée au niveau de mon orientation sexuelle. J’ai lu plusieurs de vos réponses sous différents post et je sais que vous n’allais pas me dire « tu es hétéro » ou « tu es lesbienne » mais j’ai besoin d’avoir un avis extérieur sur ce que je ressens actuellement. Au lycée j’ai eu une relation de 2 ans avec un garçon. Au début elle était géniale puis je suis devenue hyper dépendante affectueusement et je me suis totalement oubliée dans cette relation. Quand elle s’est finit j’ai fais une dépression et je ne voulais plus du tout entendre parler d’amour. Puis j’ai voulus parler avec pleins de garçons, mais je n’arrivais pas à m’attacher à un seul d’entre eux et la plus part habitais loin de chez moi. Mais il y en avait un qui faisait partie de ma bande de pote et j’ai eu des moment assez intime avec lui, cependant au moment fatidique j’avais un blocage, pourtant j’étais excitée mais il m’étais impossible d’aller plus loin. Et ça a duré plusieurs mois, où à chaque fois je pensais que cette fois j’y arriverai et puis non. (Je ne me suis jamais forcée et on en a toujours parlé ensemble lui et moi tout était ok par rapport à ça.) Puis pour d’autres raisons cette « relation » s’est terminée. Contrairement à ce que je pensais ça ne m’a pas du tout attristé. Mais le fait d’avoir eu ce blocage m’a emmené à me poser des questions sur moi et notamment mon orientation sexuelle. Depuis, je me suis rendue compte que je ne ressentais pas de l’attirance sexuelle pour les hommes, ou du moins ça me fait peur et je n’ai pas envie de flirter avec eux non plus. Mais ça c’est lorsque j’imagine les choses, parce que en réalité quand j’en croise un de beau dans la rue ou en boîte je peux avoir envie d’aller leur parler et de flirter avec sans aller plus loins. Et pour les filles c’est le contraire, dans mon imagination j’ai envie de leur parler et d’avoir des rapports avec mais quand j’en vois en vrai je n’ai pas envie de concrétiser la chose. Par exemple il y a cette fille qui est à la fac avec moi. On a des cours en commun dans des amphi et malgré le fait qu’ont soit une centaines je la remarque directement, elle à cette chose en plus qui m’attire mais je sais que je n’irai jamais lui parler. Déjà parce que je suis timide mais aussi j’ai tellement construit un personnage d’elle dans ma tête que j’ai peur d’être déçu ou qu’elle me rejette. (Je voudrais juste préciser qu’elle est bi donc je n’ai pas peur qu’elle soit hétéro c’est autre chose). Et comme je vous ai dit plus tôt après ma rupture je me sentais mal et depuis j’ai peur de ne plus rendre quelqu’un d’heureux ou de retrouver ma personnalité que je déteste. J’ai fais plusieurs tests en ligne concernant mon orientation et certains disait « hétéro » mais j’étais déçu quand je voyais ça, j’ai peur d’être une « hétéro curieuse ». Maintenant ils me disent plus bi ou lesbienne et je ne sais pas trop ce que j’en pense. De plus pour le moment je ne me vois pas trop en couple avec un garçon (j’ai l’impression qu’ils me font peur) et je me vois plus avec une femme par contre dans le futur je me vois plus avec un homme…. Donc je comprend pas, je sais aussi que ce n'est pas primordial de se donner une étiquette et que ça peut changer au cours de la vie mais je ressens vraiment le besoin d'en avoir une, de me sentir appartenir à une communauté et surtout arrêter tout ce questionnement. Désolé tout ça est encore très confus pour moi. Je ne me vois pas en parler à aucun de mes proches pour différentes raisons c’est pour ça que je me tourne vers vous. J’espère que certaines personnes se reconnaitrons dans mon témoignage et que votre réponse pourra en éclairer plus d’un parmis nous. Bonne journée, Lola.


Je suis bisexuelle et en couple avec un homme… mais ...

Cela fait plus d'un an que je suis en couple avec l'homme le plus formidable du monde, nous venons de nous unir civilement pour qu'il puisse avoir un visa dans mon pays. Mais j'ai récemment repris contact avec mon ex pour savoir comment elle allait depuis le covid, je n'ai pu la fréquenter qu'un mois à peine en réalité. Je suis bisexuelle mais C'était la première fois que j'avais des sentiments amoureux pour une femme, j'ai toujours été avec des hommes avant. Bref. Nous avons repris contact il y a peu et je n'arrive pas à me la sortir de la tete... Je n'arrête pas d'imaginer quelle serait ma vie si j'étais toujours avec elle, et ça me terrorise de me dire que je passe à côté de ce qui serait peut-être mon vrai moi, une moi qui se considère toujours bisexuelle, mais avec une grosse preference pour les femmes, et qui voudrait vivre avec une femme.. Et pourtant j'aime mon compagnon. Quand je suis avec lui j'ai les larmes qui me montent aux yeux car je m'imaginais faire ma vie avec lui, c'est la personne que j'ai le plus aimé, et ilnest très très amoureux de moi, je meurs à l'idée de lui briser le cœur. Je ne sais pas quoi faire. De plus il a quitté le Canada pour me suivre, il vit avec moi et ma famille en attendant que nous trouvions du travail, je me sens juste horrible. Je ne peux pas mettre fin à notre relation, il serait à la rue donc serait obligé de rester chez moi ou devrait revenir à Montréal le coeur brisé... Moi je n'ai pas la force. Je sens que je l'aime toujours et j'ai enormement de mal à me dire que cette histoire prendra fin meme si lorsque je pese le pour et le contre, je sais que je veux faire ma vie avec une femme... je me sens plus proche d'etre lesbienne que d'etre dans une relation hetero... je voudrais etre sincere avec lui et avec moi meme... ca fait des mois que je ne dors plus, ca me dévore. je ne veux pas lui faire du mal. ca m'insupporte. je sais que vous n'aurez pas de solution miracle à me donner mais j'ai besoin d'aide svp, je n'ose en parler à personne car tous mes amis sont aussi ses amis




Depuis que j’ai laissé mon ex, elle me harcèle

Bonjour AlterHéros, c'est encore moi. Premièrement, merci pour tous les messages. Ca m'a beaucoup aidée à penser à ce que je vivais et à "affirmer mes limites", comme diraient mes amis. J'ai essayé de contacter un autre organisme, mais je crois qu'ils étaient très occupés. Ils faisaient de leur mieux, mais ils m'ont surtout redit des choses que je savais déjà et qui faisaient partie de pourquoi je me posais des questions, et de vous faire confiance, et puis ils n'avaient plus de temps ensuite. Alors je vous écris à nouveau pour démêler ma situation. Ca a été très compliqué et pénible, mais j'ai rompu avec ma copine, le plus clairement et avec respect possible. Sans surprise ça ne s'est pas très bien passé. Maintenant, elle est très en colère et très insistante. Je lui ai dit sans détour que j'avais besoin de temps et d'espace pour moi toute seule, que je voulais prendre une distance de recul pour un moment. Je l'ai enlevée des réseaux sociaux. Les premiers jours, j'ai laissé mon téléphone à mes amis pour ne pas être tentée de lui répondre. J'ai fini par faire bloquer le numéro parce que mon répondeur était toujours rempli de mots hostiles. C'est juste qu'en ce moment c'est difficile parce qu'avec la rupture, je croyais que ça m'enlèverait un poids, que ça me permettrait de mieux respirer. Sauf qu'en plus des messages + appels + textos, elle s'est présentée à mon travail, au cégep (elle elle n'étudie pas), chez des amis, à mes pratiques de sport, dans des événements "nerd" qui ne l'ont jamais vraiment intéressée quand on était ensemble mais que maintenant elle y va et me croise "par hasard"... Ca me rend toujours stressée, on dirait que je ne me sens jamais tranquille. J'ai essayé de changer d'endroit quand je la vois dans un lieu qui n'est pas privé, mais ça devient épuisant de toujours tout surveiller et être à l'affute. Et ça me donne l'impression de modifier encore plus mon comportement pour éviter sa mauvaise humeur que quand on était ensemble... Elle a créé des grosses scènes dramatiques en public, raconte ou exagère des choses intimes qui me font mal paraître devant des gens qu'on connaît les deux ou sur internet. Je lui ai répété que je voulais qu'on arrête d'avoir des contacts. À un point, des gens l'ont menacé d'appeler des policiers. Depuis, il y a moins de crises, mais elle est quand même très souvent (presque chaque jour) "juste là", à être dans les parages et à faire la tête: en sortant de mes cours, devant la maison de mes parents, devant l'appartement de mes meilleurs amis, à mon arrêt de bus (elle habite vraiment loin de là), devant mon travail, sur le bord de la piste ou je fais ma course etc. etc. L'autre organisme m'a dit qu'il faudrait qu'on se voit moins pour que je me sente plus calme... Je suis d'accord, mais c'était ça la base de ma question, ça ne m'aide pas beaucoup sur le "comment". Je sais que je lui ai fait beaucoup de peine en voulant arrêter notre relation et je ne veux pas faire comme si plus rien ne me concernait. J'aimerais qu'elle aille bien mais c'est trop de pression si tout son bonheur doit dépendre de moi, de ce que je fais ou non pour être avec elle de la façon qu'elle le veut et quand elle de veut... J'étouffe. L'autre organisme a dit que je pouvais porter plainte si j'avais des preuves. Ça me fait peur parce que je trouve que ca sonne comme grave et extrême, aller voir la loi et les policiers. Je me demande s'il y a des étapes avant ça. J'ai l'impression aussi que je ne serais pas vraiment pris au sérieux de dire "mon ex copine est souvent au même endroit que moi".... tant qu'elle ne brise rien et ne frappe personne, elle a l'air de rien faire de mal. Sinon elle a partagé des choses intimes, mais avec des mots, pas des photos. Et au début je ne pensais pas que ça durerait comme habitude, alors je supprimais les messages qui étaient plus aggressifs, je ne peux pas les montrer à des intervenants. Alors ca serait ma parole seulement pour être crédible. Est-ce que si d'autres personnes l'ont vue souvent ça pourrait compter comme des preuves? Ou bien ca serait annulé parce qu'ils auraient un partis pris pour moi (mon coach, mes amis, mes collègues au travail, etc.)? Je ne sais pas quoi faire pour que ca change et ca me prend beaucoup d'énergie. Même quand il ne se passe rien, je suis tendue et me demande ce qui va arriver. Je ne comprends pas pourquoi elle agit comme ca. Des fois on dirait qu'elle veut montrer que c'est elle la meilleure personne ou comme confirmer que c'est elle qui est "alpha" dans notre relation (je ne sais pas si ca fait du sens pour vous ce que je dis, c'est flou... Est-ce que ca vous est déjà arrivé des choses similaires?) et que moi je rate tout. C'est même arrivé qu'elle vienne me voir pendant que je faisais mes choses tranquilles pour me dire qu'elle ne voulait pas que je lui parle, que j'interagisse avec elle, que je parle d'elle etc. Mais on était déjà pas en train de se parler??? C'est comme si il faut toujours qu'elle ait le dernier mot. Des fois quand on est au même endroit, elle va m'ignorer en parole directe, mais va passer plein de commentaires super fort sur le fait que c'est plate que je sois là, que je l'ai vraiment blesser et que j'ai mal agi. Ca rend tout le monde mal à l'aise et ça pourrit le climat de tout. Et ça dure tant que je reste et même que des fois elle me suit ou vient spécialement à des lieux que c'est connu que je les fréquente. Qu'est-ce que vous pensez que je peux faire? Je n'ai pas envie de changer d'amis, de maison, de travail, d'école ou de sport... c'est des éléments qui me font du bien. Et je ne vais pas par exprès dans des endroits qu'elle aime, mais elle elle fait sentir sa présence dans "mes" espaces (je ne veux pas dire ça comme si la ville m'appartenait, elle a le droit de se promener et ca existe les hasards, mais là c'est comme évident que c'est pas juste du hasard et qu'avant elle venait jamais à certains endroits que je suis souvent alors que maintenant on dirait qu'elle est partout...) C'est très stressant et ca me fatigue. En plus, je me gênée par rapport à ma famille. Mes parents sont en voyage pour un petit bout et je suis à la maison toute seule. Je ne veux pas les inquiéter ni mon grand frère, mais des fois ca me stresse quand je la vois sur ma rue. Elle n'a jamais essayé de rentrer de force, c'est peut être juste dans ma tête comme peur, mais ca reste là en arrière-plan. Alors souvent je dors chez d'autres personnes ou j'invite des amis. J'aimerais retrouver ma vie normale. Merci, M-E


Avez-vous des trucs pour qu’une rupture ne soit pas trop ...

Merci pour vos réponses continuées. Bon... Alors j'ai fait mes listes. Et après beaucoup de réflexions, de tensions, de chicanes, d'angoisse et de larmes, j'arrive devant une nouvelle sorte de question... Avez-vous des trucs pour qu'une rupture se passe pas trop désastreuse? J'ai l'impression d'arriver à un point que je ne peux plus continuer dans la même direction et c'est comme un barrage qui craque. Je pense que je ne peux pas faire durer la situation du moment, c'est comme si je n'avais pas réalisée avant comment toute mon énergie va dans quelque chose qui ne devrait pas me vider de cette manière. Mais je ne sais pas trop comment me lancer, c'est comme être devant un gros ravin. Je ne sais pas comment rassembler le courage. Je ne veux pas blesser ma copine. C'est inévitable mais j'aimerais que ce soit le moins pire possible. Je ne sais pas si c'est mieux que ce soit bref ou une très longue conversation. J'ai peur que ce soit brusque ou bien que ca tourne en rond. Je ne sais pas c'est quoi le meilleur lieu ou le meilleur moment pour être respectueuse de tout le monde. J'ai peur que ca fasse une très très grosse colère (mes amis ont proposé de m'attendre dehors mais si ma copine les voit ca sera pire). Ou qu'elle ne soit pas d'accord et qu'elle refuse qu'on se sépare. Ou encore qu'après elle soit complètement brisée et que ca soit dangereux pour son moral ou sa santé. Je ne sais pas si ca serait mieux d'avertir de ses amies ou de sa famille qu'elle passe un moment difficile, c'est toujours très important pour elle de préserver son intimité et de ne pas mêler d'autres gens à ce qui se passe entre nous. Ca la dérange vraiment quand je parle d'elle à des personnes. Je veux respecter ca mais aussi des fois on dirait des signes que ca ne marche pas comme ca devrait. Elle était vraiment fâchée que je vous ai écrit vs mes amis qui m'ont félicité que c'est bien de s'ouvrir et de chercher des solutions avec du monde neutre ou avec de l'expérience d'aide. C'est un meilleur sentiment de me sentir encouragée. Et mes amis ils n'étaient pas sur la défensive quand j'ai dit que je vous ai écrits parce que je ne savais pas comment me placer entre eux et ma copine et par rapport à avoir montré mon corps et douté de mon honnêteté. Ils ont dit que c'était normal que j'ai de la confusion et des grosses émotions et tant mieux si je pouvais en parler pour m'éclairer et m'enlever un poids. Il me semble que c'est la bonne manière d'être des amis... Que ca devrait être la bonne manière d'être des amoureuses ici. Mais je vois à quel point je n'ai pas beaucoup ca dans le quotidien avec ma copine et de moins en moins en plus. Mais c'est dur de choisir que je veux arrêter qu'on essaye de faire des efforts pour être ensemble. Juste à y penser mes mots s'étranglent dans ma gorge et ca ne serait pas ok de le faire par écrit. J'ai essayé de noter mes idées et mes sentiments mais même avec ca mon corps et ma voix bloquent pareil quand j'essaye de me pratiquer. Aussi, je suis stressée à cause des paroles de "dévoiler des histoires intimes, des messages intimes ou des images intimes". Mes amis essaient de me convaincre que c'est sûrement 99% juste pour me faire peur, que ca lui causerait plus de tort qu'à moi, etc. Ils ont suggéré de demander clairement et directement de ne pas diffuser d'informations personnelles et d'effacer toutes les images "compromettantes". Ils disent que je devrais aussi le demander par écrit pour avoir une preuve claire et avertir que c'est illégal de refuser. Est-ce que c'est vraiment illégal si elle garde des images? Ou si elle en montre mais que je suis majeure et pas nécessairement toute nue? Je me demande si ce serait une bonne précaution ou bien si ca risque d'alimenter les disputes ou de lui donner des idées.... Avez-vous des idées rassurantes et applicables pour une rupture "clean" et sans trop de drames? Merci!