Tag: homophobie




Je pense ne pas être homo mais cette peur constante ...

Bonjour, je n'aurais jamais pensé poser cette question sur un forum mais je suis épuisé mentalement, je commence à craquer. Je crois être atteint du TOC homo, j'ai été voir une psychologue qui a eu d'autre patient dans mon cas et qui m'a dit qu'elle ne pensait pas que j'étais encore atteint de ce trouble mais que j'étais atteint "d'anxiété sévère". Pour résumer mon problème, je rentre de vacances en août, après avoir passé 1 mois de folie avec mes potes, et surtout grâce à un amour de vacances que j'avais rencontré là-bas et je me retrouve seul chez moi, à ne rien faire pendant 1 mois. Après avoir passé la dernière soirée avec elle, je rentre chez moi en voiture avec le syndrome des "couilles bleues" à cause d'avoir eu une érection toute la nuit sans n'avoir rien fait avec elle. Je rentre chez moi tout ce passe bien et un beau jour, en plein après-midi, bam, c'est là que tout commence. Je suis dans mon bureau, je m'ennuie, et je me pose 30 000 questions sur la vie etc, et je me pose cette question "attend mais on le sait comment si on est homosexuel ou pas ?", et là grosse crise d'angoisse, je commence à m'étouffer, à ne plus savoir où je suis, qui je suis, j'ai l'impression d'être dans une autre réalité. Je commence à me dire que si ça se trouve je le suis, que je me suis trompé sur moi tout ce temps etc... (Car oui, élément important à savoir, je suis sorti avec deux filles aux lycées dont je suis tombé amoureux directement. Je n'avais jamais compris ce qu'était le mot "bonheur" avant de rencontrer la première, j'étais tellement heureux dans ma vie, c'était indescriptible: je me voyais déjà fondé une famille avec elle etc.., et la deuxième a été le coup de foudre directe aussi, je me suis dis "impossible qu'il se passe pareil" et ​ça s'est finit à chaque fois très mal pour moi, puisqu'à la rupture, surtout la dernière qui a été un coup de massue pour moi, j'ai été très très mal pendant plusieurs mois mais je n'ai jamais voulu le montrer à personne). Dès qu'une de ces crises d'angoisse de celle-ci arrive, je vais de manière compulsive et sans pouvoir me contrôler sur un site porno avec de me masturber sur du porno hétéro comme si je voulais me rassurer, l'effet marche quelque minutes, mais le lendemain c'est encore pire. Je commence à me forcer à masturber une ou deux fois par jours, sans ne pouvoir rien contrôler, car je vis dans cette peur de devenir homo. De plus, à partir du moment où je me suis posé cette fameuse question maudite, je n'arrivais plus à bander, surement par stress mais cela augmente encore plus mon anxiété en me disant que je suis peut-être entrain de changer, peut être que je ne pourrais jamais avoir de rapport avec une fille alors que cela fait tellement longtemps que j'attends ça.. (ceci est revenu petit à petit, j'ai réappris à savoir qu'est ce qui m'existait, comment je fonctionnais etc..). En résume, j'ai vraiment eu l'impression qu'à partir du moment où je me suis posé la question, c'est comme si j'avais eu un "reset" de mon cerveau et que je ne connaissais plus rien à la vie, plus rien sur moi, que je n'avais plus confiance en moi etc, j'ai du tout réapprendre. Je repense à un évènement qui m'a traumatisé en avril, où un gars de ma classe qui est homosexuel, et avec qui je n'ai jamais eu de problème, aucune attirance, rien, commence à me fixer pendant toute 1 heure. Je suis tétanisé, je ne sais pas quoi faire, j'ai des bouffés de chaleurs, je n'arrive plus à bouger, j'ai l'impression que l'on m'agresse, que l'on me regarde sans que je le veille, que l'on veut me violer. Et oui, carrément, j'ai l'impression qu'on rentre dans mon intimité, c'est très bizarre à expliquer car ce n'est rien mais sur le moment, je l'ai vraiment pris comme une agression sans savoir pourquoi. Et TRES IMPORTANT POUR LA SUITE, mais je me pose ces questions: "est ce que je bande ? est ce que je ressens quelque chose ?" Les réponses sont non mais sur le moment, je n'arrive pas à me le dire. L'heure passe, la journée passe, et je commence à paniquer, à me dire que si ça trouve j'ai réagis comme ça parce que je suis attiré, que si ça se trouve, je ne m'en rends pas compte mais j'ai des sentiments pour les hommes sans le savoir etc... Il faut savoir qu'un évènement qui m'a particulièrement marqué était qu'un des mes potes s'est fait agressé sexuellement par un autre de mes potes, qui a fait son coming-out ensuite et que tout le monde à fait comme si il ne c'était rien passé. Ce qu'il faut également savoir, c'est que ce mécanisme d'avoir l'impression de devenir ou d'être attiré par quelque chose que je ne veut pas m'étais déjà arrivé: j'ai eu l'impression de devenir fou, de devenir un psychopate, d'être même attiré par les chats.. A chaque fois, ces épisodes ont duré de quelques jours ou ce sont étendus sur plusieurs mois jusqu'à ce qu'il disparaisse totalement et que je les trouve totalement absurde, mais sur le moment, impossible de me dire que tout ça est irrationnel. Bref, on arrive en septembre, je vais voir une psychologue car j'ai l'impression de ne plus rien ressentir, que ce soit concernant mes exs, concernant les décès dans ma famille etc..) Je lui raconte tout et comme je vous l'ai dis, elle me diagnostique une importante anxiété mais ne me donne pas de médicaments car je me dis que je veux la combattre tout seul, sans une aide médicamentale, afin que ce soit durable dans le long temps. Petit à petit, je me rend compte que cette impression de devenir homosexuel cachait des problèmes que je refusais d'affronter et que je refuse encore d'affronter. C'est notamment grâce à deux soirées où j'ai rencontré des filles que j'ai kiffé, où sur le moment, je comprenais qu'est ce qu'étais l'attirance, amoureuse et sexuelle qui m'ont permis de réduire mon anxiété. Mais toujours le même mécanisme, les jours qui suivent ces évènements, je vie ma meilleure vie, mon anxiété n'existe plus, je revis comme avant finalement et surtout, je suis "HEUREUX" et petit à petit, elle se réinstalle et le monstre recommence à s'alimenter. Je ne comprends plus ce qu'est l'attirance, comment elle se manifeste, ce qu'on ressent etc.. (j'ai toujours eu du mal à savoir ce que je ressens depuis que je suis petit de manière générale). Information importante, je bande très facilement, il suffit que je m'imagine une scène avec une femme, la sensation le toucher etc pour que j'ai une érection. Pareil, je bande très facilement en voiture à cause des vibrations et quand j'ai un de mes potes à côté, j'ai l'impression d'être homo et je recommence à angoisser. Je bande également lorsque j'ai un objet sur moi, que ce soit un animal, un carton ou quoi, je bande. Le fait est que je n'ai JAMAIS eu une érection concernant un homme, et même en me forçant, je n'y arrive pas, j'ai beau m'imaginer des scénarios, je n'y arrive pas et je ne comprends pas pourquoi. Enfaite, je me pose cette question, qu'est ce qu'y fait que par exemple, lorsque je m'imagine une femme entrain de me faire une félation, j'ai une érection, mais lorsque c'est un homme, cela ne me procure rien. Pareil lorsque je parle avec une femme, ou que je m'imagine une scène avec elle, alors que quand c'est l'inverse ,cela ne me fait rien, pourtant, l'acte sexuel est le même ? Et ces questions qui alimente particulièrement mon anxiété. Pourtant ces questions reviendraient à se demander pourquoi je préfère les frites au haricot vert ? parce que c'est comme ça et je le sais bien. Mais là, vu que c'est quelque chose de plus gros et plus important pour moi, je n'arrive pas à comprendre et j'ai toujours cette peur de me dire, à bas si ça trouve, j'aime bien les haricots verts, il faut juste que je me force si ça trouve. J'ai toujours été heureux avec les femmes, même si elles m'ont souvent rendues malheureux, mais je parle à une fille en ce moment avec qui me commence à m'attacher: j'ai des érections en m'imaginant des scénarios avec elle, en m'imaginant des moments intimes, en amoureux avec elle. Premièrement, j'ai fais cette conversation pour me confier et me libérer de ce tout ça, l'écrire ça fait du bien, et surtout ça soulage. Deuxièmement, j'aimerais avoir votre avis sur ma situation, je pense ne pas être homo mais cette peur constante d'avoir une attirance, d'avoir une érection, d'avoir changer alors que j'étais si heureux avant avec les questions envahissantes qui ne cessent dans ma tête me fatigue énormément. Je sais que l'on est à un âge où je me pose beaucoup de questions sur ma vie, mon futur etc et c'est normal mais cela devient tellement épuisant que c'est très dur à gérer. Bonne soirée à vous. Polioop



Je pleure et je suis au bord du suicide depuis ...

Ma fille devait se marier elle vivait depuis 10 ans ac un homme mon gendre que je considérais comme mon fils 14 jours avant le mariage elle a tout envoyé baladé et nous a annoncer être homosexuelle j allais être operee d un cancer Depuis je pleure je suis au bord du suicide Je n accepte pas je ne comprends pas Je ne sais pas ce que j ai mal fais je voulais parler ac d aitres parents je suis suivi psychiatriquement et psychologiquement J en peux plus de vivre Je veux en finir Merci de m avoir lu





Être gay serait contre ma nature. Comment arrêter d’y penser?

Bonjour je m’appelle Paul j’ai 17 ans Tout à commencer il y’a 3 semaine quand un collègue m’a montré une vidéo de 2 gay qui s’embrasser et comme d’habitude j’aurai exprimé du dégoût mais pas cette fois et sa a commencer là depuis il y’a des penser qui me vienne et une petite voix dans ma tête me dit que je suis gay alors que je suis certain que non et je n’ai vraiment pas envie c’est contre ma nature c’est tout je ne changerai pas d’avis sur sa. Et ce qu’il me fait peur c’est que je fantasme sur du porno gay j’ai dès image de moi et un collègue qui me vienne en tête pendant qu’on a des relations et ça m’excite je ne sais pas pourquoi et voilà depuis 3 semaine sa ne veux pas partir je regarde pas mal de porno et le porno hétérosexuel/lesbien m’a masser donc un jour je suis tomber sur un vidéo gay et je me suis masturbe dessus et depuis j’y suis aller 2-3 fois sur cette vidéo et pareil mais je sais pas je sais que au fond de moi je le suis pas mais ma tête me dit autre chose en tous cas j’espère vraiment que c’est période va passer car j’en peu plus


Je subis du harcèlement homophobe à l’école… Je ne sais ...

Salut Je suis un garçon et jai 13 ans et je subis du harcèlement à l'école depuis plus d'un ans. On se moque de moi tous les jours de mes habits de mes lunettes de ma coiffure de mon comportement de mes chaussures de mes parents de mes soeurs .... Tout y passe. Certains mecs prennent mes 2 soeurs pour des prostituées et j'ose même pas défendre leur honneur je me sens tellement faible et nul. Ces insultes contre mes soeurs ne se font jamais dans leur présence. Mais ça me fait très très mal. Mais je suis tellement faible que tout le monde me marche dessus et dur ma famille et je me sens très coupable de ne pas être capable de me défendre. Je me prends aussi des insultes sale pd, pédale etc. Je le vis très mal. J'ose plus rien et j'ai très peur. En cachette je me sens attiré par certains garçons à l'école on va dire que la relation homosexuelle m'excite sexuellement, je peux pas le contrôler mais je me sens moins que rien pour les filles. Je me perçoit comme un sous homme, comme un sale pd à cause des insultes, j'ai en horreur mes attirances et j'arrive pas à séduire les filles et j'ai l'impression de devenir homo par défaut à cause des autres parce que être gay c le mec rejeté par les filles et moi j'arrive pas à séduire les filles alors que j'ai tjrs éprouvé une attirance pour les garçons. Et je sais pas si devenir gay est en train de me rendre aussi faible face aux autres, j'ai plus en plus l'impression qu'être gay me transforme en gros faible J'ai beaucoup d'envie pour les garçons et c'est invivable d'avoir ces envies, je dois toujours faire attention que personne ne se rend compte que je peu tombé amoureux d'un homme. Je vis plus. Je voudrais ne plus avoir d'attirance pour les hommes. Je continue à me forcer sur mes attirances mais je n'ai pas le contrôle sur ces attirances comme je n'ai aucun contrôle sur ces faux amis qui me harcèlent et j'ai parfois des envies suicidaires car je ne contrôle rien dans ma vie. Je sais plus quoi faire.


Je suis un garçon qui aime un garçon, mais c’est ...

Je suis en Afrique. J'aime un garçon depuis des années, on a essayé de passer à l'acte. Lui il veut vraiment. C'est moi l'actif, mais j'ai peur. Car je veux devenir pasteur et lui aussi. On s'aime vraiment, mais c'est chose impossible, à cause de notre pays, le Cameroun, notre situation ethnique et religieuse. Mais c'est l'humain que j'aime le plus !! Aidez moi à m'en sortir. Je me masturbe en pensant à lui, lui il fait pareil. Qd j'essaye de faire rapport sexuel à la femme, je suis excité, mais je ne bande pas bien. Qd je pense à lui, je bande comme un cheval !!! Que faire ???



J’ai beaucoup d’anxiété, je suis puceau, j’aime les femmes et ...

Bonjour, Je me pose des questions. Je suis un homme de 18 ans et j'ai toujours été attiré par les femmes. Néanmoins, depuis un mois, je vie dans un doute qui me rend extrêmement anxieux. En effet, pendant que je regardais un reportage sur l'homosexualité et l'homophobie, un passage m'a déclenché une crise de panique (sueurs et vertiges). Dans ce passage, le documentaire explique qu'une expérience a été réalisée dans laquelle des hommes homophobes et des hommes qui ne sont pas homophobes (tous hétéros) ont regardés du porno gay avec un anneau autour du pénis afin de capter si ce dernier grossit ou non devant la pornographie gay. Le résultat de l'expérience est que les homophobes ont une réaction pénienne tandis que les non-homophobes n'en ont pas. Ainsi, le documentaire émet l'hypothèse que certains homophobes seraient des gays refoulés. Et si je suis honnête avec moi même, je suis légèrement homophobe. Pas au point de vouloir du mal à ces derniers ou de refuser le mariage gay, mais je préfère qu'ils vivent de leur côté, moi du mien, sans qu'on se rencontre, je les tolère en gros, et ma famille est à peu près pareille. Et donc à ce moment du reportage j'ai eu une crise de panique car le doute s'est installé en moi : et si j'étais comme les gens de cette expérience, un homo refoulé ? 2 mois avant cet événement j'ai vécu le doute suite à des soucis de santé me donnant du mal à respirer. Je n'avais pas la réponse à la question : ai-je un grave problème de santé ou suis-je anxieux ? J'avais le doute, et ça me poussait à croire que j'étais en train de mourir. J'ai finis par comprendre que c'était de l'angoisse, et j'ai accepté les symptômes de cette dernière sans craindre pour ma vie. Cette peur qui m'est soudainement venue prend racine plus loin dans ma mémoire : tout d'abord en voyant le film Bohemian Rapsody, sur la vie de Freddie Mercury, qui était un hétéro en couple avant de découvrir qu'il était gay, quittant sa femme. Cela m'a effrayé, mais pas comme actuellement, je m'étais juste dit "ah ouais c'est chaud". Et puisque j'ai 18 ans mais que je n'ai jamais eu de copines et que je suis puceau, que je n'ai jamais embrassé etc... bah dans ma famille on commence à me demander "toujours pas de copine ? Peut-être que tu es gay" pas méchamment, c'est dis comme ça entre deux phrases et ils rajoutent souvent un truc du style "ça serait pas un problème du tout d'ailleurs" mais bon ça trotte dans mon esprit depuis l'épisode du reportage. En fait ça devient une obsession depuis le documentaire (alors qu'avant je me posais jamais la question) : j'ai commencé à lister les épisodes hétéros et homo de ma vie. Par exemple j'ai un jour eu des frissons quand un homme me caressait avec son stylo en classe. Est-ce la preuve que je suis gay ? Et quand j'étais jeune j'ai également pratiqué le plaisir anal, avec un crayon, et j'ai aimé ça. Est-ce gay ? Pourtant toute ma vie je me suis masturbé sur des femmes, j'ai découvert ma sexualité sur des corps féminin, j'ai fantasmé sur les femmes, je fais des rêves érotiques avec des femmes, et je me souviens avoir bandé les premières fois dans mon lit en m'imaginant déshabiller des filles de ma classe. Mais ces quelques points de doute m'effraient. Quand je suis dans la rue ou sur internet et que je vois un homme, je me pose la question "est-ce qu'il m'attire ? Qu'est-ce que je ressens ?" idem avec les filles, ça devient presque paranoïaque : à chaque visage, cette pensée me vient à l'esprit. Parfois j'ai une sensation dans mon ventre devant un visage d'homme, et je me demande "est-ce que c'est un sentiment d'attirance ?" Faut aussi avouer que depuis mars 2020 je vois presque personne, et encore moins de filles. Donc je suis seul et j'ai commencé à oublier les relations et les sentiments qu'on a, je suis surtout dans ma chambre. Et avant ça j'étais obèse, j'avais honte de moi et bien que je prenais du plaisir sexuel solo sur des filles je ne me suis jamais imaginé en couple (avec une fille, un homme ça m'avait jamais traversé l'esprit) à cause de mon poids, je me disais que personne voudrait de moi. Maintenant je suis maigre, j'ai fais du sport. Et ce doute que j'ai me fait penser à ce que j'ai vécu avec l'anxiété et le doute que j'avais sur les difficultés respiratoires : ça y ressemble beaucoup et la mécanique du doute est la même, mais d'un autre côté ça pourrait être une homosexualité refoulée, et puisque je suis puceau de tout je peux pas savoir. Donc voilà les questions que je me pose : - Est-ce qu'un gay qui découvre qu'il l'est à 18 ans pourrait avoir été excité sexuellement toute sa vie par des femmes jusqu'à ce qu'il découvre qu'il est gay, et il perdrait alors peu à peu l'excitement sur les femmes ? Un peu comme Freddie Mercuri - Est-ce qu'un individu peut découvrir qu'il est gay car il a découvert qu'il avait peur de l'être ? - Plus généralement, est-ce que quelqu'un qui est attiré par les femmes depuis toujours peut être gay et perdre l'attirance envers les femmes ? - Est-ce que l'angoisse et l'anxiété peut mener à douter de son orientation sexuelle ? J'ai entendu parler du TOC homosexuel mais j'ai bien conscience que j'ai envie de m'y attacher, mon jugement est biaisé. Ceci pourrait être une possibilité ou est-ce une "farce" ou un mensonge pour faire accepter aux gens leur homosexualité progressivement ? - Est-ce que quelqu'un qui a grandit dans un environnement hétérosexuel et légèrement homophobe pourrait développer une attirance factice envers les femmes avant de découvrir qu'il est en réalité homosexuel ? Je vous remercie pour votre temps et les réponses que vous donnez. J'en ai déjà lu plusieurs et elles m'ont apportées un peu d'éclaircissement, mais je me pose encore des questions. Je tiens également à dire que quoi que soit l'issue de mon doute actuel, ma vision des choses sur l'homosexualité a changé : la peur et l'anxiété que je ressens à l'idée de l'être va grandement et a déjà grandement changé l'attitude que je pourrais avoir et mes pensées envers d'autres homosexuels. Cela est d'autant plus troublant car j'ai l'impression d'avoir changé de personnalité suite à cela, "trahissant" mes convictions, mais c'est une autre discussion.