Ma sexualité est bloquée par un fantasme homosexuel et cela est très lourd à porter. Dois-je réaliser ce fantasme?


J’ai 43 ans je suis marier et j’ai des enfants . Mon problème est que j’ai un fantasme homosexuel ( avoir une relation homo avec un gros pénis voire même être femme pendant cette relation sexuelle) et ce depuis longtemps. J’ai l’impression que celui me bloqué pour avec des relation sexuelle avec d’autre femme mais pas ma femme car j’éprouve de l’amour pour elle. Ce fantasme j’ai l’pression que cela me bloqué et me pèse voire même provoque de l’anxiete car c’est lourd. Je n’ai jamais oser le réalisé car j’ai trouvé ça sale mais ça me pèse énormément. J’ai l’impression que si je le réalisé cela débloquer ai mon problème dit “psychologique” a savoir que ça fait un an que je suis sous antidépresseur. Je confirme je ne suis pas homme j’aime me sentir aimer par une femme. Mais ma sexualité est bloqué par ce fantasme. Dois je réalisé ce fantasme ou ….. ? Merci de votre aide c’est très lourd à porter car cela dure. Depuis trop longtemps ….

Bonjour,

 

Merci de nous avoir écrit! Je comprends qu’il s’agit de questionnements qui pèsent plutôt lourd.

 

J’aimerais commencer ma réponse par un concept relativement simple mais absolument essentiel, il n’y strictement rien de mal, de sale ou de négatif à avoir un fantasme sexuel récurrent à propos d’hommes, de pénis ou du fait d’adopter un rôle réceptif ou féminin. 

 

Il s’agit de scénarios sexuels sains et ne représentant aucun danger ou risque en soi. La présence de ses fantasmes ne réduit et n’annule pas automatiquement ton attirance pour les femmes. Il est tout à fait possible d’être attiré par les hommes et par les femmes en même temps. Tu dis aimer te sentir aimé par une femme, mais tu n’élabore pas craiment sur la présence et la nature tes attirances sexuelles et romantiques envers les femmes, si applicable. Il pourrait aussi s’agir d’une composante intéressante à explorer. 

 

Le fait d’avoir un fantasme, ou une idée qui nous excite sexuellement, ne signifie pas que l’on peux ou que l’on souhaite réaliser ce scénario dans la vraie vie. Parfois oui, mais souvent non. Je crois comprendre que tu aimes ta conjointe et que tu es inconfortable à l’idée d’une liaison extra-conjugale. Tu n’es certainement pas obligé d’avoir une relation sexuelle avec un homme pour découvrir et explorer cette partie de tes attirances et préférences sexuelles. Tu peux très bien avoir recours à tes fantasmes sexuels et au matériel érotique/pornographique (vidéos, photos, textes, enregistrements audio, etc.) afin d’en apprendre plus sur ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas.

 

Tu notes toutefois qu’avoir un rapport sexuel avec un homme pourrait “te débloquer” ou t’aider à te comprendre. Il y a une distinction entre une idée et une expérience concrète, et je peux imaginer comment ce type d’expérience corporelle pourrait faire partie de ton processus. Je ne peux pas te dire quoi faire, mais je peux te refléter que cet état “d’entre deux” semble inconfortable pour toi.

 

As-tu considéré parler de ce que tu ressens avec ta femme? Pas nécessairement dans l’objectif qu’elle te donne l’autorisation de voir un homme ou qu’elle ait une réaction particulière. Seulement, il est possible que partager ces émotions fasse en sorte que tu te sentes moins seul et que tu reçoives un peu de soutien.

 

Il y a aussi l’option d’en parler avec un.e professionnel.le en santé mentale comme un.e psychologue. Encore une fois, l’attirance pour les hommes n’est pas un problème en soi, mais l’incertitude  identitaire et relationnelle est difficile à vivre pour toi. Un.e professionnel.le pourrait offrir un accompagnement bienveillant et évaluer plus en profondeur les différentes pistes de solution.

 

Enfin, il est important de dire que l’anxiété et les antidépresseurs peuvent avoir un impact important sur le sexualité et la libido. Un.e psychologue pourrait te donner plus de précisions là-dessus et sur de possibles alternatives.

 

J’espère que ma réponse t’aidera un minimum à travers tes difficultés!

 

Au plaisir,

 

Maxim·e, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment