Les hormones que je prends diminuent ma libido…


Bonjour,

Je vous remercie de votre confiance. Vous éprouvez présentement des problèmes au niveau du désir sexuel et vous cherchez de l'aide ou des pistes d'exploration. Votre lettre n'indique malheureusement pas si vos problèmes de libido ont débuté avec l'hormonothérapie. Mais supposons que oui puisque vous prenez la peine de mentionner la durée de votre hormonothérapie.

Le problème de libido peut être d'origine médicale, dû à un débalancement entre les niveaux d'estrogènes et de testostérone. Vous savez, il est nécessaire pour une femme (et pour tout le monde, d'ailleurs) d'avoir un certain niveau de testostérone dans le sang afin de maintenir la santé et la libido. Attention, je ne dis pas ici que c'est seulement la testostérone qui provoque la libido… mais elle doit tout de même être présente. Vous savez, il se vend même pour les femmes des timbres donnant un léger supplément de testostérone qui aide la libido tout en ne causant pas de masculinisation. C'est pourquoi je vous suggère de demander à votre endocrinologue des tests sanguins afin de vérifier tout cela et de changer votre médication si nécessaire.

C'est un ensemble de facteurs qui provoquent le désir sexuel; des facteurs psychologiques et sociaux entrent aussi en ligne de compte.. En effet, bien des facteurs peuvent contribuer à l'élever ou bien à la baisser. Parmi ceux qui aident, il y a l'estime de soi, une bonne image de son propre corps, une relation de couple satisfaisante, un mode de vie sain. De bien connaître ses fantasmes, ses désirs et ce qui nous plaît chez l'autre est également un facteur très important. Partager ces fantasmes nécessitent une bonne communication dans le couple, qui bien que pas toujours facile est toujours aidante. Quant aux critères qui peuvent baisser la libido, notons en particulier le stress et la fatigue qu'il engendre généralement.

Bien sûr, passer tous ces critères en revue exige une excellente connaissance de soi, ce qui n'est pas toujours facile à réaliser à certains moments de nos vies. C'est pourquoi l'aide d'un psychologue ou sexologue peut parfois être précieuse. Ces professionnels-les n'ont pas besoin d'une spécialisation, étant toutes et tous formés-es à l'aide à la connaissance de soi. Le facteur de succès numéro un d'une consultation est toujours la relation que vous avez avec la personne qui vous aide. Vous dites avoir de la difficulté à en trouver un. Je vous conseille donc de faire une recherche sur le site de l'association des sexologues de Québec (http://www.associationdessexologues.com/), j'en ai compté une quarantaine en Montérégie seulement. Il y en a sûrement là-dedans qui correspondent à vos besoin. Même chose pour l'ordre des psychologues du Québec (http://www.ordrepsy.qc.ca). Plusieurs psy et sexologues oeuvrent dans le secteur public, et d'autres ont des tarifs réduits si jamais vos moyens sont limités.

N'hésitez pas à nous réécrire pour d'autres questions ou éclaircissements.

Élyse


About Élyse Vander

Élyse est enseignante au secondaire depuis 2005, ce qui l’a amené à développer sa capacité d’intervention auprès des jeunes. De plus, elle a une expertise dans le domaine de la transsexualité, ayant œuvré dans le milieu dans divers organismes depuis 2007.

Mon implication à AlterHéros me donne confiance que dans les prochaines années, les jeunes pourront de plus en plus assumer et vivre harmonieusement leur homosexualité, bisexualité ou transsexualité, particulièrement à l’école secondaire.

Leave a comment