TÉMOIGNAGE : Je suis une fille amoureuse d’un homme gai


Témoignage.

Je n’aurais jamais pensé que ma vision changerait de cette façon.  Tout que je croyais était vrai ou lentement émietté sous le poids de ma pensée.  Aucun changement ne se serait  produit cette année s’il n’avait pas été question de “lui”.  Il m’avait fait découvrir beaucoup de choses qui m’ont prouvé que tout ce que je croyais était faux. Quand je l’ai rencontré, il était bisexuel.  Je n’étais pas au courant de son penchant pour les hommes, mais quand j’ai appris à mieux le connaître, tout a changé. Je l’avais remarqué, avec son sourire magnifique, mais je n’avais jamais pensé que nous aurions des choses en commun. J’avais tort.
Ce « lui » à la fois si merveilleux et mystérieux allait à l’église que j’avais commencé à fréquenter. Il était impliqué dans les mêmes activités que moi. J’ai continué à mieux le connaître et à devenir de plus en plus attirée par son apparence physique.  Le christianisme devenait mon style de vie et je devenais de plus en plus craintive. Tout autour de moi m’effrayait.  J’étais inconfortable avec ce qu’on pouvait appeler la foule “gaie” qui grandissait lentement mais sûrement.
Un jour, après une longue journée d’école, (ils étaient de plus en plus long) j’ai décidé d’aller sur mon MSN messenger et j’ai vu un nouveau contact qui s’était ajouté.  Je savais dans mon coeur qui c’était mais je ne pouvais pas le croire.  Avec le temps, j’ai parlé avec lui et j’ai découvert sa vision de la religion. La vie oppressante qu’il vivait m’a fait réaliser ma stupidité.  J’ai passé de nombreuses nuits à pleurer à propos de mes pensées et à ne pas dormir. Même aujourd’hui, je ne comprends pas pourquoi nous nous sommes rencontrés, mais je sais qu’il y AVAIT une raison.  Plus je parlais avec lui, plus je sentais mes croyances s’atténuer et mes valeurs diminuer. Ma pensée était devenue plus forte. La période la plus dépressive de toute ma vie allait bientôt commencer avec cette relation, alors que je réalisais quelque chose que jamais je n’aurais cru possible. J’étais tombée amoureuse d’un homme bisexuel.  Toute ma vie, j’avais craint le mot « amour » et je ne voulais jamais le prononcer par peur de ne pas y croire vraiment. Maintenant, je l’avais dit.
Je n’ai jamais vraiment compris comment je me sentais par rapport à « sa » sexualité » et je ne savais pas si j’étais vraiment prête à délaisser tout ce avec quoi j’avais vécu toute ma vie. Il y avait un certain point de transition pour moi où je pouvais me tenir debout pour ce que je croyais la vraie émotion.
J’étais très impliquée dans le théâtre et lors d’un spectacle auquel je participais, j’ai parler de mes sentiment pour « lui » avec une fille qui m’avait toujours semblée être adorable et qui serait toujours prête à m’écouter si j’en ressentais le besoin. Elle avait été dégoûtée de moi. D’abord, elle a eu ce regard et m’a dit qu’elle avait quelque chose à me dire. Elle m’avait dit ce que je savais déjà.  L’homme duquel j’étais amoureuse était bisexuel. Elle m’avait demandé comment je pouvais avoir des sentiments pour quelqu’un qui avait cette orientation. À ce moment, j’ai réalisé que je ne lui parlais pas, mais que je parlais avec une bible « ambulante » qui me disait que tout ce que je ressentais était un péché. Je ne pourrais plus jamais la regarder de la même manière.
Les gens continuent à me juger et supposent toujours que je ne peux pas être en amour parce que je suis au secondaire et qu’il n’est pas possible de l’aimer s’il ne m’aime pas.  Ils essaient et définissent la façon dont je me sens et comment je devrais me sentir. J’aime tout de lui.  Il n’y a rien d’autre que je préférerais entendre que le son de sa voix. Il n’y a rien que je désire plus que ses opinions ou sa confiance en moi. Il se sent emprisonné par ses parents et notre communauté qui refuse de démarrer une alliance homo/hétéro parce que c’est « inacceptable ». Comme je l’ai dit, j’aime tout de « lui ». Il n’y a rien que je changerais en lui.  Même s’il y a 4 jours il m’a dit qu’il était gai et non BISEXUEL et qu’il n’y a aucune chance pour nous de développer une relation amoureuse, je ne changerais tout de même rien en lui. Je suis fatiguée des personnes de ma communauté qui me jugent pour mes sentiments qu’ils considèrent comme des « péchés ».
Ma mère accepte bien la communauté gaie et comprend comment je me sens. Elle va à une église de pentecôtistes et a commencé à adhérer aux pensées du pasteur.  Malheureusement, c’est une petite église (évidemment) et il est très près de ma famille. Ses parents ont contacté le même pasteur avec qui ma famille parle de moi. Ce n’est même pas la même église que sa famille fréquente. Mon père appelle sa « femme » maman et ce sont ses règles qui dominent la maison et qui sont contre mes croyances. Il crée beaucoup plus de haine que toutes les personnes homosexuelles ou bisexuelles que j’ai connues. Si quelqu’un qui est gay déteste quelque chose, je pense que c’est probablement en raison de l’ignorance de la société qui ne les traite pas également aux autres.
Aujourd’hui,  il n’y a rien qui compte pour moi dans la vie à part l’aimer et oublier ce à quoi il ressemble et regarder son âme (ce que je fais chaque jour).  Je n’ai jamais ressenti de sentiments comme ceux-ci et je ne crois pas que cela va se reproduire un jour. Les 6 mois les plus durs de ma vie ont été les plus prospères que j’ai jamais eu.  J’essaye toujours de trouver l’équilibre entre mes pensées sur la création et l’homosexualité. Je me sens aussi meilleure pour accepter les différences des autres.


Avatar photo

About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.