Je suis un garçon qui aime un garçon, mais c’est impossible car je veux devenir pasteur…


Je suis en Afrique. J’aime un garçon depuis des années, on a essayé de passer à l’acte. Lui il veut vraiment. C’est moi l’actif, mais j’ai peur. Car je veux devenir pasteur et lui aussi. On s’aime vraiment, mais c’est chose impossible, à cause de notre pays, le Cameroun, notre situation ethnique et religieuse. Mais c’est l’humain que j’aime le plus !! Aidez moi à m’en sortir. Je me masturbe en pensant à lui, lui il fait pareil. Qd j’essaye de faire rapport sexuel à la femme, je suis excité, mais je ne bande pas bien. Qd je pense à lui, je bande comme un cheval !!! Que faire ???

Étalon Noir

Bonjour,

 

Merci de nous écrire! Je suis profondément triste de lire qu’il t’es impossible de vivre l’histoire d’amour que tu mérites avec l’homme que tu aimes. Cela doit être particulièrement lourd et complexe de trouver un équilibre entre ton appartenance religieuse/culturelle et ta relation avec ce garçon. 

 

Il y a différentes choses que j’aimerais te dire, mais je veux commencer par ceci : l’amour pur et lumineux qu’il y a entre vous deux est l’une des plus belles choses qui existe sur terre. Tu nommes avoir peur des conséquences de cet amour, des réactions de la société. Tu as sans doute déjà été témoin des épreuves et des violences qui touchent les gays, bisexuel‧le‧s et les lesbiennes au Cameroun. Je peux comprendre tes craintes, et je ne veux surtout pas que toi ou l’autre garçon ne vous retrouviez dans des situations dangereuses, mais n’oubliez simplement pas que malgré ces obstacles votre amour reste un magnifique et précieux cadeau du ciel.

 

As-tu déjà entendu parler de l’émission Sex Education? Dans celle-ci Éric est un jeune garçon ayant sa première relation initime avec un autre garçon et tentant de trouver sa place entre sa culture/ses racines nigèriennes et son homosexualité. Dans une entrevue récente Ncuti Gatwa, l’acteur jouant Éric, dit :

 

Donc, ce que je pense qu’il est vraiment important pour tous les jeunes de savoir, c’est que peu importe où vous en êtes dans votre cheminement, c’est okay, et je pense que nous avons ce dialogue entre amis souvent cette saison. Je pense que la série fait un très bon travail en incluant les éléments émotionnels et mentaux de l’éducation sexuelle. Il n’y a pas besoin de précipiter les choses. J’espère que nous avons fait passer le message que ça va aller, peu importe où l’on en soit dans son parcours, et que le fait d’être bien dans sa peau et dans son espace est le plus puissant des succès.

 

Chaque saison où nous avons vu des éléments de la culture d’Eric, j’ai toujours apprécié ces moments parce que c’est vraiment puissant d’être au travail et entouré de Noirs. Ça fait vraiment du bien.

 

Tu peux visionner une autre de ses entrevues ici  (sous-titrée en français). Ce que je voulais montrer par ce petit exemple est que tu peux être camerounais et aimer les hommes, ces deux parties de ton identité ne sont pas incompatibles et peuvent coexister. Ta situation n’est pas unique au monde, et parfois il peut être rassurant de voir d’autres personnes passer par les mêmes chemins que nous. Si ça t’intéresse, tu pourrais regarder la série de vidéos “Homosexuels au Cameroun : Des gens comme toi et moi”.

 

Toutefois, j’imagine que tu es au courrant que l’homosexualité est criminalisée au Cameroun, et que les violences et les discriminations touchant les personnes homosexuelles sont nombreuses. Cela ne veut pas dire que ces personnes ne sont que des victimes, il y a des activistes et des pionniers incroyablement forts et résilients qui se battent pour faire avancer la cause de leurs frères et sœurs gays et lesbiennes. Je t’encourage à lire cet article d’Amnistie Internationale qui en parle un peu. Il y a beaucoup de nouvelles déprimantes, parfois c’est tout ce que l’on peut voir, mais il y a aussi de l’espoir pour un meilleur futur.

 

Il a des groupes et des associations au Cameroun qui protègent et les gens LGBT et défendent leurs droits et leurs humanités. Si c’est possible pour toi, je t’invites à t’informer auprès de :

 

Certaines personnes décident d’immigrer ailleurs pour vivre leur vie en paix et en sécurité. C’est une option légitime, selon tes besoins et tes capacités. Au Canada par exemple, il est possible d’appliquer pour un statut de réfugié lorsqu’on risque de vivre une persécution ou un danger dans notre pays d’origine, ce qui peut faciliter le processus d’immigration. Il  y a aussi divers organismes qui aident à l’insertion des nouveaux arrivants, comme AGIR à montréal pour les immigrants de la diversité sexuelle et de genre. Tu sais, toi et ton copain pourriez devenir pasteurs n’importe où à travers le monde si le cœur vous en dit, peu importe votre orientation sexuelle ou vos pratiques sexuelles!

 

Je crois que c’est les principales informations que je voulais te partager pour commencer. À première vue, il n’y a pas vraiment de solution facile ou de chemin tout tracé, la plus grande partie du travail doit venir de ton côté. Enfin, c’est normal d’avoir peur. Mais tu n’es pas seul dans cette situation, et tu as le privilège d’être accompagné de l’homme que tu aimes le plus et qui comprends entièrement cette peur qui peut t’habiter. C’est un allié en or dans cette situation et, ensemble, vous pouvez compter l’un sur l’autre. Je ne sais pas si mes quelques paragraphes répondent à ce que tu cherchais ou si j’ai bien adressé toutes les facettes de tes questions, si tu as d’autres questions plus précises tu peux toujours nous écrire! 

 

Au plaisir, et bonne chance pour la suite,

 

Maxime, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neures


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.