Je me suis fait pénétrer et après une semaine, j’ai encore mal, est-ce normal ?


Cher Maxime,

Je débute en te remerciant pour la confiance que tu portes en notre site. Je comprends que tu souffres d'une douleur anale post-pénétration depuis 1 semaine et que tu voudrais si possible des conseils pour te soulager.

Sache d'abord qu'il y a plusieurs causes possibles de douleurs anales post-pénétration. La plus commune est la fissure anale. La fissure est une petite déchirure du sphincter anal causée souvent par un traumatisme (ie passage d'une grosse selle, relation sexuelle anale, etc.). La douleur débute généralement tout de suite après la relation et est augmentée immédiatement avec et après le passage de selles. Généralement, la douleur finit par diminuer entre deux défécations. On peut noter parfois du sang sur le papier de toilette. Cependant, il y a aussi d'autres possibilités pouvant expliquer ta douleur, et les infections transmises sexuellement en sont unes. Les possibilités sont évidemment réduites si ton partenaire portait un condom durant toute la relation. Sinon, il faudrait songer à consulter un médecin pour passer un dépistage. Typiquement, les douleurs anales liées aux ITS débutent quelques jours après la relation, le temps que le microbe s'installe et commence ses dommages. La douleur est typiquement constante (ie toujours là) et les patients rapporteront parfois d'autres symptômes comme des pertes anales, de la démangeaison ou des saignements.

Ainsi, en attendant, je te conseille le traitement de base pour une fissure :

1) manger des fibres et/ou suppléments de fibres (ex : fibres de psyllium comme metamucil) et boire beaucoup d'eau afin de rendre tes selles plus molles et donc diminuer la douleur au passage

2) prendre des bains de siège 3-4 fois par jour et après les selles pour soulager la douleur et diminuer les spasmes anaux post-défécation

3) éviter les relations sexuelles anales tant que les douleurs persistent

4) utiliser une crème à base d'hydrocortisone 0.5% ou 1 % que tu peux appliquer localement au besoin , à un maximum de trois fois par jour. Si tu ne peux te procurer cette crème dans une pharmacie sans ordonnance d'un médecin, tu peux aussi utiliser une crème à base d'oxyde de zinc, en petite quantité.

Néanmoins, ces conseils ne sauraient remplacer l'avis d'un médecin qui pourra t'examiner et prendre des prélèvements pour les infections transmises sexuellement, surtout si tu ne t'es pas protégé lors de la dernière relation et encore davantage si les symptômes persistent malgré ces quelques conseils. Je réitère l'importance du port du condom, une étape essentielle pour diminuer les maux et les inquiétudes subséquentes. La question la plus importante est de comprendre ce qui fait en sorte « que je ne l'ai pas utilisé cette fois ». Ainsi, on peut s'arrêter sur nos propres obstacles personnels, ceux qui nous mettent à risque et essayer par la suite de trouver des solutions pour bénéficier d'une vie sexuelle plus sécuritaire.

J'espère ces quelques conseils utiles. Merci encore une fois de nous avoir écrit,

Sincèrement,

Frédéric Picotte


About Frédéric Picotte

Frédéric est médecin de famille pratiquant dans la région de Shawinigan. Il a complété en mai 2008 mon doctorat en médecine à l’Université McGill et deux ans plus tard sa spécialité en médecine familiale via l’Université de Montréal. C’est l'une de ses amies, étudiante en psychiatrie, qui lui a présenté AlterHéros en 2008. Elle cherchait alors un bénévole qui répondrait de manière plus spécifique aux questions à thème « médical », ce qui a constitué la majeure partie de sa contribution jusqu’à maintenant.

J’aime m'impliquer à AlterHéros car on peut rejoindre et rassurer beaucoup de gens, peu importe l’âge, l’orientation sexuelle ou la culture. Je trouve intéressant que la majorité de nos visiteurs soient de jeunes internautes et qu’on puisse donc leur fournir une information de qualité et un espace pour poser des questions qu’ils auraient du mal à obtenir autrement.

Leave a comment