Je me pose des questions sur mon identité de genre et mon intérêt à porter de la lingerie féminine…


Bonjour,

Tout d’abord je m’excuse pour la taille du message et j’espère que ce cas n’a pas été déjà traité. En tout cas, je vous remercie pour votre aide. Alors voila, j’ai 20 ans et on m’a assigné homme à la naissance. Cela va faire 2 ans que je suis en questionnement sur de nombreux points et qui peuvent me conduire à être perdu, avoir honte ou peur de moi, je m’explique…

Tout d’abord j’ai des doutes sur mon identité de genre, je ne sais pas si je suis homme, non binaire ou transgenre. J’ai ce doute car, dans les jeux vidéo je joue exclusivement des personnages féminins. Dans les films et séries, je m’identifie souvent aux femmes. De plus, il m’est arrivé plusieurs fois de faire des rêves où j’étais une fille. Sur certains traits de caractères, comportements ou activités, j’essaie de copier ce qui est normé féminin. Il m’est arrivé de faire des tests de genre (sachant que c’est n’importe quoi) mais je voulais analyser ma réaction face au résultat. Finalement, j’étais content que le test indique un pourcentage élevé côté féminin et frustré qu’il m’indique seulement une légère dysphorie de genre. Pourtant, je ne suis ni complexé, ni dégouté par mon corps. Je l’aime bien mais si on me proposait de devenir une femme sans que personne ne m’ait connu homme alors surement que je le ferais par contre jamais je n’engagerais un processus de transition.

Enfin, je ne sais pas si c’est un fantasme, un fétichisme ou un goût esthétique ou les trois mais j’aime la vêtements et particulièrement la lingerie féminine. J’en porte seul en cachette et je dors souvent avec des tenues dites pour femmes. De plus, lorsque ma libido monte, cela me procure une certaine excitation et j’ai l’impression d’être un peu une femme. Je suis aussi “dégoûté” par les scènes de sexe avec un homme.

Mais si les choses s’arrêtait là, je serais juste perdu mais il reste des éléments qui me font honte voire peur. Quand je faire redescendre ma libido après une masturbation, je culpabilise et j’ai honte. Il y a quelques années, je voulais faire du sport pour prendre des fesses et des hanches. Devant une boutique de lingerie, je ne peux m’empêcher de regarder. Il m’arrive souvent de regarder les filles dans la rue ou au sport pour voir ce qu’elles portent, leur comportement mais c’est jamais sexuel enfin je crois. Je peux aussi avoir une monté de libido rien qu’en voyant une photo de femme en sous-vêtements alors que je ne voudrais pas. Je me masturbe aussi, pas par envie, mais par peur de faire ou dire des choses déplacées au quotidien.

Donc voilà, je ne sais pas quoi penser dans mon identité de genre, suis-je un homme ou non-binaire… ? Est-ce que j’aime porte des vêtements dits de femmes car je n’ai jamais eu de copine alors que j’aimerais en avoir une (pour compenser cette présence féminine) ? Suis-je un pervers obsédé ?

Merci encore pour votre aide

Bonjour,

 

Je m’excuse à mon tour pour notre temps de réponse, mais je tiens à t’assurer que ta question est légitime et qu’elle n’est pas du tout trop longue. Est-ce que tu es confortable si je te tutoie?

 

Je tiens à commencer par dire que même dans l’éventualité où ton goût pour les vêtements féminins serait uniquement sexuel, tu ne serais pas un pervers ou un obsédé sexuel, loin de là. Il n’y rien de mal à avoir des intérêts ou des préférences en matière de sexualité qui sortent de la norme et qui ne font de mal à personne. Porter certains vêtements dans son intimité et ressentir de l’excitation lorsqu’on les porte  n’est pas quelque chose de honteux ou de négatif.

 

Dans ton cas, ton intérêt pour la féminité semble dépasser la lingerie. Tu nommes également avoir un intérêt pour les gestes, comportements, activités et normes associées à la féminité. Tu explores la féminité à travers les jeux de rôle et les rêves. Tu dis que s’il serait possible pour toi d’être une femme sans que cela n’ait d’impct sur ton entourage tu le ferrait sans doute. Je pense qu’il s’agit de points intéressants à considérer pour comprendre ton genre. 

 

Être un homme, une femme ou une personne non-binaire n’est pas strictement une question d’apprance, surtout den nos jours. À priori, n’importe qui peut avoir des cheveux courts, porter du vernis à ongle ou des chemises par exemple. Les définitions de la masculinité, féminité et androgynie sont de plus en plus inclusives et diversifiées, et c’est une bonne chose. Mais pour explorer et découvrir ton genre, le mieux serait probablement d’essayer de nouvelles choses qui t’intéressent et sortir tranquillement de ta zone de confort. Tu peux y réfléchir, te renseigner et faire des tests en ligne, certainement et cela peut aider, mais il est difficile de réellement savoir comment on se sentirait dans une situation sans en avoir fait d’expériences d’une façon ou d’une autre. Même si cela peut être confrontant ou difficile.

 

Tu nommes qu’ à l’heure actuelle tu n’envisage pas effectuer de transition. Est-ce par manque d’intérêt, ou parce que tu considères que cela serait impossible? Évidemment, transitionner et exister en tant que personne trans dans notre société, vient avec ses obstacles et ses difficultés. Dans la vie, les meilleures choses sont parfois les plus difficiles, mais cela ne veut pas dire qu’elles n’en valent pas la peine.

 

Je tiens à préciser, tu n’a pas être à être dégouté par ton corps pour être une femme trans ou une personne non-binaire. Ce ne sont pas toutes les personnes trans qui ressentent une grande dysphorie corporelle. Il est possible de vouloir gagner un peu de fesses et de hanches sans ressentir de haine ou de désespoir face à son corps.

 

Qui plus est, l’orientation sexuelle est une autre composante distincte. Tu n’as pas à avoir d’attirance pour les hommes pour être une femme, ou une personne féminine. 

 

En bref, je t’encourage donc à réfléchir aux choses que tu pourrais vouloir changer ou non et à explorer différentes façons d’exprimer ta féminité. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, à toi de voir ce qui est possible et ce qui te ferait du bien.

 

En te souhaitant de trouver ce que tu cherches,

 

Maxim·e, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.