#anxiété
#Bisexualité
#couple
#identité
#polyamour
#santé mentale
#vaginisme
21 février 2024

Je me pose beaucoup de questions par rapport à mon couple et à ma bisexualité

Bonjour à toute l’équipe et merci pour ces aides précieuses.

 

J’ai 24 ans, je suis en couple depuis 8 mois avec un homme. La relation a commencé de manière très passionnelle dans le sens où nous avons très vite exprimé notre amour l’un pour l’autre et discuté de futurs projets ensemble.

 

Je vais contextualiser mon problème pour pouvoir le voir dans sa globalité !

Je suis une personne très anxieuse de nature et remettant sans cesse tout en question. Je suis aussi de nature très jalouse envers la vie des autres et ce que je ne me permet pas de faire. J’ai du mal à analyser mes émotions et en tirer une conclusion constructive. Par exemple pour la jalousie, est ce que cela indique systématiquement quelque chose que je veux avoir ?

 

J’ai toujours relationné avec des hommes et les rapports sexuels ont toujours été douloureux. Je souffre de vaginisme et j’ai fait de la rééducation pendant plusieurs mois mais cela n’a pas suffit.

J’ai découvert ma bisexualité il y a plusieurs années en tombant follement amoureuse d’une fille de ma classe. Cela n’a pas abouti à une relation car je n’étais pas assez « lesbienne » pour elle.

 

Dernièrement je me pose de plus en plus de questions par rapport à mon couple et j’en fait part à mon amoureux.

Au début je questionnait le fait d’être en couple exclusif même si je souhaite au fond de moi une relation amoureuse et sexuelle exclusive. Lui ne souhaite pas de relation ouverte et c’est catégorique.

Je laisse beaucoup plus de place à mes doutes que lui et je leur accorde beaucoup d’attention ce qui me rend mal à l’aise.

Le problème est que je veux toujours tout dans tous les domaines de la vie et que j’ai toujours eu des difficultés à choisir.

 

Je me projette avec une famille et des enfants avec lui mais ce schéma m’angoisse car j’ai peur que cela m’enferme. Je ne serai pas capable de quitter une relation même si elle ne me correspond plus car je reste toujours attachée à la personne et je suis très dépendante affectivement.

 

Aujourd’hui j’ai peur de me confronter à la vie et à la réalité et de devoir faire face à mes désirs envers les femmes.

Je sais que je suis bisexuelle mais je sais aussi qu’en restant dans cette relation je n’explorerai jamais cette autre part de moi.

J’aimerai seulement vivre ma relation sans accorder d’importance à ces doutes et attirances.

 

Au niveau sexualité, nous n’avons pas de rapports mais beaucoup de tendresse. Nous essayons de remédier à cela et d’apporter un peu plus d’intimité et de désir dans le couple.

 

Au niveau romantique je sais qu’une seule personne ne pourra jamais me combler et je pense que c’est ok. Le problème est que nous vivons actuellement très isolés et coupes du monde et cela me pèse. Des que je vais en ville, je me sens attirée par des femmes que je vois. Je les trouvent gracieuses, belles et indépendantes. Et cela m’angoisse.

 

La relation avec une femme ou avec un homme est très différente. J’ai surtout peur de l’engagement et d’être frustrée. Sachant que cela touche tous les domaines de ma vie, je pense que c’est un état d’esprit à avoir : ne pas envier ce qu’on a pas.

J’ai du mal à faire la part des choses, à savoir si je partagerai plus de choses avec une femme ou si être très différents dans le couple marche aussi.

Je ne sais jamais ce que je veux et ces questionnement sont justement la cause de tous les problèmes. Je vais bien lorsque je déconnecte de ces questions et vis pleinement ma relation avec lui.

 

Merci pour vos réponses à toutes les questions précédemment posées sur ce site et qui m’ont déjà aidée.

Maxim-e

Bonjour!

 

Merci de nous écrire à nouveau!

 

Si je peux commencer par résumer ton message, tu expliques être anxieuse dans la vie, avoir de la difficulté à faire des choix dans plusieurs domaines car tu as peur de te tromper et de te retrouver dans une situation qui ne te plait pas. Tu te pose des questions par rapport à ton couple, tu ne sais pas si tu veux t’engager et fonder une famille avec ton copain car tu crains d’être enfermée, de ne pas pouvoir explorer ta bisexualité et ne jamais avoir de relation avec une autre femme.

 

J’aimerais commencer par dire que tu es bisexuelle, et que tu restes bisexuelle à travers ta relation avec un homme. Bien qu’à la base, la bisexualité fait référence à la capacité de ressentir de l’attirance pour les hommes et les femmes, je dirais que cela peut aller plus loin. Il s’agit d’une identité profonde, qui vient avec une appartenance à une communauté, une culture, une histoire de revendications politiques. As-tu déjà lu le manifesto bisexuel? Je te conseille aussi de jeter un coup d’œil à cette chaîne YouTube. Sans entrer dans les stéréotypes, il y a beaucoup de personnes bisexuelles qui font des liens entre leur orientation et d’autres aspects de leur personnalité. Ça peut se manifester par un intérêt pour la liberté, les contradictions et les exceptions, ou une défiance des cases et dichotomies, une relation particulière avec la masculinité et la féminité, une remise en questions des orientations hétéro et homoseuelles classiques. Bref, il y a des couples homme/femme qui sont queer.

 

Mais pour en revenir à tes questionnements initiaux, qu’est-ce qui pourrait t’aider à aller mieux? Quelques idées me sont venues en tête à la lecture de ton courriel, elles ne s’appliqueront probablement pas toutes, et il y en a probablement beaucoup d’autres aussi. 

 

Tu pourrais peut-être essayer de te rappeler qu’il n’y a pas de choix parfait, ou de choix qui vont individuellement déterminer le reste de ta vie sans porte de sortie. Plus facile à dire qu’à faire certes, mais c’est le type de pensées qui peuvent aider à faire baisser les attentes et la pression.

 

Tu te sens isolée à l’extérieur de la ville. Est-ce que tu sais s’il y a des événements de la Fierté LGBTQ+ cet été dans ton coin ou pas trop loin? Est-ce qu’il serait possible pour toi d’aller en ville plus souvent, ou même de déménager plus proche?

 

Tu abordes quelques aspects de ton couple, mais tu ne mentionnes pas si tu es heureuse ou comblée avec ton conjoint. Même s’il s’agit de questions difficiles, je crois que tu fais bien de te demander si tu le serais davantage avec une femme ou une personne bisexuelle, en passant de relation en relations, exclussives ou polyamoureuses, ou encore en étant célibataire. C’est beaucoup d’options qui sont toutes légitimes. Si tu hésites face à cette quantité de choix, tu peux toujours essayer de faire une liste de pours/contres, ou des éléments les plus significatifs pour les différentes options.

 

Tu dis t’attacher facilement aux gens et tomber dans des dynamiques de dépendances affectives. Est-ce que tu as l’impression que c’est quelque chose qui est en train de se produire avec ton partenaire actuel? C’est vrai que c’est important d’avoir conscience de ce type de pattern relationnel. Il y a toujours des compromis, par exemple de prendre une pause sans rompre complètement, ou de rester proche d’un.e ex-partenaire sans sortir ou habiter ensemble.

 

Encore une fois, je réalise que c’est pas du tout facile comme réflexions mais qu’elles sont utiles à avoir, que tu finisses par faire des changements dans ta relation ou que tu restes avec le statu quo, pour l’instant ou plus tard. 

 

Enfin, tu apportes te sentir mieux lorsque tu n’es pas dans ces hésitations et lorsque tu te concentres sur ta relation et sur le moment présent. C’est définitivement un bon plan de prendre soin de toi et de faire des choses relaxantes ou stimulantes qui ne touchent pas directement tes grands questionnements existentiels. Parfois les réponses qu’on cherche nous viennent lorsqu’on ne s’y attend pas alors qu’on fait autre chose.

 

Si tu remarques que l’anxiété et l’angoisse prennent beaucoup de place dans ta vie et que ça ne s’améliore pas, un suivi avec un.e professionnel.le en santé mentale pourrait être aidant. C’est un bon moyen de faire du sens de ses émotions et de ses désirs, et d’avoir de la rétroaction directe de la part d’une personne externe.

 

J’ai vraiment l’impression d’avoir introduit plus de questions et de possibilités que de réponses, j’espère que mon texte n’aura pas un effet plus anxiogène que souhaité! SI tu aimerais continuer d’en discuter c’est toujours possible 🙂

 

Solidairement,

 

Maxim·e, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres

Similaire