Je me demande si je ne m’identifie pas bisexuelle par lâcheté, par manque de courage d’assumer mon homosexualité.


Bonsoir à vous,
Je viens de découvrir votre site en tapant des mots-clés sur Google, et je le trouve très utile.
Je voudrais votre avis et peut-être vos explications par rapport à mon orientation, puisque je suis totalement perdue dernièrement.
En effet, j’ai toujours eu des flirts et j’ai toujours été en couple avec des garçons. Cependant, je me suis découverte une attirance pour les femmes en arrivant au lycée, et quelques signes me laisser présager avant qu’elles m’attiraient, je m’en rends compte aujourd’hui.
D’un autre côté, je n’ai jamais eu l’occasion d’être en couple avec une autre fille (je n’ai pas fait mon coming out à tous mes amis, j’ai vraiment du mal, donc il est compliqué pour moi de draguer d’autres filles).
Je m’identifiais donc jusqu’à présent comme bisexuelle, toutefois je réalise que les garçons m’attirent de moins en moins. J’ai l’impression de leur parler, d’entrer dans un jeu de séduction avec eux, juste pour être considérée “dans la norme”, c’est-à-dire ayant des relations hétérosexuelles.
Je suis toujours vierge, je n’ai jamais eu de relations avec un garçon, mais l’idée d’en avoir me rebute quelquefois, et en avoir avec des filles m’attirent bien plus. D’ailleurs le corps masculin ne me donne pas envie, les organes masculins ont même tendance à me dégoûter…
En plus, à chaque fois que je parle un garçon, je finis toujours par trouver “le truc” qui fait que je bloque, que je n’ai plus envie de lui parler, et je m’éloigne de plus en plus. J’ai l’impression de ne pas pouvoir m’entendre avec un garçon sentimentalement parlant, et cette impression s’est renforcée après que je me sois inscrite sur une application de rencontre, où le courant passe bien mieux avec les filles.
Je me demande si je ne m’identifie pas bisexuelle par lâcheté, par manque de courage d’assumer mon homosexualité. Il m’arrive de trouver des hommes beaux et attirants, de bien parler avec eux, mais une fois que je pousse les conversations plus loin (pendant plusieurs mois), le charme se rompt.
Pourriez-vous m’éclairer sur mon orientation sexuelle? Pensez-vous que je suis vraiment bisexuelle, ou que je n’assume juste pas mon homosexualité?
D’ailleurs, je ne l’ai pas mentionné auparavant, mais ma mère et ma soeur savent que je suis bi, et ma mère souhaite que je ne le dise à personne, et semble penser que ce n’est qu’une crise identitaire puisqu’elle m’a déjà dit, quand j’ai exprimé mon désir de faire mon coming out auprès de mes amis, qu’il fallait que j’attende que ce soit “vrai”, et que je sois “vraiment dans une relation avec une fille”. Je me demande donc si elle ne renforce pas (involontairement et de façon maladroite) mon mal-être quant à mes orientations romantique et sexuelle.
Merci d’avance pour votre réponse, et désolée d’avance si mes questions et explications semblent confuses 🙂
Alex

Salut Alex,
 
Merci de nous faire confiance avec ta question. Si je comprends bien, tu t’identifies présentement comme bisexuelle mais tu te demandes si tu en fait homosexuelle, est-ce que j’ai bien compris?
 
Premièrement, je ne sais pas si ça peut t’être utile, mais certaines personnes n’ont pas la même orientation romantique (attirance émotionnelle) que leur orientation sexuelle (attirance sexuelle). C’est-à-dire qu’une personne pourrait être à la fois biromantique (qui a des attirances romantiques pour plus d’un genre) et hétérosexuelle (qui a des attirances sexuelles pour un autre genre), par exemple. Après, toutes les combinaisons sont possibles, que celles-ci concordent ou non. Si tu trouves que ça peut être intéressant à explorer, ou si tu veux découvrir des mots que les gens utilisent en général pour décrire leur orientation, je te laisse ces petits lexiques ici.

Deuxièmement, j’imagine que tu le sais déjà, mais être bisexuel(le) n’équivaut pas nécessairement à avoir des attirances pour les garçons dans 50% des cas et pour les filles dans l’autre 50% des cas. Bien sûr, c’est possible, mais plusieurs personnes bisexuelles pourraient avoir une attirance plus marquée pour tel ou tel genre, par exemple une personne bisexuelle qui éprouverait dans 80% des attirances pour les filles et dans 20% des attirances pour les garçons, ou une personne bisexuelle qui éprouverait des attirances pour les garçons dans 50% des cas et pour les personnes non-binaires dans 50% des cas, etc. Je simplifie un peu parce que je ne crois pas que les gens font ce genre de statistiques au sujet de leurs attirances, puisque bien sûr, ça peut être un peu plus flou et complexe, mais l’important, c’est de se sentir bien avec les mots dont tu te sers pour parler de toi-même. Par exemple, imaginons une femme qui n’aurait eu qu’une relation/attirance avec un homme, et le reste de ses attirances ont toujours été pour des femmes pourrait se considérer bisexuelle et une autre femme dans la même situation pourrait se considérer gaie, reflétant la majorité de ses relations/attirances. Tes expériences passées, présentes, ce que tu recherches dans le futur, ce que les mots homosexuel.le, bisexuel.le, etc. évoquent pour toi sont autant de facteurs qui peuvent te permettre de déterminer avec quel mot (ou absence de mot, c’est correct de ne pas mettre d’étiquette sur son orientation aussi) tu te sens plus à l’aise. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. 
 
Il y a aussi plusieurs questions que tu pourrais te poser, si tu sens que ça pourrait t’être utile. Par exemple, est-ce que tu trouves plus effrayant de t’identifier comme homosexuelle? Est-ce que tu as peur des préjugés sur les personnes bisexuelles? Est-ce que tu crains la réaction de tes proches? 
 
Finalement, il ne faut pas non plus oublier que l’orientation est quelque chose qui est souvent fluide et peut changer (parfois très subtilement, parfois plus drastiquement) selon les périodes de la vie d’une personne. L’important, c’est aussi d’écouter tes sentiments du moment, qu’en penses-tu? Si tu sembles dire que tu es plus attirée par les femmes en ce moment, si j’ai bien compris ta question, tu peux te donner la liberté d’explorer davantage si tu le souhaite cette facette de ton orientation, peu importe l’étiquette que tu utilises pour la décrire. À l’inverse, ce n’est pas parce que tu n’as pas d’expérience romantique/sexuelle avec des femmes que tu es automatiquement moins bisexuelle/homosexuelle, puisque ce sont des mots qui reflètent des attirances et non des expériences. Tu n’as pas non plus à attendre de sortir avec une fille pour faire un coming out. Tu pourrais choisir de faire un coming out en tant que bisexuel.le même si le hasard faisait que tu sortais avec des garçons pour le reste de ta vie. Tu vois ce que je veux dire? Si tu sens que tu as besoin ou envie de fair un coming out et que tu te sens en sécurité (financière, physique, psychologique, etc) pour le faire, tu peux tout à fait décider de le faire. Je comprends que tu es sûrement déçue des propos de ta mère. Souvent, des parents disent des choses maladroites par crainte que leur enfant se fasse rejeter ou ridiculiser s’il révèle une orientation différente de la norme, et pensent le/la protéger en lui conseillant de garder ça secret ou en réprimant inconsciemment cet enjeu en se disant que ce n’est qu’une phase. Je ne sais pas si c’est le cas avec ta mère, mais penses-tu que ça pourrait te faire du bien et débloquer un peu la situation de lui parler de tes sentiments par rapport à ça? En général, ça peut aussi te faire du bien de parler de tout ça avec une personne en qui tu as confiance et qui ne va pas te juger, par exemple un.e membre de la famille, un.e ami.e ou un.e professionnel.le de la santé. Est-ce que tu penses que ça t’aiderait? 
 
Pour finir, je crois qu’explorer tes attirances, que ce soit en en discutant, en y réfléchissant, ou en lisant des témoignages d’autres personnes, etc. pourrait t’aider à y voir plus clair. Peu importe les mots que tu utiliseras, rappelle-toi que le plus important est que tu sois à l’aise avec le ou les mots que tu choisiras, que ce sont des mots que tu choisis pour toi et non pour faire plaisir à quelqu’un d’autre ou répondre à des attentes et que tu peux toujours changer d’idée sur les étiquettes que tu emploies autant de fois que tu le souhaites. J’espère que cette réponse a pu te donner quelques pistes de réflexions, et n’hésite pas à nous réécrire.
 
Si tu le souhaites, voici quelques autres réponses de mes collègues à des jeunes vivant une situation similaire à la tienne. Je t’invite à les consulter afin de compléter les mots que je te partage en ce moment. 🙂 Et puis, pour finir, si jamais tu te retrouves dans une situation très difficile, tu peux toujours contacter Le Refuge. Tu peux aussi contacter C’est Comme Ça au besoin si tu ressens le besoin de discuter de façon anonyme de ta situation avec des intervenant.e.s spécialisé.e.s à soutenir les jeunes LGBTQ+.

Prends bien soin de toi et n’hésite pas à nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin. 
 
A.b, pour AlterHéros
 


About abab

Bonjour, Je suis étudiant.e dans le domaine de la santé et il me fait plaisir de discuter avec vous.

Leave a comment