Je me considère comme un “homme lesbien”: suis-je transgenre?


Suis-je transgenre?
Bonjour , depuis 8 mois je me considère un Homme lesbienne.
C’est-à-dire une femme lesbienne dans le corps de un homme hétéro.
J’ai aucun problème avec mon corps et pour le test de la baguette magique c’est non. Je suis un homme à l’extérieur mais je suis une lesbienne a l’intérieur.
Je me sens au milieu du placard. Si je suis transgenre, je dois le dire à mes parents, et comment? Quelques jours, je me sens plus femme et d’autres, plus homme. Ça serait une transsexualité interne? Merci d’avance 🙂
Bruno
 
Bonjour Bruno,
Merci beaucoup de nous avoir écrit. Vous êtes un homme et vous êtes heureux dans votre corps d’homme. Si vous pouviez choisir, vous ne le changerez pas pour un corps de femme. Par contre, intérieurement, vous vous considérez comme une lesbienne. Vous vous demandez si vous êtes un transgenre et, si oui, si vous devriez en parler à vos proches.
Le coeur de cette question, selon moi est: en quoi vous considérez-vous comme une lesbienne intérieurement? Est-ce parce que vous vous identifiez davantage à ce qui est “supposé” intéresser une femme lesbienne (j’écris “supposé” car il existe autant de types de femmes lesbiennes qu’il existe de lesbiennes. Certaines aiment la cuisine asiatique, d’autres le hockey, d’autres la couture, d’autres le ski, d’autres la mécanique, etc.) qu’à ce qui supposé intéresser les hommes de votre âge? Est-ce parce que vous vous entendez mieux avec les lesbiennes qu’avec les autres individus? Est-ce parce que vous êtes exclusivement attiré sexuellement par les lesbiennes? Ou est-ce parce que, lorsque vous essayez de vous définir intérieusement, c’est le premier mot qui vous vient spontannément à l’esprit?
Si je pose ces questions, c’est que votre courriel donnait peu de précisions à ce sujet. Si votre identité “lesbienne” relevait par exemple seulement du fait d’une attirance sexuelle exclusive pour des femmes lesbiennes et que, dans votre imaginaire, vous désiriez leur faire l’amour à l’aide de vos organes génitaux masculins, cela pourrait relever davantage du fétichisme, c’est-à-dire d’une fixation sexuelle sur un objet ou -comme dans ce cas-ci- sur un type de personnes précis. Le fétichisme n’a rien de mal, de pervers ou de dégoûtant. Ce n’est qu’une forme de sexualité comme une autre. Le seul problème qui peut subvenir, c’est malheureusement dans des cas comme ici: il y a très, très, très peu de chances qu’une femme lesbienne ait envie de coucher avec un homme, même si celui-ci est fou de désir ou d’amour pour d’elle: par définition, une lesbienne ne s’intéresse qu’aux femmes.
Si votre identité lesbienne repose surtout sur le fait que vous avez constaté que vous avez beaucoup plus d’intérêts communs avec les lesbiennes de votre entourage qu’avec les autres individus, peut-être auriez-vous intérêt à élargir votre cercle de connaissances et à faire de nouvelles expériences afin de poursuivre votre réflexion. Peut-être que vos observations sont justes et vous êtes effectivement lesbienne, mais il serait intéressant de confronter cette idée à de nouvelles expériences pour la tester.
Si par contre cette identité repose sur un profond sentiment intérieur, alors oui, il est possible que vous soyez lesbienne même si vous avez un corps d’homme. Si vous tenez à mettre un nom sur cette identité, vous pourriez alors vous considérer comme transgenre, c’est-à-dire un individu dont l’identité de genre (le faite de se sentir “homme” ou “femme”) ou l’orientation sexuelle ne correspond pas forcément à l’identité biologique (avoir un corps “homme” ou un corps “femme”).
Pour ce qui est d’en parler à votre famille, je vous conseillerais de vous poser cette simple question: pourquoi voulez-vous leur en parler? Est-ce pour enlever un poids de sur vos épaules? Pour avoir quelqu’un à qui en parler? Une “sortie de placard” n’est jamais évidente, peu importe notre âge. Parfois, elle est facilitée par notre milieu. Est-ce que vos parents sont ouverts d’esprit?
Si vous croyez pouvoir obtenir quelque chose de bénéfique en leur parlant, faites-le. Mais vous n’êtes pas obligé. L’un des droits que vous avez est de leur parler quand vous le souhaitez et où vous le souhaitez, mais seulement si vous en avez envie. Si vous le faites, essayez de rester simple. Faites des phrases courtes. Expliquez-leur pourquoi c’était important pour vous de leur en parler.
Bonne chance, et n’hésitez pas à nous réécrire pour toute autre question!
Pascale


About Pascale

Pascale détient un baccalauréat en éducation du français et de la morale au secondaire. Elle a aussi une maitrise ès arts en littérature avec un mémoire sur la nouvelle érotique féminine au Québec (2007).

J'aime l'idée que, grâce à Internet, il m'est possible d'aider des gens qu'il me serait difficile, parfois même impossible, de rencontrer en personne. J'ai beaucoup, beaucoup, beaucoup lu sur la sexualité et les relations amoureuses dans le cadre de mes études - mais aussi par intérêt personnel - et je suis heureuse quand je peux aider en partageant ces connaissances.