J’ai plusieurs questions entourant les différentes attirances et le spectre de l’asexualité.


Bonjour,
Tout d’abord, j’aimerais savoir, quelle est la différence entre l’attirance sexuelle et l’attirance sensuelle. Qu’est-ce que l’attirance sexuelle et qu’est-ce que l’attirance sensuelle?
Ensuite, comment savoir si l’on est asexuel•le ou si l’on a un blocage social ou psychologique inconscient?
Finalement, quelle est la différence entre une personne qui s’identifie comme demisexuelle et greyace?
Merci beaucoup! Bonne journée!

Salut Lalie,

Tout d’abord, merci pour tes questions et ta confiance envers AlterHéros. Si je comprends bien ta question, tu aimerais mieux comprendre les distinctions entre différentes terminologies du spectre asexuel pour mieux y naviguer dans ton processus de questionnement ?

Premièrement, comme tu le mentionnes, en effet il n’y a pas que l’attirance sexuelle comme forme d’attirance. La principale distinction entre ces deux formes d’attirance est que l’attirance sexuelle se réfère au désir d’avoir des contacts sexuels avec une ou d’autres personnes, alors que l’attirance sensuelle se réfère au désir d’avoir des contacts physiques non sexuels avec une ou d’autres personnes, comme des câlins, se tenir par la main, voir même embrasser une autre personne. Il y a aussi d’autres formes d’attirances, telles que platonique, romantique et quasi-platonique par exemple. Je te laisse ici le lien vers un site web, en anglais par contre, qui présente les distinctions du vocabulaire de la communauté aromantique et asexuelle. Il y a aussi plusieurs vidéos sur youtube, comme celle-ci, qui en parle.

Par rapport à ta seconde question, l’asexualité est une orientation sexuelle qui est définie comme le fait de ne pas ressentir, ou que très peu, d’attirance sexuelle envers d’autres personnes. Ainsi, si on parle de blocage psychologique envers la sexualité, l’attirance sexuelle pourrait tout de même être ressentie, seulement sans le désir de passer à l’acte. Alors que pour l’asexualité, c’est de ne pas ressentir cette forme d’attirance. Les deux ne sont cependant pas mutuellement exclusifs et c’est tout à fait valide de ne pas vouloir de relation sexuelle avec d’autres personnes, ce n’est pas réservé aux personnes asexuelles. 

En effet, sur le site web de Asexual Visibility and Education Network (AVEN), il y est défini différentes attitudes envers la sexualité qu’une personne peut avoir. Même si c’est plus communément discuté au sein de la communauté asexuelle, désirer avoir une relation sexuelle avec d’autres personnes ou non ne leur est pas exclusif. C’est tout à fait possible de ne pas ressentir d’attirance sexuelle envers d’autres personnes et vouloir des relations sexuelles avec celles-ci, tout comme c’est possible de ressentir de l’attirance sexuelle envers d’autres personnes, mais ne pas désirer avoir des relations sexuelles. L’important c’est de te respecter là-dedans et de respecter tes besoins.

Finalement, il y a en effet toute une gamme d’identités au sein du spectre pour identifier différentes manières de ressentir de l’attirance sexuelle. Au niveau du vocabulaire, la demisexualité fait référence à une personne qui peut ressentir de l’attirance sexuelle seulement lorsqu’un lien émotionnel fort est créé. Tandis que grayace est une identité plus générale, parfois même un terme parapluie, qui fait référence au fait de ne ressentir que très rarement de l’attirance sexuelle. Ainsi, la demisexualité peut faire partie du spectre de la gris-sexualité (grayace), alors que d’autres personnes vont préférer s’identifier comme grayace en tant qu’identité ace à part entière. Les différentes identités sont liées à des définitions spécifiques, mais le but de celles-ci est de pouvoir s’identifier à un terme qui fait du sens pour nous. Ces étiquettes ne sont que des outils langagiers disponibles pour nous et c’est quelque chose qu’on peut utiliser pour nous même, pour qu’on se sente confortable dans la manière dont on se définit et qui fait du sens pour soi-même. Les identités sont aussi quelque chose de flexible et de fluide, alors c’est totalement possible qu’en ce moment, ce soit une identité spécifique qui fait du sens pour toi, par exemple la demisexualité, et que dans quelques mois, tu découvres un nouveau terme qui fasse plus de sens pour toi et changer de terme. Il y a d’ailleurs plusieurs autres identités sous le spectre ace. Une petite liste (cependant en anglais aussi) est disponible ici.

Au fil de ton processus de questionnement, tu vas te découvrir de plus en plus et c’est tout à fait correct de changer d’identité et de te permettre cette fluidité. La communauté est d’ailleurs très présente sur internet, sur les plateformes de youtube et tiktok notamment, pour partager ses différentes expériences, cette vidéo par exemple. Personnellement, ce genre de vidéo m’a permis de mieux comprendre mon expérience personnelle et de mieux me définir au sein de la communauté ace.

J’espère que ces éléments de réponse t’aideront dans ton parcours identitaire. N’hésite pas à nous réécrire si tu as d’autres questions.

Alex Nadeau – intervenant·e bénévole pour AlterHéros

[Tous les pronoms et accords alternés]

 


About Alex Nadeau

En direct de Rimouski, Alex [tous les pronoms et accords], autiste queer, trans non binaire et aro/ace, se passionne pour la vulgarisation et milite pour la représentation des communautés LGBTQ+, aro/ace et neurodivergente. Ayant terminé un baccalauréat en psychologie, ael fait sa maîtrise en développement régional et territorial à l'UQAR sur l'inclusion des personnes LGBTQ+ dans la région québécoise du Bas-St-Laurent. Petit oiseau de nuit, Alex adore la pluie et sa couleur préférée est le vert.

Leave a comment