J’ai plusieurs questions entourant la COVID, le VPH et la dysphorie de genre…


Bonjour,

Tout d’abord, merci et chapeau pour le travail que vous faites…
Ensuite, par rapport à mon dernier échange avec vous, j’ai continué mon questionnements.
J’ai teste le vibro et même la technique que vous aviez renseignée.

Au début, c’était bien, jouissif, mais quand j’ai commencé à chercher du côté non-binaire ou trans, l’actualité anxiogène de twitter m’a vraiment pris la tête et un jour, je me suis pris la tête (style crise de dysphorie de genre) pour savoir si j’allais aimer avoir des seins. Donc, j’ai mis cette théorie de non binarité/transgenre de côté.

Et j’en suis revenu à ma question de base : Pourquoi j’aime pas mon appareil génital ?
–> Est-il possible de faire une sorte de dysphorie de genre parce que l’on à eu une relation sexuel avec une femme et/ou des hommes. (Exploration asexualité)
–> Que la masturbation me suffit ? (Masturbation pour réguler mon anxiété/angoisse)

Parce que ce qui me turlupine, c’est de ne pas aimer mon appareil génital, mais de fantasmer et dessiner des pénis.

Ce qui est contrariant pour moi, dans l’état actuel et vis à vis de la masturbation, c’est que cela m’apporte d’autres stress. J’ai visiblement pris une phobie vis-à-vis des MST/IST et alors que je n’ai RIEN DU TOUT (testé en 2020, reste à vérifier HPV*)
Et la peur de transmettre (sûrement du au COVID-19 et à des erreurs de ma part du passé (voir un autre échange avec vous) est présente, donc j’ai mis en place une série de mesure :
– un fauteuil dédicacé avec un drap pour s’asseoir ,
– Papier essuie-tout pour m’essuyer le ventre
– En attendant ma commande de gel désinfectant pjur(https://www.erotes.be/products/pjur-gel-desinfectant-pour-les-mains-100-ml), j’utilise drap dédicacé pour cela puis vais me laver les mains

Maintenant, est-ce suffisant ?
Faut-il que j’achète ceci : https://www.erotes.be/collections/meubles-de-sexe/products/nuru-drap-de-lit-en-pvc ?
Et pour nettoyer des objets (poignées de porte, …) de tout les jours, est-ce qu’un simple produit de nettoyage suffit ?

En gros, une suggestion d’article : hygiène sexuel et hygiène de maison pour une masturbation en toute sécurité et propreté.

PS : au fait, j’ai trouver un article qui m’effraie un peu: https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=ejaculer-quatre-fois-semaine-risque-cancer-prostate
Moi qui est à 4/5 branlettes sur une journée, si je décide de laisser libre court à mes besoins…
=> Est-ce que cette article dit vrai ou non.

* HPV se transmet pas par le sperme, mais par contact peau/peau … si j’ai bien compris

 

Stéphane

Bonjour Stéphane!

 

Merci à toi de continuer de nous faire confiance avec tes préoccupations! J’ai consulté tes précédentes questions et je crois bien être en mesure de te répondre aujourd’hui.

 

Donc, tu ressens un grand inconfort avec tes organes génitaux que tu associes possiblement à de la dysphorie de genre et que tu aimerais mieux comprendre. Tu t’inquiètes d’avoir attrapé le VPH (virus du papillome humain) et aimerais t’assurer d’éviter de le transmettre. À cet effet, tu aimerais quelques ressources en matière d’hygiène sexuelle et générale. Enfin, tu as une question sur le lien entre masturbation et risque de cancer de la prostate.

 

On va y aller une à question à la fois. 🙂 Premièrement, allons-y avec les organes génitaux et la dysphorie. J’aimerais commencer par te donner les informations suivantes : 

  • La dysphorie de genre est un sentiment parfois intense d’inconfort en lien avec son genre, lorsque la façon dont on se perçoit ou on est perçu.e par les autres ne correspond pas à ce que l’on ressent à l’intérieur. Elle peut notamment se manifester en lien avec différentes parties de son corps, sa voix, son apparence ou le vocabulaire utilisé pour nous décrire.
  • Les hommes, les femmes et les personnes non-binaires peuvent avoir des corps, des organes génitaux et des sentiments très différents. Il est possible, par exemple, d’être une femme trans et d’être heureuse avec son pénis, d’être un homme cis et de le détester, d’être non-binaire et d’être plutôt neutre envers son corps, etc.
  • Chaque personne est unique! Ton expérience n’a pas à être identique en tout point à celle d’autres personnes, qu’iels soient cis, trans ou non-binaires.

 

Tu dis avoir été exposé à des informations sur Twitter et vécu une crise de dysphorie de genre à l’idée d’avoir des seins. Sache que tu n’es pas du tout obligé de t’en procurer si cela ne t’intéresse pas. Il est possible que cette détresse soit liée à ton identité de genre, mais pas nécessairement non plus. Tu peux tenter d’explorer tes sentiments en lien avec ton genre, ce que tu aimes, ce que tu désires changer et ce que tu veux garder. Souviens toi que l’identité de genre est un ressenti bien plus profond et complexe que la simple présence d’une poitrine ou non.

 

L’identité de genre diffère de l’orientation sexuelle et romantique. C’est pour cela qu’il est possible d’aimer les pénis des autres, mais de ne pas aimer le sien ou de vouloir s’en débarrasser. Une personne peut être attirée et avoir des relations intimes avec des personnes de différents genres et être confortable avec sa propre identité de genre, avec le genre qu’iel est dans sa tête et dans son cœur. Il est aussi possible de vivre certaines expériences qui réveillent en nous des questionnements sur d’autres aspects de notre vie. Tu nomme l’exploration de l’asexualité, c’est-à-dire l’absence d’attirances sexuelles envers d’autres personnes, qu’elle soit accompagnée d’abstinence ou non, est-ce que c’est bien ce à quoi tu fais référence?

 

Tu te demandes si la masturbation peut suffire pour contrôler ton anxiété. D’un côté, il est vrai que la masturbation peut apporter du soulagement au niveau du stress et de l’humeur. Ça peut être un très bon outil pour apaiser la tension! Cela peut aussi aider à mieux connaître son corps, ses zones érogènes et ses préférences en termes de sexualité. Par contre si tu as l’impression que tes questionnements et ton anxiété continuent de prendre beaucoup de place tu pourrais considérer l’option de consulter un.e professionnel.le de la santé de ta région pour développer d’autres stratégies complémentaires. En attendant, je peux t’offrir des techniques de pleine conscience, de grounding, de respiration et de relaxation musculaire.

 

Deuxièmement, explorons ce qui est des Infections Transmissible Sexuellement et par le Sang (ITSS). Félicitations pour ton test négatif! Si tu as des relations sexuelles avec des partenaires, il est important de passer un test de dépistage à l’occasion. Je tiens vraiment à te rassurer : il n’y a aucune évidence de risque de contracter ou de transmettre une ITSS par la masturbation solitaire. Les molécules infectées ne survivent pas sur la peau ou les surfaces suffisamment longtemps pour réalistement infecter une autre personne, surtout si tu désinfecte les surfaces que tu touches, que tu laves ton vibrateur et tes mains après. 

 

Concernant le Virus du Papillome Humain (VPH) spécifiquement, tu continues de douter d’être positif sans le savoir et de le transmettre accidentellement. Comme tu le soulignes, il ne peut être transmis que par contact avec la peau, une muqueuse ou une lésion, principalement lors de pénétration anale, orale, vaginale, digitale ou par le partage de jouets sexuels. C’est un virus très commun, on estime que 75% des Canadien.nes actif.ves sexuellement l’attraperont un jour ou l’autre au cours de leur vie. Ça peut sembler inquiétant, mais sache qu’il s’agit d’un virus asymptomatique, qui guérit généralement spontanément sans conséquences sur la santé. Les principales complications associées sont certains cancers (cancer du col de l’utérus) et l’apparition de verrues (condylomes) génitales. Ces verrues sont traitables, mais il n’y pas de traitement pour le VPH en soi étant donné qu’il disparaît par lui-même. Il existe un vaccin pour prévenir l’apparition du virus et des condylomes qui est recommandé pour les personnes de 9 à 26 ans, autrefois administré seulement aux filles mais aujourd’hui à tout le monde. Selon le formulaire, tu ne fais plus partie de cette catégorie d’âge, c’est donc parce que l’on considère que tu es moins à risque.

 

Il est normal d’avoir plus d’inquiétudes sur la santé et les infections en ces temps de pandémie. Tu sembles déjà prendre de très bonnes mesures pour éviter la transmission de la COVID. Pour le nettoyage à la maison, je crois que le site info-coronavirus de Belgique répond bien à ta question :

Pour nettoyer votre logement, vous ne devez pas acheter de nouveaux détergents. Le produit que vous utilisez habituellement est suffisant. Si un membre de votre ménage était contaminé (ou était peut-être contaminé), alors, désinfectez une fois par jour les surfaces dures qui sont fréquemment touchées, comme les poignées de portes. Vous pouvez le faire avec de l’eau de Javel.

N’hésite pas à consulter la page complète ici ou encore la section nettoyage et désinfection des surfaces de l’INSPQ pour plus de détails. Pour l’hygiène en matière de sexualité en temps de COVID-19, la BCCDC indique que : VOUS êtes votre propre partenaire sexuel le plus sécuritaire. Vous ne transmeterrez pas la COVID-19 par la masturbation (sexe solo). Tu seras peut-être rassuré d’apprendre que la transmission du virus par le sperme ne semble pas vraiment possible, jusqu’à preuve du contraire.

 

Troisièmement, explorons le lien entre cancer de la prostate et masturbation. Tel qu’indiqué dans l’article que tu partages, il y a déjà plusieurs recherches qui semblent conclure que la masturbation et l’éjaculation régulière permettent plutôt de réduire les risques de cancer de la prostate. Il est question dans l’article d’une nouvelle recherche avec des résultats légèrement différents et qui introduit l’impact d’autres facteurs comme l’âge des premières relations sexuelles et le nombre de partenaires. La littérature scientifique est parfois complexe à analyser, et les articles de vulgarisation en ligne ne prennent pas toujours en compte toutes les subtilités. Ce n’est pas un lien direct où 4 éjaculations/semaine mène à un cancer dans tous les cas. Ce que je peux te dire en tant que sexologue en formation c’est que le consensus scientifique est plutôt que la masturbation possède de nombreux bienfaits pour la santé et que se masturber plusieurs fois par jour n’est pas dangereux en soi. Il peut y avoir des effets négatifs à une masturbation excessive, comme une légère irritation de la peau ou encore de l’évitement de responsabilités et d’obligations personnelles et sociales. Toutefois il n’y a pas de chiffre magique, c’est différent pour chaque personne. À toi de voir si tes pratiques répondent adéquatement à tes besoins sans te causer de difficultés.

 

Voilà, est-ce que ça répond à tes questionnements? Tu peux nous écrire s’il y a autre chose!

 

Bon courage,

 

Maxime, stagiaire pour AlterHéros


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment