J’ai des boutons autour de l’anus, que faire ?


bonjour je vais tres mal et je suis affolé je ne sais pas quoi faire
voila je suis homo et j’ai eu des relations avec des mecs dans ma vie
je viens de me rendre compte que j’avais des bouton autour de mon anus d’après ce que j’ai trouvé sur le net c’est des verrues génitales j’ai peur je suis en algerie j’ai pas de quoi aller voir un medecin y a t il un moyen de guerir sans medicaments avec des trucs de grand-mère !! j’ai vu sur le net que ça pouvait devenir un cancer est-ce que c’est vrai ?
merci de me répondre !!je vous remercie de votre aide j’attend votre reponse

Bonjour Kamel,

Merci d’avoir écrit à AlterHéros. Je vois que cette situation de cause beaucoup d’angoisse donc j’espère que la réponse qui suit saura apaiser ta peur. La meilleure façon de vérifier si vraiment les boutons qui sont apparus sont des verrues génitales serait de consulter un médecin. Même si souvent l’infection est décelée par observation, d’autres infections transmises sexuellement peuvent avoir comme symptôme des boutons donc un diagnostic officiel confirmer le type d’infection.

De plus, un diagnostic pourrait révéler si tu as d’autres infections concomitantes, car ce ne sont pas toutes les ITSS (infections transmissibles sexuellement et par le sang) qui sont symptomatiques. Concernant tes questions sur les verrues génitales, celles-ci sont associées à une infection transmise sexuellement, le virus du papillome humain (VPH). Par contre, il est plus exact de dire les virus étant donné qu’il existe plusieurs types de celui-ci. Ce ne sont pas toutes les sortes de VPH qui causent des verrues génitales. De plus, les verrues anales ne causent pas le cancer.

Seulement certains types de VPH à risque élevé peuvent causer le cancer. Par contre, il est possible pour une personne d’avoir plus d’un type de VPH, de là l’importance d’aller voir un professionnel de la santé. Le VPH se transmet lorsque les verrues sont présentes, mais aussi lorsqu’il n’y a pas de symptômes visibles. Le traitement des verrues est possible, ce qui permet la disparition de celle-ci, mais le VPH n’est pas guérissable. Donc pour diminuer les risques d’infecter un partenaire ou pour éviter la réinfection par un autre type d’ITSS, l’utilisation du condom est recommandée. Attention par contre, celui-ci ne couvre pas toute la zone pouvant héberger des condylomes (verrues génitales) – elles peuvent se retrouver à la base du pénis et sur l’anus.

Bonne chance,

Andréanne, AlterHéros

Leave a comment