Ma vie professionnelle et quotidienne comme transgenre

Salut a tous ceux que ca concerne ,je suis une transgenre qui travaille dans le domaine de la mode et je me sens un peu solitaire car dans mon monde cest bcp de gens straitgh et quelque gay mais je travaille pas avec les gay ou lesbienne ou je les ai pas rencontrer je suis pluto une personne tranquille et je me sens pas appartenir ou avoir les meme intérêt a part la mode meme les connaissances et amies transe on ne se rattache pas elles aimes sortir et boire ,drogue etc… moi jaime bien danser mais jaime avoir le controle de ma tete et de mon corp so voila juste un temoignage dune personne qui se sent seule au monde des fois .

kia

Salut! À tous ceux que ça peut concerner, je suis une transgenre qui travaille dans le domaine de la mode. Je me sens un peu solitaire, car dans ce monde, il y a  beaucoup de gens hétérosexuels et quelque gays, mais je ne travaille pas beaucoup avec des gays ou des lesbiennes puisque je n’ai pas l’opportunité d’en côtoyer régulièrement.
Je suis plutôt une personne tranquille et je n’ai pas de sentiment d’appartenance à ce milieu ou les même intérêts que les gens qui s’y retrouvent à part la mode; je ressens la même chose avec mes connaissances et amies trans du milieu: nous ne sommes pas proches puisqu’elles aiment sortir, boire, prendre de la drogue, etc. En ce qui me concerne, j’adore sortir dans les clubs pour danser, mais j’aime avoir le contrôle de ma tête et de mon corps.
Alors voilà, je vous présente le témoignage d’une personne qui se sent parfois seule au monde dans le milieu de la mode et au quotidien. Je reste souvent positive puisqu’un un jour, je trouverai des gens qui me ressemblent, sinon je serai comme le prince et sa fleur sur la lune. Même que parfois, je me crois asociale. Pourtant, dans le cadre de mon travail, je dois conseiller des gens sur des produits. C’est un emploi super et tout va bien de côté-là. Il n’y a qu’un minimum de gens qui se rendent compte que je suis transgenre: leur réaction va du malaise au rire, car l’inconnu fait réagir le monde bizarrement.
J’ai un copain hétéro (que je dirais bisexuel aujourd’hui) qui vit dans un monde on ne peut plus hétéro. Nous ne parlons pas ouvertement de mon transgendérisme avec ses amis, car on ne se présente pas aux gens hétéros comme étant transgenre, lesbienne, gai, etc. Je suis quand même assez chanceuse que ça ne paraisse pas physiquement. Il n’y a que ma voix que je dois travailler puisque c’est une voix ni tout à fait masculine ni tout à fait féminine. Toutefois, ma voix provoque des questionnements et c’est le seul truc qui me dérange encore.
Si les stéréotypes n’existaient pas, je crois que, depuis notre jeunesse, nous aurions découvert que nous sommes tous différents et uniques.Toutefois, le fait d’avoir déterminé des normes et attitudes précises à adopter pour les gars et les filles finit par rendre confus tous ceux qui ne se retrouvent pas dans ces diktats sociaux. Un jour il y aura plus de diversité a la télévision et, partout ailleurs, il n’y aura plus de tabous.
Depuis que je suis née, j’ai toujours su que j étais une fille, mais n’ayant pas de modèles transgenres et ne sachant pas quoi faire, je vivais une vie disons « normale » dans un corps qui n’était pas le mien. C’est en découvrant que les transsexuelles et des transgenres existaient que j’ai su que je pouvais être qui je suis. Je n’ai fait le pas pour l’hormonothérapie qu’à l’âge de 24 ans tout en n’étant pas sûre de pouvoir vivre tous les jours avec mon identité de genre à cause de la peur. C’est en me disant «merde, j’ai juste une vie à vivre, je ne suis pas un chat» que j’ai décidé d’assumer pleinement qui je suis.
Maintenant, je jongle avec l’idée du changement de sexe, mais j’ai encore peur pour la chirurgie. Je suis une personne qui n’aime pas les choses « fake » comme les implants; je veux garder mon corps au naturel. Je veux que mon corps ne se transforme au complet que sous l’effet des hormones. Néanmoins, comme toute les filles, j’aime le maquillage et je m’en mets un peu pour m’embellir!
Finalement, j’espère juste que vous me comprenez un peu mieux et j’espère avoir réussi à partager un petit moment de ma vie.

Similaire