Est-il possible d’être transsexuel FTM et “Genderqueer” ?


Bonjour Gab,

Je te remercie de nous faire confiance. J’espère que tu as pu parcourir un peu les sections du site afin de découvrir que beaucoup d’ados questionnent leur identité de genre comme toi. Tu dis que tu te sens plus homme que femme sans toutefois être capable de se « cataloguer » dans l’un des deux sexes. Tu n’est pas la seule personne dans cette situation! Il est possible que tu te sentes ainsi parce que tu as réellement une identité genderqueer, mais il est aussi possible que tu sois un transsexuel qui a beaucoup de doutes par rapport à la transition. Je ne veux supposer de rien, surtout que tu ne me donnes pas beaucoup d’informations dans ta lettre. Il est important pour toi d’avoir une bonne réflexion sur ton identité afin de savoir si oui ou non tu dois faire une transition de genre et prendre des hormones, car c’est un processus sérieux qui a des conséquences réelles.

Dans ta question, tu utilises les termes « vrai homme » et « vraie femme ». Mais au fait, qu’est-ce qui rend une homme ou une femme vrai(e)? Sûrement pas les gênes ou le sexe qui a été attribué à la naissance, comme en font foi les nombreuse personnes transsexuelles qui ont fait leur transition avec succès. Dans la pensée de bien des gens dans le monde où l’on vit, être vrai(e) homme ou femme est de se situer dans certaines catégories de façon de s’exprimer et dans certains types d’intérêts. Par exemple, le « vrai homme » aimerait le hockey, les voitures et a une attitude virile, et la « vraie femme » aimerait le maquillage et exprimerait facilement ses émotions. Or, tu seras d’accord avec moi pour dire que ce sont là des images très caricaturales de ce que sont la masculinité et la féminité, et que personne ne répond à tous les critères que la société semble imposer.

En fait, la grosse majorité des gens ont un ensemble de valeurs, de traits de personnalité et d’intérêts qui n’ont rien à voir avec les stéréotypes mâle et femelle. Et pourtant, la grande majorité des gens sont très heureux de se considérer uniquement d’un genre, et non pas d’un mélange des deux. Il existe malgré tout une partie de la population qui préfère définir son genre différemment. Il y a les genderqueer comme tu dis, les bigenres, les troisième genre, les transgenres, etc… À mon avis, ce mouvement genderqueer est une très bonne chose, car il amène les gens à se questionner et à redéfinir leur préjugés sur ce que sont les sexes. L’identité des genre est un phénomène encore très incompris!

Comme j’ai dit plus haut, il est difficile pour moi de savoir si tu est transsexuel ou genderqueer, car tu ne me donnes pas beaucoup d’informations sur ce que tu vis. Définissons rapidement les deux termes. Une personne transsexuelle est une personne qui se sent mal dans son sexe de naissance et désire transitionner physiquement et socialement vers l’autre genre. La personne trans va généralement prendre des hormones pour changer son apparence, va changer son nom et va également parler d’elle avec les pronoms appropriés à sa véritable identité.

Une personne genderqueer quant à elle a une identité de genre qui se situe entre les deux sexe ou tout à fait en dehors de toute définition. Là où ça va peut-être te surprendre, c’est qu’il y a plusieurs personnes qui sont transsexuelles ET genderqueer. Je peux donner en exemple l’auteure Kate Bornstein qui a transitionné vers une apparence et une identité sociale féminine mais qui dans ses livres a toujours refusé de se catégoriser comme homme ou femme.

Pour l’instant, l’important pour toi est de penser à ce que tu désires pour ton avenir. Parce que peu importe comment tu t’identifies dans ta tête, tu va devoir toute ta vie interagir socialement dans l’un des deux genres. Tu vas avoir un corps physique, un prénom et une identité légale qui va grandement affecter la façon dont les gens te perçoivent. Il est possible que tu puisse envisager de continuer de vivre dans ton identité actuelle de fille tout en exprimant fortement ton côté masculin. Mais le fait que tu me dises que songes à prendre des hormones me laisse penser que tu désires peut-être plus que ça. En fait, tu me le dis clairement: « je me sens plus homme que femme ». Serait-il possible alors que tu envisagerais plutôt de vivre ta vie en tant qu’homme en exprimant fortement ton côté féminin? C’est à toi de réfléchir à tout ça.

Tu t’interroges à propos de hormones. Selon le code médical en vigueur, les hormones ne sont prescrite que lorsque le transsexualisme est diagnostiqué. La prise d’hormone ferait de toi définitivement un homme; elle te donnerait une barbe, une voix grave, une structure osseuse masculine. Dans ta tête à toi tu pourrais toujours te sentir mi-homme mi-femme mais aux yeux des gens il n’y aurait pas de doute que tu es un gars… Est-ce ça que tu voudrais? Encore une fois, c’est à toi d’y penser.

Pour le moment, ton adolescence, ta famille et ton milieu scolaire pèsent lourd dans tes pensées. Au cours des quelques prochaines années, alors que tu va devenir de plus en plus libre de t’exprimer comme tu le veux, il est fort possible que tes sentiments vont se préciser. Souviens toi que ton objectif est de vivre pleinement ta vie et de réaliser tout tes rêves. Si pour y arriver tu dois faire une transition de genre, alors fais-la. Mais ne te lance pas là dedans si tu n’as pas 100% de certitude.

Je t’invite à communiquer avec le Projet 10 si tu as besoin de parler de ce que tu vis à quelqu’un (http://www.p10.qc.ca/ ou 514-989-4585 ). C’est un organisme montréalais, donc un peu loin de chez toi, mais ils travaillent quotidiennement avec des jeunes en questionnement d’identité.

Je te souhaite un bel été et une bonne continuation dans ta réflexion!

Élyse


About Élyse Vander

Élyse est enseignante au secondaire depuis 2005, ce qui l’a amené à développer sa capacité d’intervention auprès des jeunes. De plus, elle a une expertise dans le domaine de la transsexualité, ayant œuvré dans le milieu dans divers organismes depuis 2007.

Mon implication à AlterHéros me donne confiance que dans les prochaines années, les jeunes pourront de plus en plus assumer et vivre harmonieusement leur homosexualité, bisexualité ou transsexualité, particulièrement à l’école secondaire.

Leave a comment