Est-ce possible que je suis gay car j’ai déjà été abusé par des pédophiles ?


Salut Éric.

Je te remercie pour la confiance que tu nous témoignes.

Dans ton message, tu nous révèles que tu as été violé à trois reprises au cours de ton enfance et que tu t'es fait étiqueter comme gay dès l'âge de 12 ans. Par ailleurs, tu es attiré par les gars, mais tu te demandes si tu n'aurais pas été conditionné en ce sens.

Tout d'abord, Éric, j'ai été très touché par ton témoignage. Je sens bien toute ta souffrance et ta confusion face à ton orientation sexuelle. Je devine combien ont dû être traumatisants les trois viols que tu as subis durant ta jeunesse. Et j'ai été franchement indigné par la réaction « des plus vieux » à qui tu t'es adressé. J'espère qu'aujourd'hui tu es bien conscient que tu as été victime de pédophiles et que tu n'es en rien responsable de ce qui est arrivé. Par ailleurs, je te trouve bien courageux d'avoir surmonté l'homophobie dont tu as été victime à l'adolescence. Il n'est jamais facile d'être méprisé ou ridiculisé, mais c'est probablement pire quand on est jeune et qu'on a tellement besoin d'être reconnu socialement.

Par rapport à ta question (« Est-ce qu'on peut se conditionner à être gay? »), je ne suis pas certain de comprendre ta situation… Tu nous as écrit que, plus jeune, tu te sentais attiré par les filles. Jusque là, ça va, je comprends. C'est par la suite que ça me paraît moins clair. En fait, je ne vois pas pourquoi tu fais un lien entre, d'une part, les viols et l'homophobie dont tu as été victime et, d'autre part, le fait que tu te conditionnerais à être gay « pour ne pas être plus rejeté que (tu) l'étais »…

L'orientation sexuelle – qu'il s'agisse d'hétérosexualité, d'homosexualité ou de bisexualité – nous vient vraisemblablement à la naissance. Il y a des facteurs qui peuvent nous amener à en prendre conscience et à l'assumer plus tôt ou plus tard que chez les autres personnes de notre entourage. Cependant, on ne peut pas « conditionner » quelqu'un à être gay ou hétéro. D'ailleurs, tu as peut-être lu dans les journaux, récemment, que plusieurs associations de psychologues américaines ont dénoncé les groupes chrétiens qui prétendent « guérir » les gays en leur faisant subir une thérapie. L'inverse est aussi vrai : on ne peut pas transformer un hétéro en gay! Certes, une orientation sexuelle peut toujours être refoulée – c'est-à-dire qu'on peut décider de ne pas l'assumer ni de la vivre pleinement -, il n'en reste pas moins qu'elle nous marque et nous accompagne tout au long de notre vie.

Cependant, une chose me semble claire : tu es confus par rapport à ta propre sexualité. Pourquoi, lorsque tu vois une belle fille, y a-t-il quelque chose en toi qui réprime tes sentiments? Pourquoi éprouves-tu un malaise face à tes désirs homosexuels? Et, enfin, pourquoi te sens-tu obligé de regarder les autres gars? Serait-ce parce que tu les trouves attirants? Ne le constates-tu pas toi-même lorsque tu dis : « Je suis attiré par les gars et, ça, je ne peux pas l'avoir inventé ». Non, en effet, tu ne peux l'avoir inventé. Par contre, il est possible que, pour une raison ou une autre, tu cherches à nier cette partie essentielle de toi-même. En d'autres mots, peut-être souffres-tu d'une espèce de blocage face à tes désirs homosexuels. Pour résoudre ce problème, il vaudrait peut-être mieux que tu consultes un psychologue. Pour obtenir une référence, tu pourrais contacter le CLSC le plus près de chez toi ou, encore, téléphoner à Info-Santé (tél : 8-1-1).

Quand on vit une situation problématique, la pire chose à faire est de tout garder pour soi. Si jamais tu en sens le besoin, je t'invite à nous réécrire : nous serons toujours là pour toi. Par ailleurs, tu peux aussi contacter Gai Écoute (tél : 514-866-0103). Il s'agit d'une ligne d'aide pour les personnes qui ont des questions ou qui vivent des problèmes en lien avec leur orientation sexuelle. Je suis convaincu que tu trouveras là l'aide et le réconfort dont tu as sûrement besoin.

En espérant que mes commentaires t'auront éclairé sur ce que tu vis, je te souhaite, Éric, d'être heureux. En cette période difficile, mes prières et mes pensées t'accompagnent.

Amitiés,

Benoît

Leave a comment