#cyprine
#infection
#sécretions
#Sexe
#sida
#VIH
25 May 2017

Cyprine séchée et VIH

Bonjour,
J’aurai une question. Si une personne a eu de la cyprine de la fille sur ses doigts, ça a séchée sur ses doigts mais il ne les a pas lavée. Ensuite, il est parti laver son gland (y compris l’intérieur) avec les mêmes doigts. Y a-t-il un risque de VIH?
Je vous remercie d’avance.

Hélène Carrier

Bonjour,
J’aurai une question. Si une personne a eu de la cyprine de la fille sur ses doigts, ça a séchée sur ses doigts mais il ne les a pas lavée. Ensuite, il est parti laver son gland (y compris l’intérieur) avec les mêmes doigts. Y a-t-il un risque de VIH?
Je vous remercie d’avance.
DJab
Bonjour DJab,
Tu te demandes si les sécrétions vaginales sèches peuvent transmettre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).
D’abord, sache que le VIH ne survit que très peu de temps à l’extérieur du corps humain et sur des objets. Les experts ne s’entendent pas encore sur la durée exacte de vie de ce virus dans ce contexte, mais tous s’entendent sur le fait qu’il n’est pas viable plus de quelques secondes à une minute.
Le VIH se contracte habituellement par une relation sexuelle non protégée avec pénétration vaginale et/ou anale ou par des liquides corporels pouvant contenir le virus (sang, sécrétions vaginales, le liquide séminal, le sperme et le lait maternel). La transmission du VIH comporte différents niveaux de risques. Les contacts qui ne présentent aucun risque sont de type baisers sans échange de salive, massages et/ou caresses, masturbation simultanée sans que les sécrétions vaginales ou le sperme ne touchent les organes génitaux du partenaire. Les risques pratiquement nuls ou extrêmement faibles s’expriment par des baisers avec échange de salive, une fellation sans avaler le sperme et un cunnilingus sans avaler les sécrétions vaginales. Un risque faible ou très faible est présent lorsqu’il y a une fellation avec ingestion de sperme, un cunnilingus avec ingestion des sécrétions vaginales et une pénétration vaginale et/ou anale avec utilisation d’un préservatif. Un risque élevé correspond à une relation avec pénétration vaginale et/ou anale sans utilisation d’un préservatif, le partage de jouets sexuels non désinfectés et la partage de seringues ou d’aiguilles lors de consommation de drogues par injection.
Il importe de garder en tête qu’à aucun moment tu ne peux contracter le virus du VIH en utilisant le siège des toilettes publiques, en serrant la main de quelqu’un, en te baignant dans une piscine publique, en échangeant des articles de cuisines (verres, ustensiles, etc.) ou en te faisant piquer par un moustique.
Selon les explications de la situation ainsi qu’à la lumière des modes de transmission connus du VIH et de la viabilité de ce virus, il semble que le risque soit nul ou extrêmement faible. En cas de doute, il demeure pertinent et même plus que judicieux de consulter un-e professionnel-le de la santé afin de passer un test de dépistage. En fait, toute personne qui est active sexuellement devrait passer de façon régulière (environ une fois par année) ce type de test pour sa propre santé sexuelle et celle de ses partenaires.
J’espère avoir répondu à ta question et n’hésite pas à nous contacter à nouveau.
Hélène
RÉFÉRENCE : Site internet de la Clinique médicale l’Actuel

Similaire