Comment supporter mon ami pendant son difficile coming-out ?


Bonjour Marielle,

Merci de nous avoir écrit. Je comprends que tu te demandes comment

aider ton ami gai qui s’est fait mettre dehors de la demeure familiale et

donc rejeter par ses parents suite à l’annonce de son homosexualité. Tu

t’interroges aussi à savoir si le fait que tu ailles parler à ses

parents pourrait l’aider.

Tout d’abord, la chose la plus importante pour aider ton ami est de lui

faire savoir que tu es là pour lui et prête à l’aider s’il le souhaite,

comme tu l’as déjà fait. Une épaule sur qui s’appuyer et un grand

coeur pour l’écouter sont certainement les plus belles choses que ton amitié puissent lui apporter en ce moment. Il s’agit d’une épreuve difficile

que de subir le rejet de ses parents, et c’est d’autant plus difficile dans

le cas de ton ami parce qu’en plus d’être rejeté, il se retrouve sans

foyer. Quel âge a ton ami? S’il est mineur (moins de 18 ans), il peut

contacter la protection de la jeunesse (coordonnées ci-dessous), qui pourront alors mieux le renseigner sur ses droits et ses recours, car les parents ont la responsabilité d’offrir un foyer à leurs enfants jusqu’à leur majorité. S’il est majeur, alors ton ami ne peut forcer ses parents à le

reprendre chez eux; il faudra alors user de patience puisque le processus

d’acceptation de l’homosexualité d’un enfant est long et difficile pour

beaucoup de parents. Dans la plupart des cas, le temps aura raison des

préjugés et les parents finiront par accepter l’orientation sexuelle de

leur enfant, tout au moins à divers degrés. Je crois que ses parents ont

probablement réagi ainsi sous l’impulsion du moment, car ils étaient en

état de choc en apprenant la nouvelle; c’est malheureux mais assez fréquent.

Avec un peu de chance, ils se remettront de leurs émotions rapidement

et chercheront à reprendre contact avec leur fils afin de tenter de

comprendre sa situation. D’ici là, ton ami peut s’il le désire contacter Gai

Écoute, une ligne d’entraide téléphonique gratuite, confidentielle et anonyme qui pourra l’orienter vers les ressources nécessaires pour l’aider à traverser cette épreuve. Aussi, si tu as la possibilité de l’aider à trouver un hébergement temporaire (peut-être même lui offrir de partager ton

appartement?) en attendant qu’il sache s’il pourra retourner chez ses

parents dans le futur ou s’il doit se trouver un autre logement

définitif, ton aide serait sûrement très appréciée par ton ami.

En ce qui concerne ta deuxième question, soit à savoir si tu devrais

aller parler avec les parents de ton ami, je ne crois pas que cela soit une

très bonne idée pour le moment, puisque tel qu’expliqué plus haut ses

parents sont probablement en état de choc et ne voudront rien entendre

concernant l’homosexualité de leur fils, ni de sa bouche, ni de la tienne. Cela pourrait toutefois être une bonne idée d’aller leur glisser un mot

quelque temps après l’événement, si ton ami n’a toujours pas eu de nouvelles de ses parents ou si ceux-ci ne semblent pas montrer de signes d’acceptation de son orientation, afin de leur demander où ils en sont dans leur réflexion et de leur faire part des sentiments que vit leur fils. Parfois, le fait de parler une à tierce personne pourrait les aider à mieux exprimer leurs émotions, à poser plus de questions et à comprendre ce que

l’homosexualité de leur fils implique. Ce sera alors à toi et à ton ami de déterminer ensemble si une telle démarche serait utile selon vous et si tu te sens à l’aise de le faire. Peut-être pourriez-vous aussi aller leur parler

ensemble? Je t’invite également à consulter le lien internet

ci-dessous du site de Gai Écoute (section ‘Clientèle’ : ‘Parents’) qui explique les ressources disponibles pour les parents d’enfants homosexuels; ces ressources pourraient être utiles à ses parents et vous pourriez les laisser à leur vue afin de les inciter à les utiliser s’ils le veulent.

Finalement, comme tu le mentionnais toi-même, ton ami vit en ce moment

une situation des plus difficiles, et cela peut parfois entraîner des

épisodes de dépression, et même des idées suicidaires. Si ton ami semble

présenter des signes de détresse psychologique ou parle de s’enlever la vie, n’hésite pas à contacter le centre de prévention suicide (du Saguenay), dont le lien internet se trouve ci-dessous, afin d’obtenir de l’aide professionnelle pour ton ami.

Centre prévention suicide: http://cps02.org/

Gai Écoute: 1–888–505–1010

http://www.gai-ecoute.qc.ca/

Protection de la jeunesse: www.cdpdj.qc.ca/

Voilà, j’espère que cela t’aidera et je te félicite de te préoccuper

autant

de ton ami, il est chanceux de pouvoir compter sur toi ! Si tu as

d’autres

questions, n’hésite pas à nous réécrire de nouveau.

Marilyn, pour Alter-Héros

Leave a comment