Ça va faire depuis que je suis petit que je me considère comme un garçon trans et gay. Le problème est que je suis musulman et ma famille aussi et ma mère est transphobe et homophobe.


Bonjour,

Ça va faire depuis que je suis tt petit que je me considère comme un garçon trans et gay. Le problème étant que je suis musulman et ma famille aussi. Je crois fort en ma religion et ma mère le plus, est donc pour en revenir au problème c’est que ma mère est transophobe et homophobe et elle m’a mm dis que si je l’étais elle me corrigerait et me renierait avc tout mes frères parce que j’ai aussi 4 grands frères qui sont aussi transophobes et homophobes donc si je leur fait mon coming out je sens que je serai entre la vie et la mort..J’ai plusieurs fois eu des envies suicidaires j’ai mm déjà essayé mais je me suis contrôlée et je ne compte jms le faire. J’ai aussi penser à changer de famille mais j’aime vraiment la mienne je ne peux pas m’en séparer j’en tomberais en dépression forte et j’ai peur de tomber sur une mauvaise famille car ma mère son travail est de s’occuper d’enfant qui ont changer de familles et qui se font battrent.. Enfin bref pour ce qui est du coming out jamais je leur en parlerais et pour changer de famille je pense vraiment que c’est la seule solution.

 

Merci de m’avoir écouter.

Bonjour,

 

Merci beaucoup à toi de nous avoir fait confiance. Ça doit être vraiment douleureux d’avoir des parents et des frêres qui ne pourraient pas comprendre ni accepter ta transidentité et ton homosexualité, mais en même temps de les aimer et de vouloir les garder dans sa vie. Tu semble vraiment être pris entre deux options difficiles : soit rester dans ta famille mais de ne pas vivre honnêtement ton identité, soit leur annoncer qui tu es et possiblement mettre fin à ta relation avec eux. L’un comme l’autre risque d’avoir son lot de souffrance. 

 

La décision te revient au final, mais peut-être qu’il y a des options que tu n’as pas encore envisagées? Par exemple, une fois devenu adulte est-ce que tu pourrais vivre ta vie de garçon trans chez toi et garder un contact avec ta famille, quitte à ne pas leur parler de ton identité? C’est un équilibre délicat, mais qui peut parfois fonctionner pour certaines personnes. 

 

Sans être trop idéaliste, je crois aussi que les choses peuvent changer et qu’il y a des raisons d’être relativement optimiste. Il y a des mosquées gay-friendly, des organismes spécifiquement pour les personnes LGBTQ+ et musulmanes, des témoignages de militants trans et muslmans, des personnes LGBTQ+ partout à travers le monde. La religion, l’islam en particulier, n’est pas fondamentalement en opposition avec la diversité sexuelle et de genre.

 

Peut-être qu’il est possible d’amener le sujet très graduellement, d’avoir des discussions respectueuses, d’échanger de l’information et d’en arriver à changer leurs points de vue. Ta mère travaille avec des enfants venant de familles violentes, peut-être qu’elle serait sensible à ne pas répéter ce type de violences chez elle. Cela dit, ta sécurité et ton bien-être sont une priorité, si ces discussions tournent mal ou te font sentir mal, tu peux te retirer et prendre soin de toi.

 

Tu nommes avoir déjà eu des envies suicidaires et une tentative de suicide, même si tu ne penses pas pose de gestes dangereux, cela m’inquiète et je prends ça au sérieux. Voici des ressources que je te conseille de consulter lorsque tu as ce type de pensées :

  • Ligne Azur (diversité sexuelle et de genre et détresse, appels et courriels, 8h-23h) : 0 810 20 30 40
  • Suicide écoute (crises et pensées suicidaires, 24h) : 01 45 39 40 00
  • SOS Amitié (période difficiles, appels et chat en ligne, 9h-23h) : 09 72 39 40 50 
  • SOS Suicide Phénix (crises et pensées suicidaires, appels et chat en ligne, 13h-23h) : 01 40 44 46 45

 

Je te souhaite vraiment sincèrement de trouver le bonheur et l’amour que tu mérites, que ce soit auprès de ta famille biologique, de gens LGBTQ+ ou un mélange des deux.

 

Solidairement,

 

Maxim·e, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.