Comment accompagner mon petit-enfant trans?


C’est pour ma petite fille de 14 ans changé de genre pour masculin peut elle rencontré quelqu’un chez Alterheros pour commencé ses demarches de genre deja on l’appelle Kyle on lui parle au masculin elle s’est fait coupé les cheveux court et se serre les seins tout la famille lappuie mais aucun rendez vous na été pris pour sa démarche de genre par quoi ou ou doit on pouvoir avoir de l’aide pour nous dirigé moi je suis sa grand – maman

Merci infiniment ce matin j’ai manqué votre appel

Bonjour,

 

Merci de nous contacter, je dois avouer que ça fait tellement de bien de voir quelqu’un se préoccuper autant de son petit-enfant et de venir chercher des ressources en ligne pour lui venir en aide 🙂

 

SI je comprends bien, Kyle, votre petit-fils de 14 ans affirme maintenant son identité masculine et désire commencer une transition de genre. Il a choisi son prénom, coupé ses cheveux et porte un binder pour compresser sa poitrine. Vous aimeriez pouvoir bien l’accompagner, notamment pour les rendez-vous médicaux.

 

La toute première étape à mon avis serait de s’assurer d’utiliser les bons termes : petit-fils, garçon, il, lui et Kyle. Dans tous les cas, sans exception, même si vous l’avez longtemps connu sous un autre nom et un autre genre, même s’il n’a pas encore débuté de démarches médicales, même lorsqu’il n’est pas présent. Cela requiert une adaptation et de la pratique, certes, mais cela est prioritaire et primordial afin de l’appuyer adéquatement.

 

Maintenant, pour les démarches concernant l’affirmation de genre de Kyle. Êtes-vous au courant de ses objectifs et de ses désirs? Ce n’est pas toutes les personnes trans qui vont automatiquement vouloir modifier leurs corps. Il existe tout de même certaines options si c’est son cas, à 14 ans il pourrait avoir droit aux bloqueurs de puberté et ensuite aux hormones masculinisantes (testostérone). Les bloqueurs sont sécuritaires et réversibles, et arrêtent les effets de la puberté. Cela donne plus de temps aux jeunes adolescent·e·s trans pour décider s’iels (ils/elles) aimeraient prendre des hormones ou non. De nos jours, avec un accompagnement médical approprié, un jeune trans peut vivre une puberté dans le genre désiré identique à celle d’un jeune cis (qui n’est pas trans).

 

Pour tous les détails je vous invite à consulter l’excellent site transitionner.info. Si vous avez un·e médecin de famille, iel (il/elle) devrait en théorie avoir toutes les compétences pour faire une prescription et un suivi (il s’agit du même principe que la prescription d’hormones pour une femme en ménopause ou comme méthode contraceptive). Si votre médecin manque d’expérience ou ne se sent pas confortable, il existe des ressources de soutien aux médecins généralistes comme la communauté de pratique à la clinique 1851. Il se peut qu’iel vous réfère à une clinique ou à un·e spécialiste, comme un·e endocrinologue. Certain·e·s pourraient également demander une lettre d’un·e professionnel·le en santé mentale, comme un·e psychologue ou un travailleur·euse social·e, confirmant que le jeune est bien trans, qu’il est capable de consentir et de comprendre les effets et risques possibles. Encore une fois, le·a médecin pourrait aussi faire ces vérifications iel-même.

 

Si vous n’avez pas de médecin de famille, ou si vous préférez aller directement auprès d’un professionnel·le ayant de l’expérience auprès des jeunes trans, il est possible de consulter la Liste des professionnels trans affirmatifs du Québec de l’ISMH·ISMS.

 

Enfin, en terme de soutien plus général, je pourrais vous conseiller de lire ces quelques pamphlets pour mieux comprendre les enjeux, les réalités et les besoins possibles de votre petit-fils :

Par ailleurs, il y a plusieurs organismes qui offrent du soutien aux parents (et grands-parents!) d’enfants trans, non-binaires et en questionnement. Il y a Jeunes Identités Créatives (anciennement Enfants transgenres Canada) qui offre des groupes de soutien virtuel hebdomadaires pour les parents ainsi que diverses formes de soutien. Pour vous inscrire au groupe de support ou obtenir de l’aide individuelle, vous pouvez les contacter au services@contactgckc.com. L’organisme a également un groupe Facebook secret pour les parents qui souhaitent échanger entre eux par rapport à leur vécu.

Merci grandement d’avoir lu ma longue réponse jusqu’ici, et je tiens à préciser qu’il est toujours possible de nous écrire si vous avez d’autres questions ou besoins de clarifications. Encore une fois, ça fait très plaisir de voir des membres de la famille qui s’impliquent et qui veillent au bonheur de leurs jeunes! Vous pouvez inviter Kyle à nous écrire à tout moment pour obtenir du soutien. 🙂

 

Sincèrement,

 

Maxime, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.